Archives pour la catégorie santé

Succès de la Marche contre l’Austérité le 12 avril à Narbonne

Succès de la Marche contre l'Austérité le 12 avril à Narbonne dans antilibéralisme 2014-04-12-11.12.23-300x225

 

Près de 200 à Narbonne, une lettre déposée chez la députée et une en sous préfecture pour Hollande…

Une presse écrite qui ignore en ce dimanche cette première marche pour rappeler aux élus socialistes pour quoi ils ont été élus… 

Être de gauche ce n’est pas que des mots, mais des actes et des choix clairs face au Medef…

Après ces premiers rendez-vous réussis, à Paris près de 100 000 et dans d’autres villes (Marseille, Perpignan, Narbonne…), restons mobilisés pour continuer à rassembler et dans la rue et aux européennes, afin d’imposer une politique de gauche.

Jean-Paul Tournissa PCF-FDG

Lettre au président Hollande, déposée à la Sous-préfecture le 12 avril 2014 lors de la Marche contre l’austérité e

 

 

 

Lettre au président Hollande, déposée à la Sous-préfecture le 12 avril 2014 lors de la Marche contre l'austérité     e  dans antilibéralisme 2014-04-12-11.13.41-300x225

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Les politiques menées plongent notre pays et l’Europe dans une crise sociale, économique, morale et politique de plus en plus profonde
Licenciements, bas salaires, précarité, austérité… Ça suffit !
Les politiques d’austérité favorisent la montée du populisme et la prospérité des idées réactionnaires…

La volonté d’autres choix s’est clairement exprimée par une très forte abstention aux élections municipales et par une lourde sanction de la politique gouvernementale . Mais, vous avez choisi de ne pas l’entendre… Changer de cap ? Non, avec la nomination de Vals vous voulez aller encore plus vite, encore plus loin, continuer ce qui échoue depuis 30 ans.

Nous sommes dans la rue pour vous dire que l’austérité, ça suffit…
Vous cédez lorsque la droite la plus réactionnaire bat le pavé sur un discours de peur et de haine, mais vous restez inflexible sur votre politique ultralibérale, quand ceux qui par mil- lions ont chassé Sarkozy, ceux qui vous ont élu pour vous attaquer à la finance, pour dire stop au libéralisme s’abstiennent massivement ou vous sanctionnent par le biais des élections municipales ou partielles…

Par votre faute, par votre fuite en avant, par votre pression sur les députés, la démocratie parlementaire est bloquée, la seule solution pour se faire entendre c’est la rue…

Notre voix se fera plus forte afin d’obtenir une véritable politique de gauche, de mettre en échec le pacte de responsabilité dicté par le médef, de refuser le Grand Marché Transatlantique que vous mettez en place sans même consulter votre peuple…

Notre voix se fera plus forte afin d’obtenir un autre partage des richesses seul à même de pouvoir relancer l’économie et la confiance dans la gauche.

Nous ne croyons plus ni à vos engagements électoraux, ni à la fidélité à des valeurs que vous avez défendues par le passé… Vous avez toujours la possibilité de nous démontrer le contraire, mais il faudrait pour cela que vous changiez de cap à 180 degrés, que vous tourniez le dos au Medef, au CAC 40 pour vous soucier de votre peuple, de ceux qui vous ont élu.

Les manifestants narbonnais du 12 avril 2014

NON AU MAÏS OGM : un communiqué de Patrick Le Hyaric, député au Parlement européen et vice-président du groupe GUE-GVN

Malgré l’opposition de 19 pays européens la Commission européenne procède à un coup de force en autorisant un nouveau maïs transgénique, dit TC1507, de la firme américaine Pioneer.

Il s’agit là, une nouvelle fois, d’un violent coup de canif contre les souverainetés populaires et leurs représentants élus.

En effet, cette décision va à l‘encontre de la décision de la majorité des ministres des affaires européennes mais aussi du Parlement européen qui a voté contre la mise sur le marché de ce nouveau maïs il y a quelques semaines.

La Commission européenne veut ainsi se donner un levier supplémentaire pour autoriser de nouvelles plantes transgéniques au sein de l’Union européenne.

Dans la situation actuelle, si la Commission autorise le maïs TC1507, la France devra produire toute une suite d’expertises scientifiques pour justifier une interdiction sur son territoire sous peine de sanction. La Commission fait savoir qu’il suffirait de se ranger derrière sa proposition de révision du système d’autorisation des OGM en Europe pour éviter ces tracas. Avec cette proposition les interdictions nationales seraient certes facilitées, mais les autorisations aussi !

Dans l’Union européenne où les marchandises circulent sans restriction, autoriser localement certains OGM, même dans un des recoins de l’UE, aura automatiquement un impact sur l’ensemble de l’Union européenne. La France pourrait très bien interdire la culture des OGM tout en important, via le marché unique, des produits génétiquement modifiés ou avec des composants génétiquement modifiés.

La décision de la Commission seule est une brèche réglementaire en faveur des OGM contre la mise sur le marché de ce nouveau maïs OGM et nous le combattons. Elle est d’autant plus dangereuse qu’elle affaiblit nos positions sur les OGM et les normes phytosanitaires alors que la Commission négocie en ce moment même l’accord de commerce transatlantique avec les Etats-Unis.

Ceci ouvre donc la porte à l’arrivée massive de produits agricoles nord-américains génétiquement modifiés si nous ne présentons pas un front commun sur cette question.

J’en appelle donc à la mobilisation contre toute révision du cadre européen actuel qui ne fasse pas du principe de sécurité la pierre angulaire de son approche.

 maïs-1000x450

 

SUCCÈS DU RASSEMBLEMENT POUR LA DÉFENSE DE L’IVG!

 

 LE PCF DE NARBONNE A APPELE, AVEC DE NOMBREUSES AUTRES ORGANISATIONS, A SOUTENIR LE RASSEMBLEMENT ORGANISE SAMEDI 8 FEVRIER POUR LA DEFENSE DE L’IVG.

 

A l’appel du Planning familial, de nombreuses associations et  de partis politiques, plus de 300 personnes ont manifesté  de la Médiathèque, à l’Hôtel de ville puis devant la sous-préfecture. En soutien aux femmes espagnoles, mais pas seulement : si le droit à l’avortement n’est pas remis en cause en France, comme il l’est en Espagne par le gouvernement Rajoy, sa mise en application possède de graves lacunes, comme le montre le recensement effectué par le Planning familial : plus de 130 établissements de santé pratiquant l’IVG ont fermé. Les restrictions budgétaires suppriment moyens et personnels. De ce fait, dans certaines zones , le système ne fonctionne pas. Il y a de quoi s’inquiéter : si cette politique se poursuit, bientôt le droit à l’avortement sera menacé en France.

 

Narbonne n’échappe pas à ce constat : d’après le Planning familial, l’absence de médecin, l’impossibilité de recours à l’IVG médicamenteuse, l’orientation de femmes vers d’autres hôpitaux ne facilitent pas le recours à l’IVG !

 

Et dans de nombreux pays d’Europe, des forces réactionnaires, cherchent à promouvoir une vision archaïque de la société, de la famille, et  refusent à la femme le droit de disposer de son corps. Le droit à l’avortement est ainsi de plus en plus menacé.

 

Même, le rapport de Edite Estrela, euro-députée  portugaise, qui demandait la légalisation de l’IVG dans l’U.E. pour éviter que les femmes des pays où la loi est restrictive ne soient  contraintes à avorter à l’étranger ou à recourir à l’avortement clandestin vient d’être rejeté . Or  l’avortement clandestin continue à tuer : 1 femme meurt toutes les 8 minutes d’un avortement dans le monde.

 

Selon E.Estrela, c’est la campagne d’intoxication et de distorsion de son contenu menée par les mouvements religieux et partis de droite contre son   projet qui  l’a fait capoter :

 

les forces conservatrices ont toujours existé  en Europe, mais aujourd’hui, elles sont très écoutées et relayées par l’Union européenne.

 

En France, les anti-mariage pour tous se sont constitués en un mouvement politique qui se bat  contre l’avortement, contre l’homoparentalité, contre l’égalité entre  les femmes  et les hommes : ce mouvement  n’illustre pas seulement l’existence du conservatisme : il est activement politique!

Démonstration a été faite le 8  que les narbonnais ne veulent pas de régression !IMG_0118DSCN3122

 

 

IL FAUT CONTINUER À SE MOBILISER POUR DÉFENDRE LE DROIT DES FEMMES À DISPOSER LIBREMENT DE LEUR CORPS, CONTRE TOUTES LES REMISES EN CAUSE DES MOUVEMENTS RÉACTIONNAIRES QUI EN FRANCE ET EN EUROPE VOUDRAIENT TENIR LE HAUT DU PAVÉ!

 

 

HÔPITAUX PUBLICS : LA SAIGNÉE!

 

 

 

Il y a des annonces qui font froid dans le dos…

Trente cinq mille emplois supprimés dans les hôpitaux français en 2013 , quinze mille autres en 2014 !

Ce n’est pas nous qui l’affirmons mais la Fédération hospitalière de France, porte-parole des hôpitaux publics, qui alerte …

Mais rien d’étonnant pour celles et ceux qui se sont opposés – comme les députés et sénateurs du Front de gauche – à la loi de finance de la Sécurité sociale, votée au Parlement en automne dernier .

La Fédération hospitalière de France ( F H F ) a fait ses comptes . La croissance prévisible des charges des hôpitaux sera de + 3,5 % à effectif constant . Le gouvernement  annonce une baisse des tarifs pris en charge par la Sécu de  – 1,7 % . Selon la F H F , « il résultera mécaniquement de ces décisions soit une forte aggravation du déficit des hôpitaux, soit une suppression d’effectif de l’ordre de 35 000 postes » alors que le volume d‘activité de ces mêmes hôpitaux s‘accroît !

Cette nouvelle réduction drastique des personnels hospitaliers fera suite aux 50 000 emplois déjà supprimés ces cinq dernières années .

Cela se traduira par des départs à la retraite non remplacés, une aggravation des conditions de travail déjà difficiles et une détérioration des conditions d’accueil et de soin !

Par contre, les cliniques lucratives privées sont traitées différemment :

leurs tarifications « sécu » ne baissent que de 0,5 % et elles pourront profiter, contrairement aux hôpitaux, de 500 millions de crédit d’impôt !

Il y a danger pour le système public de santé !

Il est temps de le sortir de la logique d’austérité !

 

Article PCF Narbonne, communiqué à la presse le 28 février 2013

 

VOEUX DU FRONT DE GAUCHE

Narbonnais : Un Front de gauche à l’offensive pour 2013

Ambiance conviviale, pour la présentation des vœux 2013 du Front de gauche, et le lancement de sa campagne d’alternative à l’austérité . Les axes de cette campagne : Proposer, rassembler le plus largement pour une autre politique que celle qui sévit partout en Europe et qui conduit à la catastrophe.

Pour le Front de gauche, contrairement à ce que soutient Madame Parisot, il n’est pas normal que le travail et la vie  soient de plus en plus précaires pour ceux qui produisent et ont produit les richesses de ce pays, alors que les actionnaires, dont elle fait partie, continuent à se gaver et à conduire l’économie à la ruine.

Il y a d’autres options possibles à explorer pour sortir de la crise : pour améliorer le pouvoir d’achat, pour demander l’abrogation de la loi Bachelot et interdire les dépassements d’honoraires, ainsi que les franchises médicales, pour réformer l’impôt sur le revenu en créant une tranche à 100% au-dessus de 360 000 euros par an,pour supprimer la RGPP,  pour relancer l’économie…

  Et dans le sens de cet engagement, aujourd’hui, parce que c’est urgent, nous invitons tous ceux qui étaient présents à ces discussions à s’opposer à l’ offensive que le Medef  et la finance lancent sur les droits sociaux et le droit du travail  avec « l’Accord National Interprofessionnel » accord qui n’a été signé par le Medef qu’avec des syndicats minoritaires, et qui risque pourtant de passer au Parlement pour être traduit en loi.

 Nous vous invitons tous,  citoyens,  organisations syndicales et politiques à la réunion publique que nous organisons 

                                               JEUDI 28 FÉVRIER

                            Salle Lacroix, Bourse du travail à Narbonne

pour mutualiser les informations, discuter, établir  les conséquences néfastes de cet accord  sur les droits des salariés,

pour envisager une action auprès des parlementaires et les interpeller :

il est temps d’arrêter de faire des lois sous la dictée du Medef !

Ne votez pas ces lois contre les salariés,

 Il y a d’autres lois plus urgentes à voter :

                                   contre les licenciements boursiers,

                                   pour l’amnistie des syndicalistes !

VOEUX DU FRONT DE GAUCHE dans antilibéralisme le-front-de-gauche-contre-l-austerite_279238_516x3431-300x199

le Front de gauche lors de la Conférence de presse du 8 février

« NOUVEAU PECH D’ALCY » :CONSTATS ET INTERROGATIONS

 

Que ce soit par un dispositif de maintien à domicile ou par un hébergement dans un Etablissement pour Personne Agée Dépendante (E P A D) , la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées renvoie à un choix  de société !

Va-t-on développer une véritable politique publique dans ce domaine , permettant à tous – quelles que soient les ressources – de bénéficier de ces services et en n’oubliant pas que l’Aude est l’un des quatre départements les plus pauvres du pays ?

Ou va-t-on continuer de favoriser la multiplication des structures privées qui sont gérées dans une logique sélective de solvabilité et de rentabilité ?

Premier constat : Les agréments attribués par le Conseil Général de l’Aude vont quasi exclusivement aux projets privés…Ce n’est pas le cas dans d’autres départements comme celui des Landes !

Deuxième constat : Ces maisons de retraite privées ont plus de lits que de résidents .L’explication est simple : la cherté des tarifications !

Troisième constat : La seule structure publique en Narbonnais est Pech d’Alcy ,  qui a en charge  des lits E P A D  et de soins de longue durée

Sans Pech d’Alcy , des familles narbonnaises ne pourraient trouver de lieux pour accueillir leurs « aînés » !

Elle va se reconstruire et se moderniser .Tout le monde s’en réjouit …Mais la façon dont cela se réalise interroge et inquiète !

La participation financière globalisée de l’Etat et du Département à la construction de ce nouveau centre de gérontologie se limite à 30% ….

L’essentiel du financement (64%) repose donc sur des emprunts .Si les banques se frottent les mains , les familles vont   , elles ,  supporter le coût de cette opération dès cette année , dès ce mois-ci alors que ce centre ne sera ouvert qu’en fin 2013 s’il n’y a de retard !

En 2012 , les tarifs d’hébergement augmentent de 14% ! Ce qui représente autour de 200 euros de plus par mois pour des familles !! Et cette hausse va se cumuler avec deux autres de même importance en 2013 et en 2014 !!!   On peut comprendre leur inquiétude …

En outre , conformément à la loi Bachelot , ce nouveau centre va se trouver accoler à une structure privée La Pinède , disposant de lits de soin de suite , dépendant  du groupe Korian .On peut s’interroger sur la logique d’une telle « coopération » et à terme sur le devenir même de la gestion du « nouveau Pech d’Alcy » .Car Korian , côté en bourse , ne vient pas dans ce projet pour aider le public ou faire de la philanthropie…

Il y a des enseignements à tirer de cette situation surtout dans cette période électorale

1) La loi Bachelot ne fait aucune distinction entre établissements  publics et privés  : la gestion du public s’aligne progressivement sur celle du privé . Cette loi doit être abrogée !

2) Comment l’Etat et la collectivité territoriale pourraient-ils mener une politique publique de santé s’ils ne s’en donnent pas les moyens ?

3) La création d’un pôle public financier est indispensable pour des financements sains de projets d’intérêt général !

Voilà trois axes d’une nouvelle politique qui permettrait de revoir les choix actuels …Si non , les familles et les missions publiques en pâtiront…

 

 

J P TOURNISSA et DJIDA AIT AOUKLI candidats du FRONT DE GAUCHE à l’élection législative

PERTE D’AUTONOMIE, POUR UNE VRAIE POLITIQUE PUBLIQUE

Le comité de soutien des candidats du Front de gauche, Jean-Paul Tournissa (PCF) et Laurence Carreterro (PG) communique :
La perte d’autonomie, totale ou partielle, touche plus de 2,5 millions de personnes dans notre pays.
En 2010, plus de 7 500 Audois percevaient l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA).Ces deux données montrent l’enjeu de société que représente la prise en charge de ce qu’on appelle la « dépendance ».
Or dans les prochains mois, des choix vont être faits !

Soit se concrétiseront des options libérales visant à réduire le nombre de bénéficiaires de l’APA au nom du dogme de la « maîtrise de la dépense publique » et à transférer son coût sur les individus avec l’obligation pour les personnes de plus de 50 ans de contractualiser une assurance spécifique (une nouvelle manne pour les compagnies d’assurance et les banques !).

Soit s’imposera une réponse publique articulant prévention, dépistage et prise en charge solidaire. C’est cette option-là que nous préconisons à travers maintes propositions.

Pour un pôle public de l’autonomie                                                                                                                                                                                        Dans ce domaine, pour répondre aux besoins croissants en terme d’aides, d’équipements, d’aménagements des logements, de transports…, tout politique publique passe par un développement important et une réelle articulation des services publics nationaux.Dans ce cadre, au niveau départemental, nous proposons un pôle public de « l’autonomie sorte de coordination permettant une simplification des démarches des aidants et une meilleure efficacité du service rendu, géré en partenariat et en transparence (Etat, collectivité territoriale, syndicats, associations de familles…).Nous affirmons le principe d’un financement public et solidaire dans le cadre de la Sécurité sociale, reposant notamment sur une modulation du taux des cotisations des entreprises en fonction de leur politique d’emplois et de salaires ainsi que sur une taxation des revenus financiers des grandes entreprises, des banques et des assurances.Même si tout est fait pour l’occulter, cette question du devenir de la prise en charge de « la dépendance » est au cœur de l’élection cantonale.                                                                                                                                                  Le vote Front de gauche pèsera pour une réponse publique, développée et efficace, traduisant un devoir de solidarité de notre société. 

Solidarité avec les salariés en grève de la Polyclinique du Languedoc

« Depuis maintenant 14 jours, un large mouvement de grève touche la Polyclinique du Languedoc à Narbonne, paralysant presque tous les services. Ce n’est pas de gaieté de coeur qu’un personnel prend une telle décision. D’ailleurs, dans une lettre ouverte parue dans la presse, dans laquelle ils expriment leurs souffrances, les salariés ont montré leur attachement à leur travail :« ..nous aimons notre métier, nos praticiens sont de grande compétence … nous apportons chaque jour le meilleur de nous mêmes-mêmes aux patients… »
Cette décision résulte d’une dégradation continue des conditions de travail, et du refus constant de la part de la Direction d’augmenter les salaires. Cela depuis 3 ans, c’est-à-dire, depuis le rachat de la clinique par le Groupe Médipole Sud Santé, qui a pourtant suffisamment d’argent pour acheter à Nîmes une autre clinique privée, en vue d’avoir une situation de monopole.
Il s’agit là d’un processus qui s’est mis en place depuis plusieurs années dans tout l’hexagone :
le gouvernement et les ministres de la Santé successifs ont favorisé la privatisation du service de santé, amputant le budget de l’hôpital public et finançant le secteur privé santé. Les structures privées se développent en véritables entreprises de santé, comme elles le revendiquent elles-mêmes, les structures en difficulté sont rachetées et rentabilisées par des suppressions de postes, par des salaires dérisoires, au détriment de la qualité des soins et du bien-être des patients. Car ce financement du privé par le public n’a pas pour but d’améliorer la qualité des soins, ni les conditions de travail et les salaires des personnels : les fonds publics transférés au privé servent à diverses opérations financières sans aucun lien avec la santé, servent à spéculer, à apporter des dividendes aux actionnaires.
Par leur lutte, les salariés en grève de la Poly se battent non seulement pour leurs conditions de travail et de vie, mais aussi pour tous les patients qui refusent que la santé devienne une marchandise, qui veulent avoir le choix de leurs soins, et qui refusent une médecine à deux vitesses.
La venue du PDG aujourd’hui sur le site n’a rien changé, il n’y pas eu de dialogue, le mouvement a été reconduit à nouveau mercredi soir. Les négociations reprennent ce matin.
Cette situation est regrettable et ne doit pas durer. Les communistes de Narbonne apportent tout leur soutien à la lutte difficile, courageuse et exemplaire du personnel, demandent que tous les pouvoirs, administratifs, politiques, locaux et régionaux interviennent à leur niveau de responsabilité, pour que le dialogue enfin s’instaure, que les grévistes soient entendus. Ils appellent tous leurs militants et amis à manifester leur solidarité moralement et matériellement au personnel en grève.
Contact lecteurs :
Pour le PCF J. ROUGIER
Atelier Populaire
Place de Belfort
11100Narbonne »

Communiqué de Rémi Penavaire, au nom du Conseil Départemental du PCF

referlezig.jpgLe conseil départemental du PCF s’est réuni spécialement à Lézignan le 27/05/2008 pour saluer le formidable succès du référendum pour les urgences, premier du genre dans l’Aude, organisée par le pays Corbières Minervois à l’initiative du comité de défense de l’hôpital.

65% de participation à Lézignan, 75% à Fabrezan, 85% à Camplong, un OUI quasiment général, la réouverture des urgences 24 heures su 24 est bien une exigence partagée par toute la population d’un bassin de vie.

 

(suite…)

12

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues