Archives pour la catégorie racisme

Massacres en Palestine : une interview de Pierre Stambul, parue sur le site Raïna

IMG_2213Après deux semaines d’intenses raids aériens sur Gaza suivis par une incursion terrestre, le décompte macabre n’en finit pas de distiller l’horreur. Plus de 500 morts dont la moitié sont des enfants de moins de douze ans. Il s’agit de l’agression la plus meurtrière depuis l’opération Plomb Durci en 2008-2009 qui avait fait plus de 1300 morts.
Pierre Stambul, co-président de l’Union Juive Française pour la Paix nous livre son analyse de la situation .

L’attaque israélienne sur Gaza vient de connaître un tournant dramatique avec le massacre de masse commis dans le quartier de Shayjaya que d’aucuns qualifient de crimes de guerre. Quel commentaire faites-vous par rapport à ces événements ?
Des voix hélas représentatives en Israël poussent au massacre de masse. Jacques Kupfer du Likoud international écrivait quelques jours avant ce massacre : « Si nous voulons mettre un terme à la guerre, nous devons raser Gaza. Gaza doit devenir un champ de ruines d’où ne peuvent sortir que des gémissements. » On est au-delà du crime de guerre. Déjà avant ce massacre les Gazaouis posaient la question : « pourquoi la communauté internationale qui a inculpé les dirigeants serbes ou rwandais ne poursuit-elle pas les dirigeants occidentaux qui ordonnent de tirer sur des enfants, qui font vivre les gens en cage et qui utilisent des armes interdites (uranium appauvri, bombes à fragmentation …) ?
On a vu des images choquantes à Sdérot où des Israéliens venaient admirer les raids sur Gaza. Comment une partie de la société israélienne peut-elle aujourd’hui se réjouir de la mort de centaines de civils dont des enfants ?
En 2008-2009, lors de « Plomb Durci », lors du massacre précédent, l’armée israélienne avait empêché l’entrée des journalistes à Gaza et ceux-ci avaient regardé depuis Sdérot le pilonnage comme on joue à un jeu vidéo. L’anticolonialiste israélien Michel Warschawski vient d’écrire un texte superbe intitulé « vers le fascisme » pour décrire l’évolution de sa société. L’insensibilité à la mort et à la souffrance de « l’autre », du palestinien touche la pseudo-gauche sioniste. Elie Barnavi vient d’évoquer cette guerre en ne parlant que des roquettes tirées depuis Gaza alors que plus de la moitié des mort-e-s sont des femmes, des enfants, des vieillards.
La résistance palestinienne à Gaza est saluée dans le monde entier. L’envoi de roquettes sur Israël est-ce une stratégie efficace étant donnée l’asymétrie des deux parties ?
La population de Gaza n’a pas le choix. Elle est en cage. Le blocus impitoyable dure depuis 7 ans. On manque à Gaza d’eau, de nourriture, d’électricité, de carburant, de ciment, de médicaments … Même quand ils ne ripostent pas, les Gazaouis enterrent leurs mort-e-s : 150 paysa-ne-s tué-e-s en quelques années parce que leurs champs jouxtent la frontière, 11 pêcheurs tués en mer alors qu’ils cherchent juste à ne pas mourir de faim, 650 victimes des exécutions extrajudiciaires. Le droit à la résistance existe dans le droit international. Le Hamas n’est pas toujours très populaire à Gaza, mais le fait de riposter avec des roquettes a l’appui d’une majorité de la population qui ne voit pas d’autre moyen pour en finir avec le blocus.
A Tel-Aviv et à Jérusalem des citoyens israéliens courageux descendent dans la rue pour dénoncer cette agression. Michel Warchawski, journaliste israélien militant pour la paix dit ressentir pour la première fois de la peur face à la « fascisation »de sa société. Qu’en  pensez-vous ?
Ces Israéliens anticolonialistes sont courageux et formidables. Ils me rappellent la petite poignée de Français qui, contre leur propre société, se sont battus pour l’indépendance de l’Algérie alors que la majorité de la population tolérait la torture et les ratonnades. Le sionisme n’est pas seulement une idéologie criminelle, c’est aussi une idéologie suicidaire pour les Juifs qui entretient la peur et l’insensibilité, qui fait croire aux Israéliens que ce sont eux les victimes. Un jour, cette idéologie s’écroulera. On n’en est hélas pas encore là. En tout cas, le fait qu’Israël ait un gouvernement de type OAS n’est pas un hasard. Le sionisme a gommé toutes les différences idéologiques en son sein et ce sont logiquement les plus extrémistes et les plus racistes qui sont à la tête du pays.

En France le mouvement de solidarité avec les Palestiniens a connu des épisodes violents. À Barbès, puis à Sarcelles ces incidents ont émaillé les manifestations. Quelle est la responsabilité du gouvernement français dans ces violences ? Pourquoi refuse-t-il d’interdire la LDJ ?
L’attitude de Hollande et de son gouvernement est plus qu’ honteuse. Le soutien appuyé aux crimes de guerre actuels se double aujourd’hui d’une tentative d’interdire les manifestations pour les droits du peuple palestinien. Ce gouvernement reprend entièrement la thèse sioniste selon laquelle critiquer Israël est un acte antisémite. La France est un des très rares pays où la LDJ (Ligue de défense juive), groupuscule raciste très violent, n’est pas interdite. C’est la LDJ qui a provoqué les manifestant-e-s à Paris. Le gouvernement français, par son attitude, mélange sciemment juif, sioniste et israélien. La seule façon d’empêcher une explosion d’antijudaïsme, c’est de faire comme l’UJFP. Manifester avec nos camarades de l’ATMF (Association des travailleurs maghrébins de France) derrière la même banderole : « Juifs et Arabes unis pour la justice en Palestine ». C’est répéter inlassablement que cette guerre est coloniale, qu’elle n’est ni raciale, ni communautaire, ni religieuse, que la seule issue, c’est l’égalité des droits et           le « vivre ensemble ».
Selon vous y a-t-il un lien entre le lobby sioniste pro-israélien et les discours islamophobes en augmentation ces dernières années ?
Oui bien sûr. Israël est l’élève modèle de ceux qui prônent le choc des civilisations, la guerre du « bien » contre le « mal », le mal étant bien sûr les Arabes, les Musulmans, les « bronzés ». Alors que le colonialisme n’est plus « politiquement correct », Israël donne l’exemple d’une « reconquête coloniale ». Pendant plus d’un siècle, l’antisémitisme a été le dénominateur commun de toutes les idéologies d’extrême droite. Aujourd’hui l’islamophobie remplace l’antisémitisme. Les dirigeants de l’extrême droite européenne sont pro israéliens et vont visiter la Knesset ou Yad Vashem. Et nos pseudos intellectuels n’ayant plus le droit de dire « sale arabe » s’en prennent spécifiquement aux Musulmans ou aux « gens d’apparence musulmane ».
Pourquoi les médias français, à quelques exceptions près, continuent de relayer la propagande israélienne ?
Vaste question. La plupart des grands médias ne sont plus indépendants. Leurs propriétaires ne sont pas représentatifs de l’opinion. Et puis, le cliché selon lequel en France « les Juifs sont pour Israël, les Arabes pour la Palestine et le conflit est importé en France » leur plaît. C’est du sensationnel et ça fait vendre. L’honnêteté et la complexité qui les obligeraient à aller à Gaza, à enquêter sur les ravages du blocus, à relayer les rapports quotidiens qui nous arrivent tous les jours de Gaza, ça ne fait pas vendre.
Que faut-il faire pour contraindre Israël à mettre fin à cette tuerie et à lever l’embargo sur Gaza ?
En 66 ans d’existence, Israël n’a été que deux fois (très légèrement) sanctionné : en 1956 sur l’évacuation (déjà) du Sinaï et en 1991 quand Shamir refusait d’ouvrir des négociations. Les deux fois, Israël a cédé. RIEN NE CHANGERA SANS DES SANCTIONS.
La communauté internationale pour l’instant est silencieuse ou complice. C’est à nous, les citoyens et l’opinion publique, de tout faire pour changer la situation. En 2005, 172 associations de la société civile lançaient un appel au BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) contre Israël sur les revendications suivantes : fin de l’occupation, de la colonisation, destruction du mur, fin du blocus de Gaza (le plus urgent aujourd’hui), libération des prisonniers, égalité des droits, droit au retour des réfugiés. Ce boycott doit être total : politique, économique, commercial, universitaire, sportif, syndical, culturel …. Il remporte des succès de plus en plus notables. L’espoir est là : traiter l’Etat israélien comme on a traité l’Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid.
Entretien réalisé par Keltoum Staali

Affrontements Rue de la Roquette:un piège qui a permis de ne pas parler de Gaza

Par Michèle Sibony
Union Juive Française pour la Paix

LE PLUS. Dimanche à Paris, en marge d’une manifestation de soutien au peuple palestinien, des heurts ont éclaté entre militants pro-israéliens et pro-palestiniens. Que s’est-il vraiment passé ? Pour Michèle Sibony, membre de l’Union juive française pour la paix et de l’agence média Palestine, il n’a pas été rendu compte fidèlement de la réalité.
Édité par Hélène Decommer

8131405419298

 

 

Commençons par ce qu’il faut dire, et ce qui devrait intéresser tout citoyen comptant sur ses médias pour être correctement informé : la « guerre » de Gaza comme elle est appelée n’est pas une guerre, c’est en réalité l’opération d’éradication du Hamas lancée par le gouvernement israélien à partir de l’enlèvement des trois colons qui a servi de prétexte, mais surtout annoncée dès la constitution d’un gouvernement d’union nationale soutenu par les États-Unis et l’Union européenne.

 Depuis une semaine l’opération militaire « bordure de protection » a déjà fait plus de 200 cents morts, des civils hommes femmes et enfants pour l’essentiel, piégés sur un territoire minuscule, avec la plus haute densité de population du monde. Des centaines de blessés, des écoles des mosquées, des hôpitaux attaqués, tout cela lors de frappes dites chirurgicales. « L’Humanité » a informé du risque d’utilisation par l’armée israélienne d’une arme particulièrement redoutable : le dîme.

 Une connivence médiatico-politique

 Tout cela au moment du sinistre anniversaire de sept ans de siège et d’un blocus illégal aux yeux de toute la communauté internationale privant toute cette population de l’essentiel.

 Au sens strict et précis de toutes les normes du droit international, il s’agit-là de crimes de guerre tels que définis par l’article 8 du statut  la CPI.

 Pardon de ce qui semblerait être une digression, mais qui dit cela en France ? Quel média rappelle ne serait-ce qu’une fois le contexte d’occupation et de colonisation qui enferme le peuple palestinien tout entier ? Qui rappelle que la résistance d’un peuple occupé est un droit ?

 Nous avons assisté depuis le début de cette offensive à une présentation totalement univoque, en adéquation parfaite avec la position de notre propre gouvernement, elle même calquée sur la version israélienne  des événements : Israël est attaqué par des roquettes et a le droit de se protéger par tous les moyens. Disons, pour rester pudiques, que les chiffres des victimes dans les deux camps parlent d’eux même du rapport de forces en jeu.

 Il nous faut, pour pouvoir être clairs, commencer par dénoncer cette connivence médiatico-politique avec Israël, l’ambassade d’Israël en France et les soi-disant représentants de la communauté juive, le CRIF.

 Les manifestants pro-palestiniens sont tombés dans un piège

 La manifestation à Paris du 13 juillet était la première grande manifestation nationale de soutien à la Palestine. Quelques jours avant la manifestation dont le parcours était connu, Barbès-Bastille, les sites de plusieurs groupes juifs d’extrême droite appelaient à un rassemblement de soutien à Israël devant la synagogue de la rue de la Roquette, qui devait servir de bastion et de clé de voûte à l’opération de par sa proximité de la fin du parcours ( on peut trouver ces appels sur le net)

 Le président du consistoire central, Joël Mergui, a affirmé lui à l’AFP que « plusieurs dizaines de manifestants » s’étaient « délibérément » rendus devant la synagogue de la Roquette, non loin de la Bastille, « pour agresser verbalement et physiquement des juifs » réunis dimanche après-midi « pour prier pour la situation en Israël et pour la paix » (sic).

 
Les provocateurs – tous les témoins et les vidéos le montrent – ont été protégés et aidés par la police, ils ont entraîné à coups d’insultes et de fumigènes un petit groupe de manifestants excédés vers la synagogue.

 
Attirés devant la synagogue, les jeunes manifestants sont tombés dans le piège qui a permis :

 1- De ne pas parler de Gaza, et de ce qui s’y joue

2- De ne pas parler de la solidarité française avec la Palestine,

3- De transformer la grave question des crimes commis en ce moment à Gaza, en une opération antisémite méritant sanction, et

4- La sanction est sortie du tiroir où elle était prête : volonté d’interdiction des manifestations de soutien à la Palestine.

 
Il y a d’autres questions à se poser

 Le manque de clarté de la plupart des médias français, tombés dans le même piège, sans doute parce qu’ils n’avaient même pas pris la peine de « couvrir » la manifestation, et qui ont décidé comme on le leur avait soufflé qu’en l’occurrence le seul événement c’était des « heurts antisémites », a largement contribué à la réussite de cette opération.

 
L’un d’eux s’est-il interrogé sur le sens d’un rassemblement destiné à soutenir Israël devant et dans une synagogue ? L’un d’eux a-t-il mentionné que la  grande synagogue de la Victoire recevait il y a un mois un général de l’armée israélienne, qu’elle présentait à ses ouailles pour parler du service militaire en Israël ?

 Il y a ceux qui parlent, repris par le ministre Valls, d’importation du conflit. En réalité, il nous semble qu’on peut se poser la question d’une stratégie concertée, entre le CRIF et l’ambassade d’Israël, qui se résume en quelques phrases simples, mais redoutables : sachant qu’il n’est à l’évidence pas possible de gagner la bataille de la popularité, il s’agit de faire à tout prix diversion et forcer le silence.

 L’antisémitisme est alors tragiquement utilisé quand il existe, comme dans le cas de l’affaire Merah à Toulouse, pour imposer le renforcement des liens avec Israël, et quand il n’existe pas il faut le fabriquer parce qu’il est la meilleure arme, la seule dont on dispose et qui marche à tous les coups pour faire taire sur les crimes en cours à Gaza.

 Qui trouble l’ordre public ? De quel ordre s’agit-il ? Ce sont là les questions que chacun devrait se poser.

d’après : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1224159-affrontements-rue-de-la-roquette……

LE BULLETIN D’INFORMATION DES COMMUNISTES DE L’AUDE AVRIL-MAI 2014

LE POINT AVEC LES CELLULES                             Bulletin d’information des Communistes de l’Aude avril- mai 2014

Edito

Cette campagne des municipales, partout en France, acte le retour de la droite et de son extrême. Plus localement, Carcassonne et Narbonne n’échappent pas à cette poussée et basculent à droite. Un fort taux d’abstention, nous montre aussi la défiance des citoyennes et citoyens à l’égard des responsables politiques locaux. Notre président, lui, continue de faire la sourde oreille puisqu’il nomme à la tête de son nouveau gouvernement Manuel Valls. Il n’écoute pas le désaveu des français et même pire il nous signifie qu’il va continuer. Il se rend à Bruxelles avec son pacte d’ « irresponsabilité » et ses réductions budgétaires, alors que les privés d’emploi ne cessent d’augmenter, et avec eux la misère et la colère.

Mais cette séquence électorale nous aura permis de nombreux échanges avec toutes les forces progressistes de notre département. Sans l’appui des médias, tous les débats que nous avons menés ont nourri la population d’autres po- -litiques alternatives. En matière d’économie, d’écologie, de territoire nous avons construit pas à pas nos programmes. Nous tenons d’ailleurs, à remercier tous les amis-es cama- rades qui se sont investi lors de cette campagne des municipales.

Les prochains jours peuvent ouvrir une nouvelle séquence politique avec un grand débat sur les alternatives, les solu- tions, les grands chantiers à engager pour un changement à gauche. Avec les élections européennes, nous comptons bien affirmer notre volonté d’une Europe des peuples, solidaires. La marche du 12 avril s’inscrit dans cette perspecti- -ve et doit faire entendre d’autres voix que celles de la haine de l’autre, du racisme, de la xénophobie. Nous continuons de réclamer avec force une répartition plus juste des richesses.

Alors restons mobilisés, notre combat pour d’autres choix de société reste d’actualité !

Marie-Ange Larruy, Mylène Vesentini Co-responsables départementale

Agenda

12 avril Paris  Marche contre l’austérité

12 avril Narbonne 11 H     Marche contre l’austérité

1er mai

Manifestation- Carcassonne- Narbonne
Fête de la CGT« Floréale » Conques

Européennes: 25 mai 2014

Montage de la fêteJeudi 29 mai, à partir du jeudi 5 juin jusqu’à la fête

13 14 15 juin  Fête du PCF Coursan

MUNICIPALES

Les premiers éléments de ces municipales font clairement apparaître que la gauche dans son ensemble est en net recul. Les victoires du PS dans quelques villes, la reconquête de Montreuil, Saint- Denis, Aubervilliers et la victoire surprise d’ EELV allié au PG à Grenoble ne doivent pas nous faire oublier les nombreuses défaites. Les électeurs n’ont pas fait de détail entre gauche gouvernementale et gauche d’opposition…! Saluons tout de même la réélection de nombreux élu-es, de nombreux maires communistes dès le 1er tour, de nombreuses et nombreux conseillers municipaux communistes et apparenté-es issu-es de listes d’union de la gauche ou de liste Front de gauche.

En Languedoc-Roussillon, dans les PO, les communistes conservent Cabestany et Prades mais perdent Elne. Dans l’Hérault, le maire sortant PG FDG René Revol est réélu à Grabels, François Liberti et son équipe ne parviennent pas à reconquérir Sète. Le PCF-FDG conserve Vendres et d’autres communes. Dans le Gard, le PCF et les maires apparentés conservent la quasi- totalité des communes dont la Grand-Combe et Aramon. A Nîmes, la candidate PCF-FDG passe de 12 à 14%, suite à des flottements du PS qui n’a pas permis le dépôt de la liste de fusion dans les délais. A noter, à Nîmes comme dans de nombreuses grandes villes l’abstention est très élevée (plus de 41%) et les quartiers populaires, où nous réalisons d’habitude nos meilleurs scores, enregistrent des votes très à droite.

Dans l’Aude, les communistes conservent Camplong mais perdent Coursan au profit d’un maire PRG. A Conques, c’est la liste d’union de la gauche qui s’impose sans autre concurrence. A Fabrezan, notre camarade Maurice Séguier et son équipe sont battus. A Caves, Couffoulens, Trausse, les maires sortants PCF avaient indiqué leur souhait de ne pas se représenter.

Carcassonne et Narbonne : aucun élu. Pas de fusion entre les deux tours avec les listes PS. A Narbonne, Jacques Bascou n’a fait aucune démarche auprès de la liste FDG. JeanPierre Maisterra et la liste n’ont pas donné de consigne de vote tant la différence entre les deux projets de gestion de Mouly et Bascou était mince. (…)

La liste Carcassonne la Citoyenne FDG-EELV- ACC11 n’a pas souhaité de fusion de liste et a appelé à la mobilisation pour le vote du 2nd tour. Amandine Carrazoni a clairement appelé à voter J. Claude Perez.

LES ÉLUS  (premiers éléments,  merci de nous faire parvenir les élu-es PCF et Front de Gauche de vos secteurs, nous les ferons connaître dans le prochain bulletin

Lézignan  : Rémi Pénavaire (PCF), cons. municipal Béatrice Arnaud (PCF) Marc Terpin (PG) adj. maireCastel : J-Claude Castillo (PCF), adj. maire

Limoux  : M-Ange Larruy (PCF), adj. maire Sanchez Angel (PCF) adj. maire , Colette Lagoutte (PCF),Isabelle Lapeyre (ap PCF)

Coursan  : opposition Solange Izard (PCF), Marc Bé- teille (pcf), Francis Garaud (PCF), Christine Bousquet (ap PCF)
Camplong :  Serge Lépine (Maire)

Trèbes : Jeannine Garino (PCF) adj. maire, Cathy Cantié (PCF) cons. déléguée Albas Thrithard Guy (PCF) cons. municipal

Conques : Vanessa Ny (PCF), adj. maire

Fabrezan : opposition Maurice Séguier (ap PCF)

Feuilla : Denis Gamet (PCF) cons. municipal

Ferrals : Mendoza Yves ,Lopez Suzanne cons. Municipaux

Argeliers : Patrick Rynders,Lucienne Cayrac, adj. Maire, Nardin Guido, Jean Pierre Mill (PCF) Kabil Jacqueline et Maria Barral (FDG)

Barbaira :Marion Forato (PCF), Bérangère Duclos (ap PCF), Jean-Sébastien Sandoval (ap PCF)

Capendu : MoniqueGressier(PCF)

Lespinassière :Bernadette Sire (FDG)

Nebias :Alain Bonnery (PCF) 1er adj. maire

Ornaison : Sébastien Gasparini (PCF) adj. maire ,Jeanine Largy (PCF)

Port la Nouvelle : Geneviève Bastoul (PCF) cons. municipale
Roquefeuille :Jean-Louis Bousquet, (PCF) adj. maire

StMartin-Lys :FrancineAicart,(FDG)maire Trausse RusselHart(PG)

Villeneuve Minervois Robert Charneaux (PCF) un élu (FDG)

Villalier :Véronique Marcaillou (PCF)

 

 

Les européennes

Le 25 mai nous seront appelés à voter pour élire le nouveau Parlement européen avec ses 74 eurodéputés.

Comme vous le savez notre pays est découpé en huit circonscriptions interrégionales. Notre département fait partie
de la région Sud-Ouest, et nous aurons à choisir nos candidats. Avec Jean-Luc Mélenchon comme tête de liste en 2009 nous avions réalisé un score de 8,79%. Nous voulons une autre construction européenne qui soit conforme aux idéaux sociaux, économiques, démocratiques et éthiques de la gauche. Dans cette optique, il est juste de mettre en avant désormais l’objectif de refondation de l’Europe qui souligne l’exigence de transformations très radicales. C’est pourquoi nous portons la candidature d’Alexis Tsipras, comme Candidat au nom du parti de la Gauche européenne à la présidence de la Commission européenne. Nous espérons rapidement dépasser les divergences des composantes du Front de gauche pour commencer enfin notre campagne au plus près des citoyens.

Le grand marché transatlantique

La Commission européenne a obtenu mandat de la part de tous les États membres pour négocier avec les États-Unis le Transatlantic free trade area (TAFTA). Cet accord cherche à instaurer un vaste marché de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis, allant au-delà des accords de l’OMC.

Ce projet de Grand marché transatlantique vise le démantèlement des droits de douane restants, entre autres dans le secteur agricole, et plus grave encore, la suppression des « barrières non tarifaires » qui amplifierait la concurrence débridée et empêcherait la relocalisation des activités.
Il conduirait à un nivellement par le bas des règles sociales, économiques, sanitaires, culturelles et environnementales, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis.
Cet accord serait un moyen pour les multinationales d’éliminer toutes les décisions publiques qui constituent des entraves à l’expansion de leurs parts de marché. Nous pensons tous que ce projet consacre la domination des multinationales européennes comme américaines. Pour certains, il affirme également la domination des Etats-Unis. À coup sûr, il asservirait les peuples des deux côtés de l’Atlantique.

Partout en Europe, en France des publications, des collectifs se mettent en place pour alerter les populations des dangers graves de cet accord. Dans notre département, Raoul Marc JENNAR est venu nous expliquer la catastrophe qui nous menace si celui-ci était signé. Des collectifs locaux se mettent en place, avec des réunions publiques, diffusion de l’information, et distributions de tracts…Nous comptons bien mener une campagne d’information pour obliger notre gouvernement à reculer et à laisser tomber cet accord mortifère pour tous les peuples.

Marchons le 12 avril
contre l’austérité, pour l’égalité et le partage des richesses

Nous vous livrons ici, un extrait de l’appel pour la marche :
« Appuyé par des syndicats, des associations, par le Front de gauche, de nombreuses personna- lités ont pris l’initiative d’une marche nationale, à Paris, le mardi 12 avril, pour exprimer leur refus des politiques injustes et inefficaces menés par notre gouvernement. L’alternative aujourd’hui, ce n’est ni Valls Premier ministre, ni le retour de la droite au pouvoir. La nouveauté, ce serait de don- ner enfin la priorité aux femmes et aux hommes sur la finance. Il est urgent d’aller dans la rue, d’exiger un réel changement de cap, et la construction d’une alternative sociale, démocratique, écologique et féministe, fondée sur la solidarité. Notre peuple mérite mieux qu’un choix entre des reculs sociaux. »
Le parti communiste audois avec le Front de gauche mettra tout en œuvre pour réussir cette initiative. Des départs seront normalement prévus pour Paris soit en covoiturage, soit en bus de Toulouse ou Montpellier. Nous envisageons aussi d’être présents avec d’autres forces progres- sistes, sur les marchés des villes de notre département. Avec les animateurs de vos sections, nous vous tiendrons informés de toutes les possibilités pour que chacune et chacun d’entres vous puisse prendre part à cet évènement!

FÊTE DE COURSAN 2014

Cette année notre fête départementale aura lieu les 13,14 et 15 juin. La participation d’un maxi- mum de communistes à la préparation et à la tenue de celle-ci reste notre atout pour sa réussite. Je vous livre donc le programme de celle-ci afin que chacune et chacun d’entre nous puisse parti- ciper à cet évènement majeur pour notre organisation. Comme chaque année, un espace enfants avec maquillage, jeux, ballade en poneys, nous permettra d’accueillir les familles. Les associa- tions avec qui nous entretenons des liens privilégiés seront aussi présentes sur notre fête. William Carlesso – responsable de la fête

CÔTÉ DÉBATS

Samedi 14 juin : 

-Hommage à Mandela  avec Jaqueline Derens, militante contre l’apartheid, fondatrice de la Rencontre nationale avec le peuple d’Afrique du Sud (RENAPAS), auteur notamment d’un livre sur Dulcie Septem-
ber, elle a rencontré plusieurs fois Nelson Mandela .

-Expo-photo sur l’investissement des communistes audois dans la bataille pour l’abolition de l’apartheid et la libération de Mandéla.

-Lancement officiel de la campagne audoise pour la libération de Marwan Barghouti, prisonnier politique pacifiste palestinien condamné à la prison à vie qui croupit dans les geôles israéliennes.

Dimanche 15 juin

11heures : Débat avec les élu(e)s communistes et républicains sur le thème :
« Après ces municipales, comment combattre localement les politiques d’austérités? »

15 heures : Débat avec Francis Wurtz ancien député européen, Maïté Mola co-présidente du Parti de la Gauche Européenne : « Quel avenir pour une Europe sociale, des peuples…? »

CÔTÉ FESTIF

Vendredi 13 juin : Les Oldies , groupe local, ouvrent la fête avec le Rock Anglais des Sixties

Samedi 14 juin : 22h00-23h30 DANITO 00h00-01h30 LES GOULAMAS’K

Dimanche 15 juin :  14h30 /15h30 Spectacle de théâtre musical « Louise Michel » par Marie Ruggerri d’après les Mémoires et la correspondance de Louise Michel.

                                         18h00 : Villanova  : humoriste, son spectacle est un instrument de résistance à la pensée unique et d’émancipation intellectuelle : il est un « refus d’adhérer » et constitue un instrument indispensable au service d’une entreprise visant à dessiller les yeux des aveugles volontaires, comme l’explique Daniel Villanova : « Je plaide pour un rire qui prenne le parti des petites gens face à l’oppression et à la violence d’un système social chaque jour plus totalitaire, antihumain, mortifère…

… retrouvez toutes l’actualité du PCF sur notre blog du PCF Aude

4

APPEL POUR LA MARCHE DU 12 AVRIL

                                    MAINTENANT ÇA SUFFIT!

MARCHONS CONTRE L’AUSTÉRITÉ POUR L’ÉGALITÉ ET LE PARTAGE

                                             DES RICHESSES

 

  Nous n’en pouvons plus de voir la droite et l’extrême droite battre le pavé avec leurs cortèges de haine de l’autre, d’intolérance, de racisme, de sexisme, d’homophobie et d’intégrisme.
  En France, comme dans toute l’Europe, la rigueur budgétaire et l’austérité imposées par la Commission européenne, François Hollande et le gouvernement pour satisfaire les marchés financiers nourrissent ce climat malsain.

  Les conséquences sont là : services publics démantelés, acquis sociaux mis à mal… Le chômage monte, la précarité s’étend, les jeunes galèrent, les salaires et les retraites sont en berne. Les inégalités se creusent tandis que les grandes entreprises versent aux actionnaires des dividendes insolents.

  Partout ces politiques provoquent indignations, colères et désespoirs. Elles nous révoltent.
Elles s’accompagnent du recul général des droits : à l’éducation, à l’emploi, à un revenu correct, à la santé, à un logement stable et décent. Les inégalités d’emploi et de rémunération attaquent plus durement les droits des femmes et des migrant-e-s. La répression s’abat sur les sans-papiers, les Roms, les plus précaires, et celles et ceux qui les défendent.

  Alors que des choix politiques résolument à gauche devraient s’imposer face à la crise, les renoncements du gouvernement devant les exigences du Medef et de la droite en matière sociale, environnementale, familiale et sur le droit de vote des étrangers… scandalisent.

 Avec l’assentiment enthousiaste du Medef, le Président de la République veut désormais faire du  pacte de « responsabilité » le cœur de sa politique. Au patronat, il octroie 35 milliards d’allégement de cotisations. Qui peut croire que ce nouveau cadeau permettra de lutter contre le chômage ? Devant un Medef qui refuse de s’engager sur des créations d’emplois, le gouvernement Ayrault s’engage, lui, à réduire les dépenses publiques de 50 milliards d’euros. Dans la ligne de mire, la Sécurité sociale et les services publics. Mais ce sont aussi les collectivités territoriales asphyxiées, les associations étouffées, la culture sacrifiée.

  Ce n’est décidément pas cela que nous voulions, nous qui, par millions, avons contribué à chasser Sarkozy. Personnalités morales, acteurs et actrices du monde de la culture et des arts, du monde du sport, responsables syndicaux, associatifs, politiques, nous sommes divers par nos engagements. Mais ensemble, nous voulons construire une dynamique pour une alternative sociale, démocratique, écologique et féministe, fondée sur la solidarité.

Nous appelons le samedi 12 avril à Paris à une marche nationale d’espoir à gauche, contre l’extrême droite, pour l’abandon du « pacte de responsabilité », pour une juste distribution des richesses. Cette marche ne restera pas sans lendemain.

Cet appel a été signé par 200 premières personnalités. Parmi elles de nombreux syndicalistes de plusieurss organisations syndicales, des animatrices et animateurs de mouvements associatifs, des personnalités morales, des actrices et acteurs du monde des arts et de la culture, des universitaires, des responsables de formations politiques et des élus.

NON AU RACISME ET AUX DISCRIMINATIONS !

Posté le 12 février 2014

Déclaration de Patrick Le Hyaric Député au parlement européen, Vice-président du groupe GUE/NGL

après l’incendie d’un camp de roms à Bobigny

Notre tristesse et notre émotion sont immenses après l’incendie d’un camp de roms dans la ville de Bobigny. Au cours de celui-ci une fillette de huit ans est décédée dans des conditions atroces. Notre colère est d’autant plus grande !
 
Il est urgent d’en finir maintenant avec la vie imposée aux populations roms, aux discriminations qu’elles subissent, à la criminalisation de leurs déplacements au sein même de l’Union européenne. Ils sont contraints de vivre dans des bidonvilles dignes d’un autre siècle, dans des conditions sanitaires déplorables, relégués, rejetés et stigmatisés.
 
Les autorités nationales et particulièrement l’Union européenne ne peuvent continuer à détourner les yeux de ces drames humains et de la vie de ces populations, partie intégrante de l’Europe.
 
Une nouvelle fois, j’adjure les autorités européennes de prendre à bras le corps les enjeux liés à la vie des familles roms en organisant une conférence européenne, associant les gouvernements, les représentants des parlements, des maires, des associations et des représentants de la communauté rom, afin de créer les conditions pour que ces citoyens européens puissent vivre dignement au lieu de leur choix, puissent avoir accès à des logements décents, à l’éducation, à l’emploi et à la santé.
 
D’autre part, un grand plan d’action doit être décidé contre toutes les formes de discrimination, conformément aux principes de liberté de circulation des individus qui sont garantis par les Traités, Conventions et Chartes européennes sur les droits de l’Homme.
 
Toute discrimination, tout propos stigmatisant d’où qu’ils viennent doivent être condamnés fermement. Toutes les législations orientées contre ces populations comme en Hongrie, ou d’autres dispositions comme les quotas de renvois et d’actions de retour forcé contre les roms dans quelque pays que ce soit, les poussant à la clandestinité, doivent être bannies.
 
Enfin, l’Union européenne, en coopération avec les Etats, doit décider d’un grand plan d’éradication de la pauvreté et d’aides conséquentes aux mairies qui le souhaitent pour l’aide à la construction de lieux d’accueil et d’habitat. Des outils existent pour progresser en ce sens, comme par exemple l’utilisation des 20% du fonds social européen destiné à l’inclusion sociale, la mobilisation des fonds de cohésion et maintenant l’utilisation du nouveau fonds européen d’aides aux plus démunis.
 
Au nom des parlementaires de la Gauche unitaire européenne, je demande que les dirigeants nationaux et européens ne restent pas indifférents au  drame de Bobigny et la mort atroce de la petite Mélissa.

A PROPOS DE LA « THÉORIE  » DU GENRE : VOUS AVEZ DIT « GENRE »? « GRAND GENRE »??

 

LE FANTASME RÉACTIONNAIRE DE « LA THÉORIE DU GENRE »

 Depuis plusieurs mois, se développe un mouvement de propagande pour appeler les parents aux  JRE , ou journées de retrait de l’école.

Les appels pour ces « JRE » –qui se font  par envois de mails ou de SMS- ont pour objectif de demander aux parents de garder leurs enfants à la maison une fois par mois,  pour, disent-ils, dénoncer un « enseignement obligatoire de la théorie du genre à l’école ».

 Cet enseignement serait , selon les auteurs de ces appels, contenu dans les ABCD de l’égalité, modules pédagogiques testés depuis janvier dans quelques centaines de classes et destinés à lutter contre les stéréotypes sexistes dès la maternelle.

 Qui est à l’origine de ce mouvement?

 C’est une romancière et cinéaste, Farida Belghoul, qui a lancé le premier  appel le 18-12- 2013 .

Proche d’Alain Soral, (qui se déclare ouvertement « national-socialiste » et antisémite) elle a rejoint les catholiques traditionalistes de la  Manif pour tous , les identitaires, les islamistes intégristes, des militants d’extrême-droite et de l’UMP, pour dénoncer dans son blog la « théorie contre nature »  «  du « gender », que les pouvoirs publics voudraient enseigner dès la maternelle pour « encourager la masturbation » ou « apprendre l’homosexualité » à nos enfants, à travers les ABCD de l’égalité. 

                                                           ???

 QUE SONT CES ABCD DE L ‘ÉGALITÉ ?

Il s’agit d’ une dizaine de séquences pédagogiques, qu’on peut trouver sur  le site Internet qui leur est dédié :

www.cndp.fr/ABCD-de-l-egalite

et auquel chacun peut avoir accès.

Ces séquences pédagogiques, adaptées aux différents niveaux de classes ont pour but de faire s’interroger les élèves sur les stéréotypes sexistes et les inégalités sociales qui en découlent entre les hommes et les femmes, stéréotypes véhiculés par la langue,  le vocabulaire, les comportements, les habitudes, les traditions ( comme « Papa lit et Maman coud » titre d’un essai critique des manuels scolaires depuis le cours préparatoire dès les années 60)

  Y a-t-il une « théorie du genre », qui serait mise en place dans l’Éducation nationale ?

 Il y a dans l’Université depuis une quarantaine d’années une discipline universitaire à part entière, intitulée :

«  études de genre ».

Son objet : « tout ce qui dans la construction de l’identité sexuelle et dans la division entre les sexes, relève de mécanismes d’ordre social et culturel ».

Ce qui ne nie pas les différences biologiques entre les personnes , mais refuse que ces différences biologiques  déterminent à elles seules les différences psychologiques et comportementales : cela, les sciences humaines, ethnologie, anthropologie, sociologie,linguistique,  psychologie, psychanalyse …nous l’ont appris depuis un siècle…

 On peut donc dire en conclusion que la seule « théorie du genre » existante serait  celle que défendent les adeptes de Farida Belghoul et consorts : l’affirmation d’un déterminisme biologique comme cause univoque du comportement humain, conception développée à la période la plus noire de notre histoire, ( VOIR ALEXIS CARREL et sa conception d’un eugénisme négatif) qui a nourri et nourrit encore les racismes et discriminations de tout genre.

Mais ce n’est pas une théorie, c’est un fantasme derrière lequel se cachent les conservateurs de tout poil, et qui nourrit des réactions de peur : des militants de la Manif pour tous n’ont-ils pas lâché le morceau dans les affiches qu’ils brandissaient sur lesquelles ils avaient écrit « TOUCHE PAS À MON STÉRÉOTYPE ! »

 

 

 

 

 

A PROPOS DE L’AIRE DE GRAND PASSAGE ET DE LA « DÉMOCRATIE » À LA MODE « BASCOU »

           La démarche du Maire de Narbonne, président de l’Agglomération, ne peut qu’interpeller : elle ne nous paraît pas être guidée par une réelle volonté de concertation et de transparence, nécessaire à la résolution d’un tel sujet sensible.

Elle est plus sur la recherche de la polémique que sur la construction du consensus…

            Déjà, l’année dernière, la façon dont Mr Bascou a procédé- que ce soit à Ste Rose, sur le Quatourze ou à Monplaisir, – s’est apparentée  de fait à  de l’agitation d’un chiffon rouge pour provoquer les réflexes les plus réactionnaires contre des populations assimilées mensongèrement à dégradations, incivilités, vols, etc…

            Cette manœuvre permet au maire de Narbonne de se réfugier derrière ces réactions pour refuser l’aire sur sa ville et la « refiler » à d’autres communes, si possible, d’une autre tendance politique ! Quand on sait que Narbonne est l’une des plus grandes communes de France, un carrefour autoroutier, on s’étonne que le maire et ses conseilleurs n’aient pas su y trouver la place à laquelle les contraint la loi.

         On est loin d’une volonté responsable de surmonter les obstacles et les réticences pour construire ( par l’écoute, le dialogue et l’argumentation) le consensus nécessaire à une décision acceptable pour tous, respectueuse de tous.

            Au lieu d’opter pour la transparence, les échanges d’expériences, la discussion pour élaborer une autre stratégie, il participe par ses manœuvres, au rejet d’une population par une autre, à l’exclusion de minorités, à la montée de la haine, du racisme, si fortement caractéristiques des partis de droite et d’extrême-droite, à la droitisation de la société, alors que par ailleurs celle-ci fait majoritairement d’autres choix  (mariage pour tous, droit de vote des étrangers pour les élections locales…)

            Si c’est simplement d’un manque de savoir faire vivre la démocratie dont souffre le président du Grand Narbonne, nous pouvons l’assurer de notre disponibilité pour faire vivre une autre façon de faire de la politique.

                   Et, par exemple sur ce sujet :

       A)   Une première étape réunissant les associations des gens du voyage, les élus, les administrations et les citoyens pour un premier échange :

      -sur les besoins en infrastructures d’une telle aire (accès routiers, réseaux électriques et d’eau, sanitaires, évacuation, etc…).

      -sur l’environnement et les besoins (services, commerces, surfaces protégées, terres agricoles, etc…) à prendre en compte pour ce type de réalisation,

      -sur les inquiétudes souvent légitimes de la population riveraine, à prendre en compte, sans juger leur priorité…

      B)    Une seconde phase, toujours publique, mettant en avant des solutions concrètes aux besoins et problèmes soulevés : échanges avec des élus, associations et riverains d’agglo ayant déjà une expérience d’une telle aire pour aider à répondre par des mesures adaptées aux inquiétudes exprimées… Recensement des lieux pouvant répondre à l’implantation de cette aire et évaluation, chiffrage des coûts, avant que le conseil d’agglo après d’autres échanges puisse en connaissance des dossiers et en toute transparence envers la population, prendre la décision finale.

           Gageons qu’une telle démarche, permettant à chacun de s’exprimer et d’échanger sur ses craintes, d’interroger sur les différentes propositions, d’avoir des réponses en y participant éviterait toute stigmatisation et manifestation de rejet envers une population aussi digne qu’une autre.

 Pour le Parti Communiste de la deuxième circonscription : Jean-Paul Tournissa  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La baudruche Le Pen en voie d’explosion

marine le pen amene le pire

La baudruche Le Pen en voie d’explosion L’opération vérité du Front de gauche et de son candidat Jean-Luc Mélenchon pour dévoiler la véritable nature de Marine Le Pen commence à porter ses fruits. Malgré ses facilités médiatiques où la représentante de l’extrême droite débite à n’en plus finir ses mensonges xénophobes, la vérité commence à faire son chemin sur la nature de celle que l’on présente faussement comme « proche des milieux populaires ». D’après BVA, pour la première fois, la popularité de Jean-Luc Mélenchon dépasse celle de la candidate frontiste dans l’électorat ouvrier. Lors de la visite de Mme Le Pen à l’usine PSA Sochaux pour communiquer autour du sommet social, des militants communistes et du Front de gauche sont venus apporter la contradiction et lui rabattre son caquet. C’est aussi grâce à une multiplication de tracts, de vidéos et d’argumentaires produits par nos soins pour démontrer l’impasse et la dangerosité de ses propositions économiques, mis à la disposition de tous . Le PCF et ses partenaires du Front de gauche continueront de combattre le Front national, ses idéaux et ses dirigeants. Le vernis populaire de l’héritière du trône du FN craque, la baudruche Le Pen est en voie d’explosion.

Sauvons la Palestine

palestine.jpg«Bain  de  sang»,  «tragédie»,  «crime  de guerre»,  «gaza   martyre»,  les  mots s’accumulent pour nommer le choix du gouvernement israélien d’engager un conflit militaire sur le territoire palestinien.

Une fois de plus, une fois encore, le Proche-Orient s’embrase. Le peuple palestinien compte ses  morts  par centaines, ses blessés par milliers. Les démolitions sont massives : écoles, cliniques, mosquées sont bombardées. La perspective d’une paix juste et durable s’éloigne…

Samedi 10 janvier à Narbonne -11 heures devant la sous-préfecture- comme dans d’autres villes françaises et européennes, soyons nombreux pour crier : « stop à la guerre ! L’horreur, l’inhumain, ça suffit ! ».

Ensemble, exigeons l’arrêt immédiat de l’offensive terrestre, le retrait des troupes israéliennes de gaza, la cessation des bombardements. Il n’y a pas d’issue dans l’escalade militaire et la guerre qui, d’annexions en colonisations, de blocus en mur de la honte, nourrit les fanatismes et leurs violences.

Donner sa chance à la paix, c’est travailler enfin à une solution juste et durable : un état palestinien de pleine souveraineté dans les frontières de 1967. Deux états, palestiniens et israéliens vivant en sécurité et en coopération ! Le choix de la guerre tourne le dos à cette solution.

La France et l’Europe doivent peser de tout leur poids -elles en ont les moyens- auprès d’Israël pour que soit mis fin à cette épouvantable offensive militaire. Elles doivent être à l’initiative d’une force de protection internationale permettant la sécurité de tous dans cette  région  et ouvrant  la  voie d’une  relance  d’un  réel processus de paix.

C’est tout cela que nous dirons ensemble ce samedi !

A l’issue de ce rassemblement, nous souhaitons que se crée, dans la concertation, une coordination ouverte à tous -syndicats, organisations politiques, associations, citoyens- qui dans ce moment tragique veulent s’investir pour sauver la Palestine et la paix.

Rassemblement samedi 10 janvier à 11h devant la sous-préfecture


Banderoles racistes au stade de France !

foot raciste

 

Les tribunes du Stade de France ont été souillées par la banderole raciste déployée par des supporters du PSG, inspirés ou adeptes de la meilleure tradition de l’extrême-droite française en matière de haine sociale et raciste. Malheureusement, cette triste affaire s’ajoute à d’autres. Les stades de foot comme la tribune de Boulogne sont bien trop souvent le lieu d’actes xénophobes.

A présent, la coupe est pleine. Assez d’ignominie ! Il est temps de déployer les grands moyens pour faire le ménage et empêcher que de tels actes se reproduisent. Les interdictions de stade ne suffisent plus. Il est juste que le parquet de Bobigny ait ouvert une enquête préliminaire pour provocation à la haine et à la violence. Le sport doit se débarrasser de cette « peste brune » ! Souhaitons que les auteurs de cette sinistre banderole soient identifiés et qu’ils soient punis à hauteur de ce qu’ils méritent. Mais au bout du compte, dans de telles situations, les équipes, les arbitres, les responsables de stade, ne devraient-ils pas en tout premier lieu simplement refuser de jouer ? Hep, Jesse Owens, reviens vite !

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues