Archives pour la catégorie pétitions

NOUVEAU TRAITÉ EUROPÉEN

LE CHOIX POLITIQUE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL

 

La section de Narbonne du PCF communique :

La décision rendue  , jeudi  , par le Conseil Constitutionnel à propos du nouveau traité européen  est purement politique …

La vocation de cette institution est de veiller au respect des principes de la Constitution . Or elle n’a trouvé rien à redire à un texte qui remet en cause l’un de ces principes fondamentaux : la souveraineté de notre peuple et de ses représentants élus !

Le traité de Maastricht avait été apprécié autrement et soumis alors à référendum .

Non seulement ce nouveau traité introduit la fameuse « règle d’or » avec un taux toléré de déficit abaissé à 0,5% – aggravant ainsi le « corset » de Maastricht – , mais il développe surtout  toute une série de dispositions de surveillance et d’intervention , antidémocratiques et donc anticonstitutionnelles .

Il donne le pouvoir à des institutions extérieures au pays , dont la Commission de Bruxelles , de décider du budget national , de le rectifier si elles le jugent nécessaire , de contrôler la nature des recettes et des dépenses…Or l’un des fondements de notre démocratie est précisément la responsabilité du Parlement d’ élaborer le budget de la Nation , de lever l’impôt , d’en répartir les fruits …

C’est le plus important transfert de compétences qu’on puisse imaginer pour un Etat !

Quand on sait que ce transfert a pour objectif d’imposer la réduction des dépenses sociales et publiques c’est-à-dire « l’austérité à perpétuité » , on est en droit de penser que le Conseil Constitutionnel a oublié sa fonction  pour privilégier des considérations politiques!

Ajoutons que ce traité n’est pas qu’un un pacte budgétaire : il porte aussi  sur «  la coordination des politiques économiques » qui est une véritable immixtion  dans les choix  économiques des gouvernements ,  conditionnant toute réforme dans ce domaine à l’autorisation des institutions européennes Avec un tel traité , comment voter par exemple une loi « anti licenciement boursier » !

Cette surprenante décision ne parviendra pas à étouffer le nécessaire débat sur les moyens de sortir l’Europe de la crise !

Ce traité ne peut être adopté en catimini à la faveur d’une séance extraordinaire du Parlement en septembre .

Chacun est devant ses responsabilités!

Nous continuons à réclamer , avec encore plus de force , un débat et un référendum sur ce nouveau traité européen !

Pour signer la pétition:

https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?pli=1&formkey=dHUzNk8tQmNKb0tqdzdYZEpoNlBIVFE6MQ#gid=0

 

 

 

Refusons la privatisation de La Poste !

poste.jpg

Pour signer la pétition en ligne, cliquer sur l’image…

Un référendum pour les urgences de Lézignan

referendumlezignan.jpg

Voulons-nous des urgences ouvertes 24 h sur 24 à l’hôpital de Lézignan Corbières ?

Votons et faisons voter au référendum populaire organisé dans les localités du Pays Corbières Minervois durant la semaine du 19 au 24 mai. Les urgences sont indispensables à toute la population : c’est un besoin et un droit. À des milliers de voix, plusieurs fois, par pétition, par manifestations nous avons déjà répondu à cette question… Mais, cela ne suffit pas, le directeur de l’agence régionale de l’hospitalisation ne répond pas. Il ne daigne même pas rencontrer les responsables du conseil d’administration de l’Hôpital de Lézignan.

(suite…)

OGM :Crise à droite !

sanstitrebbb.gifLa droite a adopté dans la pagaille le texte sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) dans une version profondément remaniée par rapport au projet de loi initial par plusieurs amendements issus de l’opposition.

Un vote d’extrême justesse (avec 20 voix d’écart) qui en dit long sur les proportions de la crise qui secoue le gouvernement Fillon et sa majorité. Une centaine de députés de droite se sont abstenus ou ont refusé de voter, ce qui équivaut à autant de « vote contre » selon le député UMP Grosdidier qui lui même a voté contre.

Le catalyseur de cette crise à droite est l’amendement des députés communistes sur l’exclusion des OGM de zones entières où sont implantées des filières agricoles de qualité ( AOC, Label rouge, label « non-OGM », etc…). Son adoption par la gauche et plusieurs parlementaires de la majorité n’en finit pas de déchaîner la colère des élus de droite les plus proches des lobbies des semenciers OGM.

Victime expiatoire désignée de ces querelles intestines, la secrétaire d’Etat à l’écologie et au développement durable, Nathalie Kosciusko-Morizet, coupable aux yeux des élus de droite de ne pas s’être opposée dans l’Hémicycle à l’amendement présenté par André Chassaigne. On s’est échangé des noms d’oiseaux entre leaders de droite (Borloo, Copé qualifiés de lâches) et finalement la ministre a dû présenté ses excuses.

Au delà de la polémique personnelle, l’épisode révèle que « l’origine des problèmes » à droite n’a que peu à voir avec Mme Morizet mais beaucoup avec les résistances qui se développent face aux projets de la droite, à la mesure de la colère suscitée par le reniement des engagements, comme ceux pris lors du Grenelle de l’environnement.

Ce qui n’est pas sans provoquer des tensions inédites dans l’UMP. Furibard, Fillon a mis en cause nommément « l’amendement Chassaigne qui n’aurait pas dû être voté« .

Signez en ligne : OGM, l’appel des 252

A télécharger :

DU NOUVEAU… DU NOUVEAU… DU NOUVEAU…

 

Du nouveau selon France 2 en date du 15 avril :

 » Gouvernement et majorité ont trouvé un compromis qui vide de son sens l’amendement de gauche votée à l’Assemblée :

Pour mettre un terme à deux semaines de couacs et fortes tensions, la solution retenue vise non pas à supprimer purement et simplement l’amendement Chassaigne (PCF) -dont l’adoption avait provoqué la colère des députés UMP et constitué une victoire pour les anti-OGM – mais à le vider, de fait, totalement de son contenu.

Les sénateurs UMP vont en effet « sous-amender » ce fameux amendement -qui restreignait l’utilisation des OGM en les interdisant notamment dans les zones AOC- en stipulant que « la définition du « sans OGM » se comprend nécessairement par rapport à la définition communautaire », a annoncé le patron des députés UMP, Jean-François Copé, à l’issue de la réunion du groupe à l’Assemblée.

Or, le seul taux européen en vigueur (0,9%) ne concerne que l’étiquetage et non la production elle-même. « Dans l’attente d’une définition au niveau européen, le seuil correspondant » à la présence ou non d’OGM « sera fixé par voie réglementaire sur avis du Haut conseil des biotechnologies », créé par le texte, a précisé M. Copé.

Ce compromis a été trouvé à l’issue d’une série de discussions au plus haut niveau: réunion lundi à l’Elysée autour de Nicolas Sarkozy avec des responsables UMP de l’Assemblée et du Sénat et petit-déjeuner de la majorité mardi à Matignon.

C’est sur ce texte qu’avait éclaté la virulente polémique entre la secrétaire d’Etat à l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet d’un côté et l’UMP et le ministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo, de l’autre« .

 

Où va mener la crise des « subprime » ?

grillebourse.jpgLa violence du krach boursier met en évidence les périls auxquels près de trente ans de dictature de la finance exposent la planète.

Où va mener la crise des « subprime » ? Pour répondre à cette question, on peut se placer à trois horizons différents.

Premier horizon : la crise des crédits immobiliers américains n’est pas finie et ses conséquences sur le système bancaire vont continuer de se faire sentir dans les mois qui viennent. Des centaines de milliers de ménages américains ont été expropriés, des millions d’autres vont l’être dans les deux ans qui viennent. Les prix du m² continuent de baisser dans plusieurs grandes villes américaines. Après les pertes énormes confessées par les toutes premières banques internationales comme Citigroup ou Merrill Lynch, la confiance n’est pas rétablie sur le marché monétaire malgré les efforts répétés et coordonnés des banques centrales. Ne sachant pas si d’autres pertes dissimulées dans les bilans ne vont pas provoquer de nouvelles faillites comme celle de la banque Northern Rock aux États-Unis, les banques hésitent à se prêter entre elles. Même si aucun nouvel évènement fâcheux ne se produit, le système financier mondial va rester dans une zone de danger pour l’année qui vient.

 

(suite…)

Sauvegardons la laïcité de la République

Pétition à signer en ligne : 141 134 signataires au 24 mars / Vous aussi Signez la pétition

Les organisations et personnes signataires rappellent solennellement que, selon l’article 1er de la Constitution, la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Ces quatre termes indissociables définissent des principes qui s’imposent à tous, au premier rang desquels le Président de la République. Or, les déclarations récentes de Monsieur Sarkozy, mêlant ses convictions personnelles et sa fonction présidentielle, portent atteinte à la laïcité de la République.

(suite…)

La bourse ou la vie

Le problème du financement de la santé et des retraites est instrumentalisé aujourd’hui pour orienter la société vers plus de précarité et d’inégalité. S’il s’agit d’ouvrir toujours plus la solidarité nationale à l’appétit des « acteurs privés », l’objectif avoué de la droite reste le démantèlement complet des acquis sociaux de la libération et l’adaptation de la société française aux grands modèles du libéralisme mondial.

Il nous appartient aujourd’hui de s’opposer à cette entreprise mais également de montrer que nous avons les solutions pour faire autrement.

1.jpg

Car ce n’est pas uniquement la santé et les retraites qui sont concernées. Tous les secteurs qui demandent une intervention de l’Etat prenant la mesure des défis de notre époque le sont aussi : l’emploi, l’éducation, l’énergie, la culture, les transports, le logement, l’écologie.

Les profits à cours termes ne peuvent et ne doivent pas – par les absences de règles consenties par le libéralisme – définir et orienter le niveau d’exigence que nous souhaitons en terme d’action publique : répartissons les richesses pour une société solidaire !

Voir le dossier : clic sur imetoile.jpgage !

Traité Sarkozy : un référendum s’impose !

référendum

 

Destiné à se substituer aux traités actuels, le Traité dit simplifié (Traité Sarkozy) n’existe que parce que le Traité Constitutionnel Européen a été rejeté par le vote des peuples français et néerlandais. À l’exception de quelques symboles, il en reprend toutes les dispositions : politiques, sociales, économiques et financières, environnementales, de défense…

Comme en 2005, les Français doivent être saisis de tous les termes du débat et pouvoir choisir pour ou contre, souverainement par leur vote. Seul le suffrage universel peut avoir la légitimité de décider sur un point que le suffrage universel a tranché. C’est une exigence démocratique élémentaire, portée aujourd’hui par une majorité de nos concitoyens. C’est aussi la condition pour sortir l’Union européenne de la crise de confiance qu’elle connaît : sa construction ne peut être que l’oeuvre de ses peuples. Or, Sarkozy a décidé de faire ratifier ce traité par la voie parlementaire, dès le mois de janvier 2008. Nous demandons à Nicolas Sarkozy de revenir sur cette décision et d’organiser un référendum, précédé d’un grand débat national, sur l’adoption de ce traité.

Il n’est, quel que soit son choix (OUI ou NON), du pouvoir de personne d’empêcher les citoyennes et les citoyens de décider de leur destin.

Nous exigeons un référendum !

Pour signer la pétition, un clic…

 

Défendre le service public de La poste !

La Commission européenne a franchi le dernier pas vers la libéralisation totale des services postaux en proposant d’ouvrir à la libre concurrence pour le 1er janvier 2009 et au plus tard le 1er janvier 2011 la distribution du « petit » courrier, par nos facteurs,dernier domaine qui n’était pas encore libéralisé.

Signez la pétition en ligne !

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues