Archives pour la catégorie PCF

PALESTINE : La diplomatie française ne peut continuer cette politique du laisser-faire

Par Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, président du PGE

UnknownComme beaucoup, je suis affligé par la manière dont la voix de la France a été portée par François Hollande au plus fort des bombardements israéliens sur Gaza, faisant à ce jour plus de 180 civils tués et 1089 blessés palestiniens. Les déclarations du chef de l’État ont d’abord été explicitement pro-israéliennes, puis marginalement « neutres » renvoyant à tort chacun dos à dos. Elles sont surtout totalement vides d’initiative politique pour contribuer à une solution pacifique.

 

  Cette stratégie meurtrière d’Israël visait à délégitimer l’Autorité palestinienne et affaiblir le nouveau gouvernement mis en place le 2 juin. Rien ne justifiait le déluge de violence de l’armée israélienne qui s’est abattue sur la population civile prise au piège par le blocus à Gaza, mais aussi sur les habitants de Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Le gouvernement Netanyahou doit répondre de ses actes devant la communauté internationale laquelle doit impérativement ouvrir la voie à de vraies négociations.

  La diplomatie française ne peut continuer cette « politique du laisser faire ». Aujourd’hui, à l’initiative de l’Égypte, Israël se disait prêt au cessez-le-feu. Il faut saisir cette occasion. La solution est connue : deux peuples-deux Etats souverains, dans les frontières de 1967, Jérusalem-Est pour capitale de l’Etat palestinienne et le respect scrupuleux de toutes les résolutions de l’ONU.

 Seules des sanctions, comme la suspension des accords d’association entre l’Union européenne et Israël peuvent efficacement contraindre Benyamin Netanyahou à renoncer à la poursuite de la colonisation et engager son pays dans des accords de paix durables.

 La reconnaissance par la France de l’État palestinien et l’appui à l’initiative politique de l’autorité palestinienne dans son effort d’entente nationale mettraient à mal l’impunité dont jouit depuis trop longtemps le gouvernement israélien. C’est avec cet objectif que la diplomatie française doit agir. Car tant que cette impunité durera, tant que l’humiliation et la violence dont les Palestiniens sont la cible dureront, les partisans palestiniens et israéliens de la paix seront fragilisés.

 En France, les usages malsains, intolérants et racistes organisés par certains groupes extrémistes n’ont pas leur place dans le soutien au peuple palestinien. Ils ne peuvent pas non plus servir de prétexte pour étouffer la voix de la France solidaire et pacifiste.

 J’appelle les femmes et les hommes de France épris de paix et de justice à se rassembler partout en France aux initiatives du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Israéliens et Palestiniens.

LETTRE DU PCF GRAND NARBONNE DE JUIN

DERRIERE L’ARRÊTÉ ANTI-MENDICITÉ… UNE SOCIETE SANS HUMANITE !

L’inspiration idéologique de l’arrêté municipal anti-mendicité dont nous avons dénoncé l’ineptie, l’hypocrisie, le cynisme dans la presse locale comme lors de la « Fête de la diversité » de dimanche dernier est à chercher du côté de la droite voire de son extrême…

Il est flagrant que sa raison d’être n’est pas le souci de l’ordre public mais bien la désignation de nouveaux boucs émissaires. Car qui peut croire que la mendicité en centre ville serait responsable des difficultés de l’activité commerciale et non la politique d’austérité avec l’envolée du chômage et la dégradation du pouvoir d’achat du monde du travail?

Cet arrêté s’inscrit dans une logique de rejet, d’exclusion, de division des victimes de la crise que l’on retrouve dans maintes décisions ou propositions du Front National.

C’est le maire FN du Hénin Beaumont qui, avec un arrêté analogue, se lance dans la chasse aux roms … C’est le maire de Béziers qui s’en prend aux pauvres en leur interdisant d’étendre leur linge à la fenêtre… Ce sont les conseillers municipaux de ce même parti qui, à Narbonne, réclament la suppression des subventions communales aux unions
locales syndicales…

La marginalité, la pauvreté, la résistance…
Tout cela doit être mis à l’écart ou réduit au silence!

Voilà leur projet de ville « clean », de ville propre…. En fait, une société sans humanité, sans solidarité !

Cela fait froid dans le dos !

Le point de vue d’un citoyen :

Le comble de cette affaire, c’est que la mairie pourra réclamer le paiement d’une amende de 38 euros au SDF contrevenant !
Qui sera donc obligé de… faire la manche pour payer..?

RIDICULE !

Richard.

 

NOS RENDEZ-VOUS   : 13-14-15 JUIN PCF FÊTE DE COURSAN

-débat-débat-débat-débat-débat-débat-débat-

HOMMAGE A MANDELA

SAMEDI 16H

-débat-débat-débat-débat-débat-débat-débat-

La constitution d’une alternative à gauche réunissant forces du Front de gauche, socialistes mécontents, démocrates, syndicalistes devient un impératif et une urgence.

Rassembler ceux qui veulent mettre au pas la finance et ouvrir une nouvelle ère de progrès social et démocratique, puiser des forces dans des luttes coude à coude, rassembler passionné- ment, c’est l’immense chantier qu’il ne faut pas différer…DIMANCHE 16H AVEC F. WURTZ

REFORME TERRITORIALE

DIMANCHE 11H30

AVEC LES ELUS COMMUNISTES ET REPUBLICAINS

Parti Communiste Français  » L’atelier populaire  »
6 Place Belfort 11100 Narbonne Tél : 04 68 41 49 51

Mel : pcfnarbonne@gmail.com

Blog du PCF – Narbonne gauchepopulaire.unblog.fr/

Européennes : déclarations le 25 mai de Pierre Laurent et J.Luc Mélenchon

http://www.dailymotion.com/video/x1wpy7z

Communiqué du Pcf Narbonne sur le projet d’un arrêté municipal contre la mendicité

Arrêté anti-mendicité: inacceptable!

Il y a quelques jours, la presse locale présentait les grandes lignes d’un arrêté municipal en préparation interdisant la mendicité dans plusieurs secteurs de notre commune. Il devrait entrer en vigueur le 1er juillet pour être opérationnel durant la saison estivale. Le prétexte avancé serait le maintien de l’ordre!

Depuis …aucun démenti…aucune réaction.

Il serait impensable que des voix ne s’élèvent dans notre ville pour manifester une opposition à un tel projet.

 

Cet arrêté n’a aucune raison d’être!

Car quel que soit l’individu qui en est la cause, quelle qu’en soit la forme, tout trouble dans l’espace public est répréhensible et réprimé par la loi: l’arsenal législatif déjà existant est bien suffisant pour rétablir la tranquillité publique en toute circonstance.

 

Il est foncièrement dangereux!

Car il vise la stigmatisation d’une catégorie particulière de personnes socialement fragilisées.

Il fait un amalgame mensonger entre mendicité et agressivité, gommant la réalité d’une pauvreté extrême qui devrait nous rappeler que, dans la crise, personne n’est à l’abri de se retrouver sans rien, suite à des ruptures sociales et familiales!

 

Il est hypocrite et cynique!

Car il ne dit pas son véritable et honteux objectif: cacher la misère qui porterait atteinte, selon certaines bonnes âmes, à l’image touristique de la ville. Ne nous trompons pas! C’est bien de cela qu’il s’agit!

Pour ces gens-là, ce n’est pas l’exclusion qui est gênante mais sa présence visible qui est un témoignage – réquisitoire contre une société de plus en plus inégalitaire au point de jeter certains d’entre nous dans la rue!

L’humanité d’une société ou d’une collectivité se mesure à la façon dont elle traite celles ou ceux qui sont obligés de vivre à la marge?

 

Cet arrêté est inacceptable!

Les communistes tiennent à exprimer publiquement leur indignation.

Ils sont prêts à agir avec tout citoyen, toute association, toute organisation qui refusent une telle décision construite sur le rejet et l’exclusion…

Alsthom : la question de la nationalisation – et de la responsabilité du gouvernement de Mr Hollande est posée

alstom
Face au projet de démembrement d’Alstom au profit de l’américain Général Electric, le gouvernement tente une opération avec l’allemand Siemens. Cet emballement ne doit pas se conclure par un choix entre la peste et le choléra. Pour l’intérêt de la France et des salariés du groupe, il faut refuser de laisser partir un fleuron industriel stratégique hors du territoire national.
Le gouvernement français n’a pas à accepter que l’issue des enjeux industriels et stratégiques autour d’Alstom se résument à arbitrer entre deux OPA. L’Airbus industriel énergétique européen évoqué ces dernières heures pour contrer Général Electric, aura comme conclusion un Siemens de l’énergie, déconnecté de la branche transport qui n’y résistera pas. Il s’agit donc d’un marché de dupes.
Il existe une alternative : la constitution d’un grand pôle public de l’énergie et des transports, seule garantie de l’indépendance industrielle de la France. La question de la nationalisation d’Alstom est posée. Elle est possible : de grands clients du groupe comme EDF, la SNCF, la RATP, AREVA, pourraient souscrire au capital d’Alstom dans le cadre de nouvelles conventions de coopérations stratégiques, industrielles et financières favorables à l’emploi et à l’efficacité sociale.

Pour mieux comprendre :nationaliser : l’Europe l’interdit-elle? rappel d’un article de la REVUE DU PROJET DE 2013

Avoir le courage de nationaliser
Entretien avec Jacky Hénin*
Léo Purguette : Les salariés de Petroplus revendiquent la nationalisation de leur entreprise. Les règles de l’Union européenne l’interdisent-elles ?
Jacky Henin : D’abord, ce que les salariés réclament est une très bonne chose. Ils proposent ni plus ni moins de rendre à la France sa capacité à être en permanence indépendante. Dans la situation actuelle, c’est tout le contraire : le raffinage dans notre pays est entièrement tributaire du privé. Les salariés savent que face aux décisions des grands groupes déconnectés des intérêts de la population et du pays, des nationalisations doivent intervenir. Quant à l’Europe qu’elle soit d’accord ou pas, le fond du problème n’est pas là. Serait-elle prête à engager un bras de fer avec la France, pays fondateur, important contributeur, peuplé de 65 millions d’habitants ? Il faut avoir du courage et de l’ambition pour notre peuple !
L. P. : Selon vous, l’Union européenne serait donc l’alibi d’une gauche timorée ?
J. H. : C’est plus qu’un alibi puisque la gauche social-démocrate tout en prétendant arrondir les angles, admet, prolonge, renforce les logiques d’austérité prônées sur le plan européen. Cette gauche-là doit comprendre qu’elle mène la France dans le mur en poursuivant sur cette lancée. L’Europe telle qu’elle a été conçue permet un double profit aux capitalistes : en délocalisant les productions hors du continent où elles seront finalement consommées et en domiciliant leur siège dans un pays de l’Union à la fiscalité minime. Résultat : chômage, perte des savoir-faire, dégradation du pouvoir d’achat, désertification industrielle… C’est cela qu’il faut combattre de front, cela implique d’en avoir l’ambition et de s’en donner les moyens. Les nationalisations en font partie.
L. P. : Cela suppose-t-il de changer les statuts de la Banque centrale européenne (BCE) pour mobiliser l’argent au service d’une nouvelle politique ?
J. H. : Il ne s’agit pas de modifier quelques méthodes de travail à la marge. Il faut mettre complètement à plat les règles qui régissent la BCE, à commencer par son indépendance. C’est une fumisterie de ceux qui veulent utiliser l’Europe comme une garantie de leurs politiques libérales. La BCE doit être placée sous la responsabilité des politiques et l’ensemble de son action tournée vers l’objectif de soutenir un développement porteur de justice sociale, fiscale et environnementale.
L. P. : Comment imaginez-vous les relations entre les secteurs nationalisés de chaque pays dans une Europe profondément transformée ? Coopération ? Mise en réseau ? Intégration ? Y a-t-il des secteurs qu’il faudrait « européaniser » ?
J. H. : Le secret de la réussite réside dans le principe de coopération. Travaillons, réfléchissons ensemble, c’est ça la clef. Airbus, Ariane Espace, tout ce que l’Europe a produit de mieux c’est dans la coopération qu’elle l’a fait. Si on veut – non pas faire un maximum de fric – mais satisfaire les besoins de 500 millions d’hommes et de femmes qui habitent ce continent, c’est, me semble-t-il, la seule voie.
Assurer à chacune et chacun une vie digne et sortir nos peuples de la crise actuelle qui est celle du système capitaliste, cela passe par la prise de contrôle, dans l’industrie notamment, d’entreprises stratégiques.
Nous sommes dans une situation comparable d’une certaine façon à 1789. Il est temps d’abolir les privilèges qui existent aujourd’hui.

*Jacky Hénin est député européen (PCF), membre de la commission Industrie, recherche et énergie du parlement européen.

La Revue du projet, n° 27, mai 2013
 

MEETING, MANIF, MUGUET : TROIS RENDEZ-VOUS ANTI-AUSTÉRITÉ…

Comment ne pas comprendre voire partager la colère de ces femmes et de ces hommes sincèrement de gauche devant le pitoyable spectacle d’un Président et d’un gouvernement passant sous les fourches caudines du Medef, dérivant dans une conversion au libéralisme et  devenant les chantres de l’austérité pour le monde du travail et de la complaisance pour celui de la finance?

   Colère encore plus forte lorsqu’elle s’accompagne de la conscience qu’une autre politique est possible!

    Car pourquoi étendre toujours plus les exonérations sociales et fiscales des entreprises sans contrepartie ni résultat alors que l’économie est grevée avant tout par le coût du capital ? Selon l’INSEE même, les dividendes versées et les intérêts  financiers pompées par les banques s’élèvent pour ces entreprises à près de 300 milliards soit deux fois plus que leurs cotisations sociales!

    Pourquoi programmer pour les quatre ans à venir une réduction de 50 milliards de dépenses concernant les services publics, les collectivités locales, la protection sociale alors que ces 50 milliards représentent le montant des dividendes encaissés par les actionnaires  pour la seule année de 2013?

    Comment pourrait-on accepter le blocage des salaires, le gel des pensions de retraite et des prestations sociales alors que les patrons des grandes entreprises s’octroient des augmentations de 8 à 38 % de leurs rémunérations?

   Une autre politique doit être engagée, tournant le dos aux choix d’austérité…

   Cette exigence étaient portée par les manifestations du 12 avril (100 000 personnes à Paris, plus de 200 à Narbonne).

    Elle se traduit par des revendications précises.

   Au niveau national. Stopper les licenciements boursiers .S’attaquer  à l’évasion fiscale. Imposer une nouvelle répartition des richesses. S’engager dans la transition écologique. Développer les services publics nationaux et locaux…..

   Comme au niveau européen. Se dégager de la concurrence généralisée sur la quelle s’est construite cette union européenne ultra libérale. Mettre en échec le projet de marché unique transatlantique. Refonder une Europe démocratique, sociale, pacifique…

   Cette volonté de construire une alternative à gauche sera au cœur du meeting organisé  à Narbonne le mardi 29 avril à 20h au Palais du travail avec Jean Luc Mélenchon (PG), Marie Pierre Vieu (PCF) et David Hermet ( Ensemble!), candidats du Front de gauche à lélection européenne.

    En prolongement de cette réunion publique, nous serons présents le 1er mai au rassemblement syndical, appelant à lier la nécessaire riposte sociale avec le vote « Front de gauche » à l’élection européenne et proposant notre traditionnel muguet de lutte. Nous espérons que cette vente militante se déroulera dans des conditions sereines, différentes de l’année présence : nous n’oublions pas que certains d’entre nous ont été verbalisés par la police municipale, convoqués au commissariat…. pour enfin être relaxés!

 

 

Meeting à Narbonne avec JL Mélenchon : Refonder l’Europe

Lettre du PCF du narbonnais  :

CONTRE L’EUROPE DE LA FINANCE ET DE L’AUSTÉRITÉ,

L’HUMAIN D’ABORD

Les élections européennes du 25 mai 2014 seront décisives pour redonner la parole confisquée aux citoyens, stopper l’austérité et ouvrir la voie du redressement social, économique et écologique de notre pays. A juste titre, les politiques d’austérité et la méthode autoritaire employée pour les faire appliquer font aujourd’hui l’objet d’un rejet massif des peuples. Des millions de femmes et d’hommes se mobilisent contre ces choix qui dégradent leurs conditions de vie et de travail, qui attaquent leurs droits sociaux et politiques. Il faudra, de cette colère, faire émerger un espoir, celui de celles et ceux qui n’ont pas renoncé au changement et au progrès humain.

« NOUS POUVONS PRENDRE LA BASTILLE DU NEOLIBERALISME QU’EST L’EUROPE ACTUELLE »

ALEXIS TSIPRAS,

Candidat du Front de gauche et de la gauche européenne à la présidence de la Commission européenne

RENDEZ-VOUS MARDI 29 AVRIL 20H NARBONNE

PALAIS DU TRAVAIL

 

RÉUNION PUBLIQUE

avec  Jean-Luc MÉLENCHON ,  Marie-Pierre VIEU    et 

David HERMET

 

imagesimagesimages-2

 

 

 

Succès de la Marche contre l’Austérité le 12 avril à Narbonne

Succès de la Marche contre l'Austérité le 12 avril à Narbonne dans antilibéralisme 2014-04-12-11.12.23-300x225

 

Près de 200 à Narbonne, une lettre déposée chez la députée et une en sous préfecture pour Hollande…

Une presse écrite qui ignore en ce dimanche cette première marche pour rappeler aux élus socialistes pour quoi ils ont été élus… 

Être de gauche ce n’est pas que des mots, mais des actes et des choix clairs face au Medef…

Après ces premiers rendez-vous réussis, à Paris près de 100 000 et dans d’autres villes (Marseille, Perpignan, Narbonne…), restons mobilisés pour continuer à rassembler et dans la rue et aux européennes, afin d’imposer une politique de gauche.

Jean-Paul Tournissa PCF-FDG

Lettre au président Hollande, déposée à la Sous-préfecture le 12 avril 2014 lors de la Marche contre l’austérité e

 

 

 

Lettre au président Hollande, déposée à la Sous-préfecture le 12 avril 2014 lors de la Marche contre l'austérité     e  dans antilibéralisme 2014-04-12-11.13.41-300x225

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Les politiques menées plongent notre pays et l’Europe dans une crise sociale, économique, morale et politique de plus en plus profonde
Licenciements, bas salaires, précarité, austérité… Ça suffit !
Les politiques d’austérité favorisent la montée du populisme et la prospérité des idées réactionnaires…

La volonté d’autres choix s’est clairement exprimée par une très forte abstention aux élections municipales et par une lourde sanction de la politique gouvernementale . Mais, vous avez choisi de ne pas l’entendre… Changer de cap ? Non, avec la nomination de Vals vous voulez aller encore plus vite, encore plus loin, continuer ce qui échoue depuis 30 ans.

Nous sommes dans la rue pour vous dire que l’austérité, ça suffit…
Vous cédez lorsque la droite la plus réactionnaire bat le pavé sur un discours de peur et de haine, mais vous restez inflexible sur votre politique ultralibérale, quand ceux qui par mil- lions ont chassé Sarkozy, ceux qui vous ont élu pour vous attaquer à la finance, pour dire stop au libéralisme s’abstiennent massivement ou vous sanctionnent par le biais des élections municipales ou partielles…

Par votre faute, par votre fuite en avant, par votre pression sur les députés, la démocratie parlementaire est bloquée, la seule solution pour se faire entendre c’est la rue…

Notre voix se fera plus forte afin d’obtenir une véritable politique de gauche, de mettre en échec le pacte de responsabilité dicté par le médef, de refuser le Grand Marché Transatlantique que vous mettez en place sans même consulter votre peuple…

Notre voix se fera plus forte afin d’obtenir un autre partage des richesses seul à même de pouvoir relancer l’économie et la confiance dans la gauche.

Nous ne croyons plus ni à vos engagements électoraux, ni à la fidélité à des valeurs que vous avez défendues par le passé… Vous avez toujours la possibilité de nous démontrer le contraire, mais il faudrait pour cela que vous changiez de cap à 180 degrés, que vous tourniez le dos au Medef, au CAC 40 pour vous soucier de votre peuple, de ceux qui vous ont élu.

Les manifestants narbonnais du 12 avril 2014

12345...11

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues