Archives pour la catégorie palestine

Appel du Collectif narbonnais pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens

URGENCE PALESTINE :
Face aux massacres perpétrés par l’armée israélienne à Gaza,
plus que jamais, la solidarité internationale avec le peuple palestinien doit continuer et s’amplifier.

RASSEMBLEMENT SAMEDI 09 AOÛT 2014
17H30 À NARBONNE
SUR LA PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE

Halte à l’agression israélienne ; levée du blocus, illégal et criminel, de Gaza; protection internationale du peuple palestinien; libération de tous les prisonniers ; sanctions immédiates contre Israël jusqu’au respect du droit international ; soutien à la résistance du peuple palestinien ; oui à la liberté d’expression, non à la criminalisation de la solidarité.

Cet appel est déjà soutenu par: Mouvement de la Paix, MRAP, Cimade, Confédération Paysanne, FSU, Solidaires, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, NPA,…

Merci de faire circuler largement ce message.

Nouvelle manifestation à Narbonne : Halte à l’agression israélienne contre le peuple palestinien, protection internationale pour ce peuple assiégé et massacré, dénonciation de l’immobilisme de l’Europe et du gouvernement français

IMG_0328IMGA4465

Samedi 2 août, malgré la pluie, les narbonnais ont répondu à nouveau  à l’appel du Collectif narbonnais pour une paix juste et durable entre palestiniens et israéliens et des associations qui le composent.

 Rassemblés devant le hall de l’Hôtel de ville, ils ont manifesté leur soutien au  peuple palestinien et  leur horreur devant le massacre qu’Israël est en train de perpétrer avec l’accord tacite des USA, de l’Europe et du gouvernement français.

Après une  prise de parole au nom du Collectif, les manifestants ont défilé jusqu’à la Sous-préfecture, pour exprimer  à nouveau, par la voix de Jean Costadau,  leur mécontentement à l’égard de la position du gouvernement et de ceux qui le soutiennent, et appeler à une nouvelle  manifestation dans les jours qui viennent,  tant que le Cessez-le-feu   et la fin du blocus  à Gaza ne seront  pas prononcés.

Nombreux étaient ceux qui dénonçaient l’attitude du gouvernement, et lui reprochaient de ne plus représenter la France des Droits de l’Homme. Nombreux étaient les slogans pour appeler à la paix et à la justice en Palestine, pour dénoncer les crimes d’Israël et de ses complices à l’égard du peuple palestinien, pour appeler au cessez-le feu à Gaza, à la fin du blocus, au boycott des produits palestiniens.

Un  tract listant les produits à boycotter a été à nouveau distribué, à la demande des manifestants.

 

Ci-dessous la déclaration de Jean-Louis Burgat, au nom du  COLLECTIF NARBONNAIS POUR UNE PAIX JUSTE ET DURABLE ENTRE PALESTINIENS ET ISRAÉLIENS

Depuis maintenant plus de trois semaines le massacre auquel se livre l’armée israélienne contre la population de Gaza continue dans sa logique implacable qui vise à écraser un peuple, à lui nier tout droit y compris le droit le plus élémentaire à avoir un Etat, à se gouverner.

 Plus de 1 600 morts (dépassant le nombre de tués de l’opération «Plomb Durci» en 2009) ; d’après l’ONU, les 3 quarts sont des civils dont de nombreux enfants. Sept mille blessés, civils, femmes, enfants, toute une population condamnée à errer dans un champ de ruines sous la menace permanente des bombes. Des quartiers entiers de Gaza-ville ont été détruits, des villes comme Beit Hanoun ont été réduites à l’état de ruines. .Plus de 230 000 réfugiés palestiniens s’entassent par ailleurs dans des conditions de précarité extrême dans les 85 centres de l’agence de l’ONU à Gaza.

         Le Premier ministre israélien a prévenu, l’armée est engagée dans une opération de longue durée. Devant un tel déferlement de violence, un tel acharnement criminel, il a fallu le bombardement d’un des centres de l’ONU situé dans une école, mercredi, dans le camp de réfugiés de Jabaliya (nord de la bande de Gaza), pour qu’ Obama, jusqu’alors silencieux, soit obligé de demander un cessez-le feu sans condition, l’ONU  a fait de même.

Mais quelle efficacité peuvent avoir ces appels alors que les USA et leurs alliés ne cessent de reconnaître la prétendue légitimité d’Israël à nier les droits des Palestiniens ?

Les uns et les autres veulent faire oublier que l’armée israélienne est une armée d’occupation, qui a exproprié les Palestiniens de leur terre, qui, de guerre en guerre, a réduit le peuple palestinien à survivre dans des camps, des bouts de territoires qui sont autant de prisons à ciel ouvert. Une telle situation dramatique, humiliante n’est pas la conséquence de la seule volonté de l’Etat sioniste, elle est aussi celle des choix des grandes puissances occidentales, en premier lieu les USA, mais aussi la France et l’Europe. Ces dernières veulent garder le contrôle de la région afin d’y maintenir leur domination,  la présence de leurs multinationales, en particulier celles du pétrole, leurs profits. Leur politique vise l’ensemble des peuples, elle est le prolongement sur la scène internationale de la politique antisociale qu’ils mènent contre les travailleurs et la population.

 

La France des Bouygues et autres Dassault, vieille puissance coloniale, a toujours été au premier rang pour faire ce sale boulot  comme aujourd’hui, ce gouvernement qui a ouvertement pris fait et cause pour Israël, ignorant les droits des Palestiniens au mépris même des résolutions de l’ONU.

 

Emporté par son zèle à complaire à Israël, Hollande et son ministre de l’Intérieur ont lancé une campagne ridicule et minable contre le mouvement de solidarité qui a traversé tout le pays. Le plus honteux de cette campagne  c’est qu’elle ose accuser d’antisémitisme ceux qui militent pour l’arrêt des bombardements et la solidarité avec le peuple palestinien victime d’un véritable massacre. Interdiction de plusieurs mainfestations à Paris, inculpation de militants,…

Jusqu’où ira le gouvernement Hollande-Valls pour museler la parole des militants qui expriment leur solidarité avec le peuple palestinien et mettent en cause la politique criminelle du gouvernement israélien ?

 

Alors oui, nous avons un problème avec l’État d’Israël et l’agression sanglante qu’il poursuit contre les Palestiniens, oui nous avons un problème avec la veulerie du gouvernement  Valls, mais en aucun cas avec les Juifs. Nous nous battons pour les droits des Palestiniens, pour la solidarité des peuples, contre l’antisémitisme et toute forme de racisme, contre la guerre, nous nous battons pour que, demain, juifs, palestiniens, arabes puissent vivre, ensemble, pacifiquement dans une société libre.

Dans la situation inhumaine, le danger de mort permanent vécu par le peuple palestinien, oui, nous avons le devoir d’intervenir.

Nous avons un devoir de solidarité internationale, un devoir d’ingérence : en nous mobilisant massivement pour mettre la pression sur les gouvernements partout dans le monde comme nous avons su le faire du temps de l’apartheid en Afrique du Sud, pour faire cesser le massacre et faire respecter les droits du peuple palestinien violés en permanence par l’État d’Israël.

 

Pour rappel : les 6 exigences du droit international

- fin de l’agression contre le peuple palestinienn ;

- levée complète du blocus instauré sur Gaza en 2006 ;

- ouverture du poste frontalier de Rafah avec l’Égypte ;

- liberté de circulation à la frontière gazaouie avec Israël ;

- autorisation de pêcher jusqu’à 12 milles marins des côtes ;

- libération des prisonniers palestiniens.

 

Notre solidarité doit être aussi active et déterminée qu’est abjecte la passivité et la complicité de la prétendue « communauté internationale », qui regarde sans rien dire l’Etat d’israël massacrer une fois de plus les palestinien-ne-s. Nous devons nous faire l’écho de cette solidarité et de cette détermination ici en France en amplifiant la mobilisation, en poursuivant les manifestations de soutien et en continuant de développer la campagne BDS -Boycott, Désinvestissement, sanctions- contre Israël, seule à même de briser l’impunité de cet État terroriste.

 

Oui La solidarité avec le peuple palestien est légitime, elle doit se poursuivre et s’amplifier. Gaza on t’oublie pas, Palestine vivra, Palestine vaincra.              

 

 

 

NARBONNE : EN MÉMOIRE DES VICTIMES DE GAZA, en soutien au peuple palestinien, une manifestation digne et dynamique ce samedi 26 juillet

C’est près d’une centaine au début,  mais petit à petit,  plus près de 200  manifestants selon certains, qui se sont rassemblés sur la Place de l’Hôtel de Ville avant de défiler jusqu’à la Sous-préfecture, porteurs d’une gerbe en mémoire des enfants de Gaza assassinés.

Prises de parole, lectures de poèmes : de Ziad Medoukh, palestinien de Gaza, d’Olivia Elias, poétesse d’origine palestinienne , mais aussi lecture de déclarations et de prises de position – Appel du  Collectif narbonnais pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens, lettre de la LDH au Président Hollande- entrecoupées d’une marche silencieuse, en mémoire à toutes les victimes massacrées à Gaza, et en Cisjordanie Dernière lettre de Ziad Medoukh, qui nous écrit tous les jours pour nous relater la poursuite des violences, et leur répétition. ( Lettre ci-dessous)

Beaucoup d’indignation et l’expression de vives critiques de l’immobilisme de l’Europe, et des prises de position successives, et aggravées de l’Etat français, qui prend fait et cause pour  le gouvernement actuel d’Israël, soutenant ainsi la poursuite de la guerre, au détriment du droit international, de la justice et de la paix, vers un véritable génocide.

Beaucoup de gravité, mais de l’espoir aussi, le  lâcher de ballons, avant de quitter la Place de la Mairie,  symbolisant cette  liberté tant désirée du peuple palestinien.

C’est à la grille de la Sous-préfecture qu’a finalement été accrochée la gerbe en mémoire des enfants-victimes de Gaza.

Pour le Collectif Palestine de Narbonne

Jacqueline Rougier

 

 

 

 

 

      10551069_10202383220957647_4244418623607895286_n IMG_0314 10527775_10202383224477735_52698230525281562_n 10482127_10202383222357682_1545524702118510373_n 10561635_10202383227157802_2151050848701447134_n IMG_0311 IMG_0323 IMG_0322 IMG_0317 IMG_0312 IMG_0316 10526008_10202383216237529_8498925659436236937_n IMG_0318 10553445_10202383215317506_5545836309198752213_n 10540356_10202383213877470_1103561308889070947_n IMG_0319 IMG_0313

Dernière Lettre reçue de notre ami Ziad Medoukh

En direct de Gaza     Samedi 26 juillet 2014

Il est 19 h à Gaza

1000 morts à Gaza, et ça continue !

Ziad Medoukh

Dix-neuvième  jour de l’offensive militaire israélienne sur la bande de Gaza

L’armée israélienne a tué 20 Palestiniens partout dans la bande de Gaza ce matin avant le début de la trêve  humanitaire

L’armée israélienne viole cette trêve et continue à bombarder, notamment au nord de la bande de Gaza

L’hôpital de Beit Hanoun au nord de la bande de Gaza a été bombardé.

Les secouristes ont sorti plus de 100 cadavres sous les décombres

C’est terrible !

Les Palestiniens de Gaza sont en train de constater l’ampleur de la destruction massive

C’est horrible !

-  Toujours deux heures d’électricité par jour  pour chaque foyer

Le bilan s’alourdit au dix-neuvième jour de l’offensive militaire israélienne contre la bande de Gaza et sa population civile :

-         1020  morts palestiniens jusqu’à cette heure-ci,  dont 200 enfants, 110 femmes et 83 personnes âgées suite à des bombardements israéliens en dix-neuf jours.

-5250  blessés lors de ces bombardements aveugles de l’armée de l’occupation israélienne, dont 690 femmes et 1100 enfants

-Plus de 4750 raids israéliens en dix neuf  jours  partout dans la bande de Gaza

Quelle horreur !

-1340 maisons ont été détruites suite à ces bombardements aveugles

-99 mosquées ont été détruites

C’est terrible !

Gaza sera toujours debout !

Gaza résiste, Gaza existe et Gaza persiste !

Palestine vivra, Palestine vaincra !

Amitiés de Gaza sous les bombes

Ziad

Massacres en Palestine : une interview de Pierre Stambul, parue sur le site Raïna

IMG_2213Après deux semaines d’intenses raids aériens sur Gaza suivis par une incursion terrestre, le décompte macabre n’en finit pas de distiller l’horreur. Plus de 500 morts dont la moitié sont des enfants de moins de douze ans. Il s’agit de l’agression la plus meurtrière depuis l’opération Plomb Durci en 2008-2009 qui avait fait plus de 1300 morts.
Pierre Stambul, co-président de l’Union Juive Française pour la Paix nous livre son analyse de la situation .

L’attaque israélienne sur Gaza vient de connaître un tournant dramatique avec le massacre de masse commis dans le quartier de Shayjaya que d’aucuns qualifient de crimes de guerre. Quel commentaire faites-vous par rapport à ces événements ?
Des voix hélas représentatives en Israël poussent au massacre de masse. Jacques Kupfer du Likoud international écrivait quelques jours avant ce massacre : « Si nous voulons mettre un terme à la guerre, nous devons raser Gaza. Gaza doit devenir un champ de ruines d’où ne peuvent sortir que des gémissements. » On est au-delà du crime de guerre. Déjà avant ce massacre les Gazaouis posaient la question : « pourquoi la communauté internationale qui a inculpé les dirigeants serbes ou rwandais ne poursuit-elle pas les dirigeants occidentaux qui ordonnent de tirer sur des enfants, qui font vivre les gens en cage et qui utilisent des armes interdites (uranium appauvri, bombes à fragmentation …) ?
On a vu des images choquantes à Sdérot où des Israéliens venaient admirer les raids sur Gaza. Comment une partie de la société israélienne peut-elle aujourd’hui se réjouir de la mort de centaines de civils dont des enfants ?
En 2008-2009, lors de « Plomb Durci », lors du massacre précédent, l’armée israélienne avait empêché l’entrée des journalistes à Gaza et ceux-ci avaient regardé depuis Sdérot le pilonnage comme on joue à un jeu vidéo. L’anticolonialiste israélien Michel Warschawski vient d’écrire un texte superbe intitulé « vers le fascisme » pour décrire l’évolution de sa société. L’insensibilité à la mort et à la souffrance de « l’autre », du palestinien touche la pseudo-gauche sioniste. Elie Barnavi vient d’évoquer cette guerre en ne parlant que des roquettes tirées depuis Gaza alors que plus de la moitié des mort-e-s sont des femmes, des enfants, des vieillards.
La résistance palestinienne à Gaza est saluée dans le monde entier. L’envoi de roquettes sur Israël est-ce une stratégie efficace étant donnée l’asymétrie des deux parties ?
La population de Gaza n’a pas le choix. Elle est en cage. Le blocus impitoyable dure depuis 7 ans. On manque à Gaza d’eau, de nourriture, d’électricité, de carburant, de ciment, de médicaments … Même quand ils ne ripostent pas, les Gazaouis enterrent leurs mort-e-s : 150 paysa-ne-s tué-e-s en quelques années parce que leurs champs jouxtent la frontière, 11 pêcheurs tués en mer alors qu’ils cherchent juste à ne pas mourir de faim, 650 victimes des exécutions extrajudiciaires. Le droit à la résistance existe dans le droit international. Le Hamas n’est pas toujours très populaire à Gaza, mais le fait de riposter avec des roquettes a l’appui d’une majorité de la population qui ne voit pas d’autre moyen pour en finir avec le blocus.
A Tel-Aviv et à Jérusalem des citoyens israéliens courageux descendent dans la rue pour dénoncer cette agression. Michel Warchawski, journaliste israélien militant pour la paix dit ressentir pour la première fois de la peur face à la « fascisation »de sa société. Qu’en  pensez-vous ?
Ces Israéliens anticolonialistes sont courageux et formidables. Ils me rappellent la petite poignée de Français qui, contre leur propre société, se sont battus pour l’indépendance de l’Algérie alors que la majorité de la population tolérait la torture et les ratonnades. Le sionisme n’est pas seulement une idéologie criminelle, c’est aussi une idéologie suicidaire pour les Juifs qui entretient la peur et l’insensibilité, qui fait croire aux Israéliens que ce sont eux les victimes. Un jour, cette idéologie s’écroulera. On n’en est hélas pas encore là. En tout cas, le fait qu’Israël ait un gouvernement de type OAS n’est pas un hasard. Le sionisme a gommé toutes les différences idéologiques en son sein et ce sont logiquement les plus extrémistes et les plus racistes qui sont à la tête du pays.

En France le mouvement de solidarité avec les Palestiniens a connu des épisodes violents. À Barbès, puis à Sarcelles ces incidents ont émaillé les manifestations. Quelle est la responsabilité du gouvernement français dans ces violences ? Pourquoi refuse-t-il d’interdire la LDJ ?
L’attitude de Hollande et de son gouvernement est plus qu’ honteuse. Le soutien appuyé aux crimes de guerre actuels se double aujourd’hui d’une tentative d’interdire les manifestations pour les droits du peuple palestinien. Ce gouvernement reprend entièrement la thèse sioniste selon laquelle critiquer Israël est un acte antisémite. La France est un des très rares pays où la LDJ (Ligue de défense juive), groupuscule raciste très violent, n’est pas interdite. C’est la LDJ qui a provoqué les manifestant-e-s à Paris. Le gouvernement français, par son attitude, mélange sciemment juif, sioniste et israélien. La seule façon d’empêcher une explosion d’antijudaïsme, c’est de faire comme l’UJFP. Manifester avec nos camarades de l’ATMF (Association des travailleurs maghrébins de France) derrière la même banderole : « Juifs et Arabes unis pour la justice en Palestine ». C’est répéter inlassablement que cette guerre est coloniale, qu’elle n’est ni raciale, ni communautaire, ni religieuse, que la seule issue, c’est l’égalité des droits et           le « vivre ensemble ».
Selon vous y a-t-il un lien entre le lobby sioniste pro-israélien et les discours islamophobes en augmentation ces dernières années ?
Oui bien sûr. Israël est l’élève modèle de ceux qui prônent le choc des civilisations, la guerre du « bien » contre le « mal », le mal étant bien sûr les Arabes, les Musulmans, les « bronzés ». Alors que le colonialisme n’est plus « politiquement correct », Israël donne l’exemple d’une « reconquête coloniale ». Pendant plus d’un siècle, l’antisémitisme a été le dénominateur commun de toutes les idéologies d’extrême droite. Aujourd’hui l’islamophobie remplace l’antisémitisme. Les dirigeants de l’extrême droite européenne sont pro israéliens et vont visiter la Knesset ou Yad Vashem. Et nos pseudos intellectuels n’ayant plus le droit de dire « sale arabe » s’en prennent spécifiquement aux Musulmans ou aux « gens d’apparence musulmane ».
Pourquoi les médias français, à quelques exceptions près, continuent de relayer la propagande israélienne ?
Vaste question. La plupart des grands médias ne sont plus indépendants. Leurs propriétaires ne sont pas représentatifs de l’opinion. Et puis, le cliché selon lequel en France « les Juifs sont pour Israël, les Arabes pour la Palestine et le conflit est importé en France » leur plaît. C’est du sensationnel et ça fait vendre. L’honnêteté et la complexité qui les obligeraient à aller à Gaza, à enquêter sur les ravages du blocus, à relayer les rapports quotidiens qui nous arrivent tous les jours de Gaza, ça ne fait pas vendre.
Que faut-il faire pour contraindre Israël à mettre fin à cette tuerie et à lever l’embargo sur Gaza ?
En 66 ans d’existence, Israël n’a été que deux fois (très légèrement) sanctionné : en 1956 sur l’évacuation (déjà) du Sinaï et en 1991 quand Shamir refusait d’ouvrir des négociations. Les deux fois, Israël a cédé. RIEN NE CHANGERA SANS DES SANCTIONS.
La communauté internationale pour l’instant est silencieuse ou complice. C’est à nous, les citoyens et l’opinion publique, de tout faire pour changer la situation. En 2005, 172 associations de la société civile lançaient un appel au BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) contre Israël sur les revendications suivantes : fin de l’occupation, de la colonisation, destruction du mur, fin du blocus de Gaza (le plus urgent aujourd’hui), libération des prisonniers, égalité des droits, droit au retour des réfugiés. Ce boycott doit être total : politique, économique, commercial, universitaire, sportif, syndical, culturel …. Il remporte des succès de plus en plus notables. L’espoir est là : traiter l’Etat israélien comme on a traité l’Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid.
Entretien réalisé par Keltoum Staali

Manifestation de samedi 19-07 à Carcassonne: près de 300 personnes

DSCN3549 IMG_0308 IMG_0284 IMG_0299 DSCN3512 DSCN3552 DSCN3522 IMG_0283 IMG_7616[3] DSCN3527Près de 300 personnes, des jeunes,et des moins jeunes, des enfants, des associations, des partis politiques, en soutien au peuple palestinien, aux palestiniens de Gaza bombardés, envahis, massacrés,  en hommage aux enfants assassinés, en appel à la résistance pour dénoncer notre gouvernement,complice, par son soutien à Netanyahu, du génocide qui est train d’être perpétré
  Les représentants des organisations ont exposé  les exigences de cette manifestation : cessez le feu sans conditions, arrêt de l’agression israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem, levée du blocus de Gaza, qu’Israël soit enfin sanctionné pour les crimes qu’il commet ,qu’il soit contraint enfin de se plier au droit international, et à toutes les résolutions de l’ONU prises depuis plus de 60 ans à son encontre, et qu’il n’a jamais respectées.
Ils ont rappelé que le but réel des israéliens dans cette offensive est d’empêcher la création d’un état palestinien viable et de torpiller le gouvernement d’entente nationale qui vient enfin de se créer entre le Hamas et le Fatah.

Ils ont dénoncé les tentatives du Gouvernement et des médias à son service de discréditer les manifestations, en montant en épingle quelques incidents, en laissant les provocateurs intervenir librement, et en interdisant certaines manifestations.
Le défilé à travers la ville  s’est déroulé correctement malgré deux accrochages vite maîtrisés et s’est terminé par l’envoi de ballons porteurs de messages pour les enfants de Gaza et par une collecte de fonds et de fournitures médicales (pansement, bandes,…) pour les palestiniens.
Pour Narbonne : Les participants au rassemblement du samedi 12 juillet envisagent de poursuivre l’action commencée le samedi 12juillet, affaire à suivre.

MERCREDI 16 JUILLET 23H27 : MESSAGE DE GAZA: UN NOUVEAU MASSACRE ISRAÉLIEN

« Un nouveau massacre israélien à Gaza » nous écrit   Ziad Medoukh, universitaire palestinien à Gaza

L’armée de l’occupation israélienne a tué 6 enfants palestiniens ce mercredi 16 juillet 2014 alors qu’ils jouaient sur la plage de Gaza.

Ces enfants avaient  entre 9 et 12 ans

Ils jouaient le football sur les sables de la plage Gaza

Car l’armée israélienne a déjà détruit cinq stades à Gaza depuis le début de sa nouvelle offensive militaire.

C’est un nouveau massacre israélien contre les enfants de Gaza

Quelle honte !

L’armée la plus morale du monde est en train de massacrer les civils palestiniens

Silence, on tue les enfants à Gaza !

Silence, on assassine l’innocence à Gaza !

Silence, on brise les rêves des enfants de Gaza !

Personne ne bouge

En toute impunité, l’armée israélienne est en train de commettre des crimes contre les enfants de Gaza

C’est terrible !

C’est horrible !

Et ça continue !

Jusqu’à quand ?

Honte à ce monde qui se dit libre et qui se tait !

Honte à ces dirigeants qui soutiennent les crimes israéliens contre nos enfants !

Honte aux médias qui se définissent objectifs, mais qui occultent cette réalité !

Honte aux organisations de droits de l’homme qui n’arrivent même à dénoncer ces crimes israéliens contre nos civils !

Honte à l’humanité !

Vive la solidarité internationale avec la cause palestinienne

Malgré ces massacres, Gaza vit, Gaza résiste et Gaza persiste !

La Palestine vivra, la Palestine vaincra !

 

PALESTINE : La diplomatie française ne peut continuer cette politique du laisser-faire

Par Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, président du PGE

UnknownComme beaucoup, je suis affligé par la manière dont la voix de la France a été portée par François Hollande au plus fort des bombardements israéliens sur Gaza, faisant à ce jour plus de 180 civils tués et 1089 blessés palestiniens. Les déclarations du chef de l’État ont d’abord été explicitement pro-israéliennes, puis marginalement « neutres » renvoyant à tort chacun dos à dos. Elles sont surtout totalement vides d’initiative politique pour contribuer à une solution pacifique.

 

  Cette stratégie meurtrière d’Israël visait à délégitimer l’Autorité palestinienne et affaiblir le nouveau gouvernement mis en place le 2 juin. Rien ne justifiait le déluge de violence de l’armée israélienne qui s’est abattue sur la population civile prise au piège par le blocus à Gaza, mais aussi sur les habitants de Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Le gouvernement Netanyahou doit répondre de ses actes devant la communauté internationale laquelle doit impérativement ouvrir la voie à de vraies négociations.

  La diplomatie française ne peut continuer cette « politique du laisser faire ». Aujourd’hui, à l’initiative de l’Égypte, Israël se disait prêt au cessez-le-feu. Il faut saisir cette occasion. La solution est connue : deux peuples-deux Etats souverains, dans les frontières de 1967, Jérusalem-Est pour capitale de l’Etat palestinienne et le respect scrupuleux de toutes les résolutions de l’ONU.

 Seules des sanctions, comme la suspension des accords d’association entre l’Union européenne et Israël peuvent efficacement contraindre Benyamin Netanyahou à renoncer à la poursuite de la colonisation et engager son pays dans des accords de paix durables.

 La reconnaissance par la France de l’État palestinien et l’appui à l’initiative politique de l’autorité palestinienne dans son effort d’entente nationale mettraient à mal l’impunité dont jouit depuis trop longtemps le gouvernement israélien. C’est avec cet objectif que la diplomatie française doit agir. Car tant que cette impunité durera, tant que l’humiliation et la violence dont les Palestiniens sont la cible dureront, les partisans palestiniens et israéliens de la paix seront fragilisés.

 En France, les usages malsains, intolérants et racistes organisés par certains groupes extrémistes n’ont pas leur place dans le soutien au peuple palestinien. Ils ne peuvent pas non plus servir de prétexte pour étouffer la voix de la France solidaire et pacifiste.

 J’appelle les femmes et les hommes de France épris de paix et de justice à se rassembler partout en France aux initiatives du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Israéliens et Palestiniens.

Affrontements Rue de la Roquette:un piège qui a permis de ne pas parler de Gaza

Par Michèle Sibony
Union Juive Française pour la Paix

LE PLUS. Dimanche à Paris, en marge d’une manifestation de soutien au peuple palestinien, des heurts ont éclaté entre militants pro-israéliens et pro-palestiniens. Que s’est-il vraiment passé ? Pour Michèle Sibony, membre de l’Union juive française pour la paix et de l’agence média Palestine, il n’a pas été rendu compte fidèlement de la réalité.
Édité par Hélène Decommer

8131405419298

 

 

Commençons par ce qu’il faut dire, et ce qui devrait intéresser tout citoyen comptant sur ses médias pour être correctement informé : la « guerre » de Gaza comme elle est appelée n’est pas une guerre, c’est en réalité l’opération d’éradication du Hamas lancée par le gouvernement israélien à partir de l’enlèvement des trois colons qui a servi de prétexte, mais surtout annoncée dès la constitution d’un gouvernement d’union nationale soutenu par les États-Unis et l’Union européenne.

 Depuis une semaine l’opération militaire « bordure de protection » a déjà fait plus de 200 cents morts, des civils hommes femmes et enfants pour l’essentiel, piégés sur un territoire minuscule, avec la plus haute densité de population du monde. Des centaines de blessés, des écoles des mosquées, des hôpitaux attaqués, tout cela lors de frappes dites chirurgicales. « L’Humanité » a informé du risque d’utilisation par l’armée israélienne d’une arme particulièrement redoutable : le dîme.

 Une connivence médiatico-politique

 Tout cela au moment du sinistre anniversaire de sept ans de siège et d’un blocus illégal aux yeux de toute la communauté internationale privant toute cette population de l’essentiel.

 Au sens strict et précis de toutes les normes du droit international, il s’agit-là de crimes de guerre tels que définis par l’article 8 du statut  la CPI.

 Pardon de ce qui semblerait être une digression, mais qui dit cela en France ? Quel média rappelle ne serait-ce qu’une fois le contexte d’occupation et de colonisation qui enferme le peuple palestinien tout entier ? Qui rappelle que la résistance d’un peuple occupé est un droit ?

 Nous avons assisté depuis le début de cette offensive à une présentation totalement univoque, en adéquation parfaite avec la position de notre propre gouvernement, elle même calquée sur la version israélienne  des événements : Israël est attaqué par des roquettes et a le droit de se protéger par tous les moyens. Disons, pour rester pudiques, que les chiffres des victimes dans les deux camps parlent d’eux même du rapport de forces en jeu.

 Il nous faut, pour pouvoir être clairs, commencer par dénoncer cette connivence médiatico-politique avec Israël, l’ambassade d’Israël en France et les soi-disant représentants de la communauté juive, le CRIF.

 Les manifestants pro-palestiniens sont tombés dans un piège

 La manifestation à Paris du 13 juillet était la première grande manifestation nationale de soutien à la Palestine. Quelques jours avant la manifestation dont le parcours était connu, Barbès-Bastille, les sites de plusieurs groupes juifs d’extrême droite appelaient à un rassemblement de soutien à Israël devant la synagogue de la rue de la Roquette, qui devait servir de bastion et de clé de voûte à l’opération de par sa proximité de la fin du parcours ( on peut trouver ces appels sur le net)

 Le président du consistoire central, Joël Mergui, a affirmé lui à l’AFP que « plusieurs dizaines de manifestants » s’étaient « délibérément » rendus devant la synagogue de la Roquette, non loin de la Bastille, « pour agresser verbalement et physiquement des juifs » réunis dimanche après-midi « pour prier pour la situation en Israël et pour la paix » (sic).

 
Les provocateurs – tous les témoins et les vidéos le montrent – ont été protégés et aidés par la police, ils ont entraîné à coups d’insultes et de fumigènes un petit groupe de manifestants excédés vers la synagogue.

 
Attirés devant la synagogue, les jeunes manifestants sont tombés dans le piège qui a permis :

 1- De ne pas parler de Gaza, et de ce qui s’y joue

2- De ne pas parler de la solidarité française avec la Palestine,

3- De transformer la grave question des crimes commis en ce moment à Gaza, en une opération antisémite méritant sanction, et

4- La sanction est sortie du tiroir où elle était prête : volonté d’interdiction des manifestations de soutien à la Palestine.

 
Il y a d’autres questions à se poser

 Le manque de clarté de la plupart des médias français, tombés dans le même piège, sans doute parce qu’ils n’avaient même pas pris la peine de « couvrir » la manifestation, et qui ont décidé comme on le leur avait soufflé qu’en l’occurrence le seul événement c’était des « heurts antisémites », a largement contribué à la réussite de cette opération.

 
L’un d’eux s’est-il interrogé sur le sens d’un rassemblement destiné à soutenir Israël devant et dans une synagogue ? L’un d’eux a-t-il mentionné que la  grande synagogue de la Victoire recevait il y a un mois un général de l’armée israélienne, qu’elle présentait à ses ouailles pour parler du service militaire en Israël ?

 Il y a ceux qui parlent, repris par le ministre Valls, d’importation du conflit. En réalité, il nous semble qu’on peut se poser la question d’une stratégie concertée, entre le CRIF et l’ambassade d’Israël, qui se résume en quelques phrases simples, mais redoutables : sachant qu’il n’est à l’évidence pas possible de gagner la bataille de la popularité, il s’agit de faire à tout prix diversion et forcer le silence.

 L’antisémitisme est alors tragiquement utilisé quand il existe, comme dans le cas de l’affaire Merah à Toulouse, pour imposer le renforcement des liens avec Israël, et quand il n’existe pas il faut le fabriquer parce qu’il est la meilleure arme, la seule dont on dispose et qui marche à tous les coups pour faire taire sur les crimes en cours à Gaza.

 Qui trouble l’ordre public ? De quel ordre s’agit-il ? Ce sont là les questions que chacun devrait se poser.

d’après : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1224159-affrontements-rue-de-la-roquette……

Patrick Le Hyaric, député européen de la GUE : Et pendant ce temps les bombes tombent dans un silence assourdissant

timthumb.phpDepuis 3 jours, le gouvernement israélien a déclenché son opération « Haie de protection » sur la bande de Gaza qui vit sous blocus inhumain depuis 2006.
 
Chaque jour qui passe est encore plus meurtrier que le jour précédent. Le gouvernement israélien dit avoir bombardé 840 cibles dans le cadre de cette campagne, notamment des sites de tirs de roquettes et les logements de membres du Hamas ou du Djihad islamique que l’Etat hébreu considère comme des centres de commandement des activistes palestinien. Cette opération militaire de grande ampleur, se justifierait selon Netanyahou, pour répondre aux nombreux tirs de roquettes dirigés contre les principales villes d’Israël, notamment Tel-Aviv, Jérusalem ou encore Haïfa.  Heureusement, elles ont soit été arrêtées par le système de défense « Dôme de fer », soit se sont écrasées dans des endroits où elles n’ont fait aucune victime.
 
Par contre, le bilan à Gaza est déjà très lourd et vient contredire la version officielle des autorités israéliennes. Ce n’est pas le Hamas qui est visé par des frappes chirurgicales, c’est tout un peuple qui vit sous les bombes et donne du travail aux nombreux chirurgiens gazaouis qui opèrent dans des conditions très précaires.
 
Au moins  85 personnes ont été tuées dont 14 femmes et 25 enfants, plus de 764 blessés dont plusieurs dizaines se trouvent dans un état grave. 103 maisons, 12 mosquées, 20 bâtiments publics, 22 coopératives agricoles et 6 centres éducatifs sont totalement détruits. 10 écoles et 4 clubs sportifs se trouvent très endommagés.
 
Le gouvernement israélien envisage le pire. Sous pression des personnalités politiques les plus droitières et extrémistes de son gouvernement,  le Premier ministre Netanyahou peut intervenir militairement au sol dans Gaza. Le rappel de plus de 20.000 à 40.000 réservistes laisse craindre que cette solution soit bien envisagée. La dernière opération militaire au sol, c’était « Plomb durci »  pendant l’hiver 2008-2009 et les victimes se comptaient par milliers.
 
Alors non, rien ne peut justifier une telle représailles qui s’abat sur tout un peuple. Le silence étourdissant des principales chancelleries et l’indifférence totale de la « communauté internationale » jusqu’à tard hier soir étaient insupportables.
 
Le communiqué de presse de l’Elysée est impardonnable et en rupture avec les orientations traditionnelles de la France. Il n’y a ici aucune symétrie possible entre une puissance occupante et un pays occupé. Pourtant François Hollande « a exprimé la solidarité de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza. Il lui a rappelé (à Netanyahou) que la France condamne fermement ces agressions. Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces. ».
 
Personne ne pourra dire qu’il ne savait pas. Il faut absolument que le mouvement de solidarité internationale fasse pression sur les gouvernements pour qu’il oblige le gouvernement israélien à cesser cette attaque. Et qu’ensuite la communauté internationale et les Nations Unies contraignent le même gouvernement à respecter le droit international, qui seul peut établir une paix juste et durable au Proche-Orient.

HALTE AU MASSACRE À GAZA,JUSTICE EN PALESTINE SAMEDI 12 JUILLET À NARBONNE

DSCN349512_07_2014 - N°412_07_2014 - N°712_07_2014 - N°312_07_2014 - N°17DSCN3499DSCN3506 DSCN3500 12_07_2014 - N°15 12_07_2014 - N°13

Samedi, le Collectif narbonnais pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens s’est rassemblé Place de l’Hôtel de Ville pour dénoncer l’agression israélienne contre le peuple palestinien et exiger du gouvernement, et des élus narbonnais de prendre les mesures à la hauteur de la situation terrifiante à Gaza.

La motion suivante a été lue, et ensuite portée en délégation à la sous-préfecture, et ensuite, sous la forme d’une lettre ouverte, mise dans la boîte aux lettres de la permanence parlementaire des élus Madame Fabre, députée, et Monsieur Courteau sénateur.

 

«  Le bombardement intensif de Gaza depuis 3 jours, avec plus de 600 bombardements, a causé la mort de plus de 104 Palestiniens, blessé près de 690 autres et détruit plus de 130 habitations.

Une nouvelle fois le pouvoir israélien déclenche un déluge de feu sur Gaza, au prétexte de tirs de roquettes, mais avec pour objectif avoué de mettre fin au gouvernement palestinien d’entente nationale, condition pourtant nécessaire  à tout progrès vers une paix juste.

Devant cette situation dramatique, les gouvernements occidentaux se cantonnent une nouvelle fois à « dénoncer l’engrenage de la violence », sans désigner le responsable de cette nouvelle tragédie, et appelant seulement le gouvernement israélien à « la retenue ». François Hollande vient même d’exprimer sa solidarité à Netanyanu !

L’Union européenne disposerait d’un moyen simple : la suspension de l’accord d’association avec Israël qui accorde des avantages économiques à ce pays. Cet accord est conditionné par le respect des droits humains, ce qui n’est pas le cas avec la colonisation et l’existence du mur qui sont illégaux selon le droit international.

Nous dénonçons cette passivité coupable de nos gouvernants, et vous demandons d’agir pour obtenir des actions concrètes  de la France auprès du pouvoir israélien et du Conseil de sécurité :

-pour l’arrêt immédiat des bombardements sur Gaza

 

-pour l’arrêt de l’agression israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem

 

-pour la levée du blocus, illégal et criminel, de Gaza

 

-pour des sanctions immédiates contre Israël jusqu’au respect du droit international

 

-pour le soutien au gouvernement d’entente nationale

 

Nous sommes prêts à vous rencontrer pour vous exprimer de vive voix nos demandes et nos attentes, ainsi que notre condamnation des prises de position du gouvernement que vous soutenez.

 

Signataires : Collectif narbonnais,  Mouvement de la Paix, Cimade,  Confédération Paysanne, FSU, Solidaires, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, NPA, Attac, UJFP, MRAP, Femmes solidaires, Femmes du Sud Femmes du Nord ensemble pour l’égalité.

 

 

 

 

12

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues