Archives pour la catégorie OGM

NON AU MAÏS OGM : un communiqué de Patrick Le Hyaric, député au Parlement européen et vice-président du groupe GUE-GVN

Malgré l’opposition de 19 pays européens la Commission européenne procède à un coup de force en autorisant un nouveau maïs transgénique, dit TC1507, de la firme américaine Pioneer.

Il s’agit là, une nouvelle fois, d’un violent coup de canif contre les souverainetés populaires et leurs représentants élus.

En effet, cette décision va à l‘encontre de la décision de la majorité des ministres des affaires européennes mais aussi du Parlement européen qui a voté contre la mise sur le marché de ce nouveau maïs il y a quelques semaines.

La Commission européenne veut ainsi se donner un levier supplémentaire pour autoriser de nouvelles plantes transgéniques au sein de l’Union européenne.

Dans la situation actuelle, si la Commission autorise le maïs TC1507, la France devra produire toute une suite d’expertises scientifiques pour justifier une interdiction sur son territoire sous peine de sanction. La Commission fait savoir qu’il suffirait de se ranger derrière sa proposition de révision du système d’autorisation des OGM en Europe pour éviter ces tracas. Avec cette proposition les interdictions nationales seraient certes facilitées, mais les autorisations aussi !

Dans l’Union européenne où les marchandises circulent sans restriction, autoriser localement certains OGM, même dans un des recoins de l’UE, aura automatiquement un impact sur l’ensemble de l’Union européenne. La France pourrait très bien interdire la culture des OGM tout en important, via le marché unique, des produits génétiquement modifiés ou avec des composants génétiquement modifiés.

La décision de la Commission seule est une brèche réglementaire en faveur des OGM contre la mise sur le marché de ce nouveau maïs OGM et nous le combattons. Elle est d’autant plus dangereuse qu’elle affaiblit nos positions sur les OGM et les normes phytosanitaires alors que la Commission négocie en ce moment même l’accord de commerce transatlantique avec les Etats-Unis.

Ceci ouvre donc la porte à l’arrivée massive de produits agricoles nord-américains génétiquement modifiés si nous ne présentons pas un front commun sur cette question.

J’en appelle donc à la mobilisation contre toute révision du cadre européen actuel qui ne fasse pas du principe de sécurité la pierre angulaire de son approche.

 maïs-1000x450

 

SOUTIEN À MARC BIENNE ET DÉFENSE DES DROITS SYNDICAUX ET POLITIQUES

Le PCF de Narbonne exprime son soutien à Marc Bienne et appelle tous les communistes et sympathisants, et, plus largement, tous les citoyens désireux de défendre les droits syndicaux et politiques, partie intégrante des droits de l’homme, à venir nombreux,
vendredi 13 mai à 8h 30,
devant le tribunal de Narbonne pour témoigner de leur solidarité.

 

Marc Bienne est un des onze faucheurs volontaires condamnés à Bordeaux après avoir neutralisé des plantations de maïs OGM, acte citoyen et politique.

 

Il a ensuite refusé de se prêter au prélèvement génétique auquel on soumet les délinquants après leur condamnation pour les « ficher ». On comprend ce refus puisque son acte est une action citoyenne, menée au nom de l’intérêt de la collectivité, et qu’il est insupportable que des citoyens, des syndicalistes, agissant pour la collectivité , soient fichés comme des braqueurs ou des délinquants sexuels.
C’est pourtant pour ce refus qu’il doit être jugé vendredi,
Nous dénonçons avec les autres organisations qui appellent au rassemblement devant le tribunal, cette atteinte aux droits syndicaux et politiques, et nous dénonçons la loi qui contraint d’inscrire sur le fichier ADN aux côtés de délinquants et de criminels, des citoyens et syndicalistes, loi qui comme par hasard ne s’applique pas à tous ceux qui ont commis des délits financiers !
Ce fichage génétique de syndicalistes, inacceptable dans une démocratie, est devenu malheureusement une pratique courante, et nous en appelons à tous les citoyens pour réagir vigoureusement contre cette nouvelle atteinte à nos libertés.
Rappelons que Pierre Gosnat, député communiste, a déposé en septembre dernier une proposition de loi pour interdire le prélèvement ADN des militants syndicaux, et qu’il est venu relancer le débat sur le Fichier national automatisé des empreintes génétiques à Perpignan lors du soutien à un autre militant syndical ( dans le secteur des autoroutes) poursuivi pour les mêmes raisons. Bien que ce militant n’ait été condamné qu’à une peine symbolique, la loi demeure, qui assimile l’action syndicale à un délit criminel, et nous devons rester vigilants et mobilisés.

Soyons nombreux devant le tribunal !

Rejet du projet de loi OGM (suite)

Le projet de loi OGM, recalé à l’Assemblée Nationale, provoque bien des turpitudes au sein de la majorité sarkozyste. Bravo à André Chassaigne qui a donné là tout son sens à l’utilité des élus communistes !

L’UMP essaie maintenant de reprendre les choses en main par un formidable déni de démocratie.

Explications en vidéo …

http://www.dailymotion.com/video/x5f74p

L’enjeu alimentaire : le libéralisme affame !

faim1.jpgChaque jour, la crise financière qui s’installe un peu plus dans le paysage déstabilise progressivement toute l’économie mondiale. Les matières premières comme le pétrole, les métaux ou les céréales font, désormais, figure de valeurs refuge. La nécessité de nourrir les hommes et le déploiement du marché de la production des bio-énergies agissent comme le révélateur d’un monde qui marche sur la tête.

(suite…)

OGM :Crise à droite !

sanstitrebbb.gifLa droite a adopté dans la pagaille le texte sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) dans une version profondément remaniée par rapport au projet de loi initial par plusieurs amendements issus de l’opposition.

Un vote d’extrême justesse (avec 20 voix d’écart) qui en dit long sur les proportions de la crise qui secoue le gouvernement Fillon et sa majorité. Une centaine de députés de droite se sont abstenus ou ont refusé de voter, ce qui équivaut à autant de « vote contre » selon le député UMP Grosdidier qui lui même a voté contre.

Le catalyseur de cette crise à droite est l’amendement des députés communistes sur l’exclusion des OGM de zones entières où sont implantées des filières agricoles de qualité ( AOC, Label rouge, label « non-OGM », etc…). Son adoption par la gauche et plusieurs parlementaires de la majorité n’en finit pas de déchaîner la colère des élus de droite les plus proches des lobbies des semenciers OGM.

Victime expiatoire désignée de ces querelles intestines, la secrétaire d’Etat à l’écologie et au développement durable, Nathalie Kosciusko-Morizet, coupable aux yeux des élus de droite de ne pas s’être opposée dans l’Hémicycle à l’amendement présenté par André Chassaigne. On s’est échangé des noms d’oiseaux entre leaders de droite (Borloo, Copé qualifiés de lâches) et finalement la ministre a dû présenté ses excuses.

Au delà de la polémique personnelle, l’épisode révèle que « l’origine des problèmes » à droite n’a que peu à voir avec Mme Morizet mais beaucoup avec les résistances qui se développent face aux projets de la droite, à la mesure de la colère suscitée par le reniement des engagements, comme ceux pris lors du Grenelle de l’environnement.

Ce qui n’est pas sans provoquer des tensions inédites dans l’UMP. Furibard, Fillon a mis en cause nommément « l’amendement Chassaigne qui n’aurait pas dû être voté« .

Signez en ligne : OGM, l’appel des 252

A télécharger :

DU NOUVEAU… DU NOUVEAU… DU NOUVEAU…

 

Du nouveau selon France 2 en date du 15 avril :

 » Gouvernement et majorité ont trouvé un compromis qui vide de son sens l’amendement de gauche votée à l’Assemblée :

Pour mettre un terme à deux semaines de couacs et fortes tensions, la solution retenue vise non pas à supprimer purement et simplement l’amendement Chassaigne (PCF) -dont l’adoption avait provoqué la colère des députés UMP et constitué une victoire pour les anti-OGM – mais à le vider, de fait, totalement de son contenu.

Les sénateurs UMP vont en effet « sous-amender » ce fameux amendement -qui restreignait l’utilisation des OGM en les interdisant notamment dans les zones AOC- en stipulant que « la définition du « sans OGM » se comprend nécessairement par rapport à la définition communautaire », a annoncé le patron des députés UMP, Jean-François Copé, à l’issue de la réunion du groupe à l’Assemblée.

Or, le seul taux européen en vigueur (0,9%) ne concerne que l’étiquetage et non la production elle-même. « Dans l’attente d’une définition au niveau européen, le seuil correspondant » à la présence ou non d’OGM « sera fixé par voie réglementaire sur avis du Haut conseil des biotechnologies », créé par le texte, a précisé M. Copé.

Ce compromis a été trouvé à l’issue d’une série de discussions au plus haut niveau: réunion lundi à l’Elysée autour de Nicolas Sarkozy avec des responsables UMP de l’Assemblée et du Sénat et petit-déjeuner de la majorité mardi à Matignon.

C’est sur ce texte qu’avait éclaté la virulente polémique entre la secrétaire d’Etat à l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet d’un côté et l’UMP et le ministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo, de l’autre« .

 

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues