Archives pour la catégorie manifs

Appel du Collectif narbonnais pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens

URGENCE PALESTINE :
Face aux massacres perpétrés par l’armée israélienne à Gaza,
plus que jamais, la solidarité internationale avec le peuple palestinien doit continuer et s’amplifier.

RASSEMBLEMENT SAMEDI 09 AOÛT 2014
17H30 À NARBONNE
SUR LA PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE

Halte à l’agression israélienne ; levée du blocus, illégal et criminel, de Gaza; protection internationale du peuple palestinien; libération de tous les prisonniers ; sanctions immédiates contre Israël jusqu’au respect du droit international ; soutien à la résistance du peuple palestinien ; oui à la liberté d’expression, non à la criminalisation de la solidarité.

Cet appel est déjà soutenu par: Mouvement de la Paix, MRAP, Cimade, Confédération Paysanne, FSU, Solidaires, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, NPA,…

Merci de faire circuler largement ce message.

NARBONNE : EN MÉMOIRE DES VICTIMES DE GAZA, en soutien au peuple palestinien, une manifestation digne et dynamique ce samedi 26 juillet

C’est près d’une centaine au début,  mais petit à petit,  plus près de 200  manifestants selon certains, qui se sont rassemblés sur la Place de l’Hôtel de Ville avant de défiler jusqu’à la Sous-préfecture, porteurs d’une gerbe en mémoire des enfants de Gaza assassinés.

Prises de parole, lectures de poèmes : de Ziad Medoukh, palestinien de Gaza, d’Olivia Elias, poétesse d’origine palestinienne , mais aussi lecture de déclarations et de prises de position – Appel du  Collectif narbonnais pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens, lettre de la LDH au Président Hollande- entrecoupées d’une marche silencieuse, en mémoire à toutes les victimes massacrées à Gaza, et en Cisjordanie Dernière lettre de Ziad Medoukh, qui nous écrit tous les jours pour nous relater la poursuite des violences, et leur répétition. ( Lettre ci-dessous)

Beaucoup d’indignation et l’expression de vives critiques de l’immobilisme de l’Europe, et des prises de position successives, et aggravées de l’Etat français, qui prend fait et cause pour  le gouvernement actuel d’Israël, soutenant ainsi la poursuite de la guerre, au détriment du droit international, de la justice et de la paix, vers un véritable génocide.

Beaucoup de gravité, mais de l’espoir aussi, le  lâcher de ballons, avant de quitter la Place de la Mairie,  symbolisant cette  liberté tant désirée du peuple palestinien.

C’est à la grille de la Sous-préfecture qu’a finalement été accrochée la gerbe en mémoire des enfants-victimes de Gaza.

Pour le Collectif Palestine de Narbonne

Jacqueline Rougier

 

 

 

 

 

      10551069_10202383220957647_4244418623607895286_n IMG_0314 10527775_10202383224477735_52698230525281562_n 10482127_10202383222357682_1545524702118510373_n 10561635_10202383227157802_2151050848701447134_n IMG_0311 IMG_0323 IMG_0322 IMG_0317 IMG_0312 IMG_0316 10526008_10202383216237529_8498925659436236937_n IMG_0318 10553445_10202383215317506_5545836309198752213_n 10540356_10202383213877470_1103561308889070947_n IMG_0319 IMG_0313

Dernière Lettre reçue de notre ami Ziad Medoukh

En direct de Gaza     Samedi 26 juillet 2014

Il est 19 h à Gaza

1000 morts à Gaza, et ça continue !

Ziad Medoukh

Dix-neuvième  jour de l’offensive militaire israélienne sur la bande de Gaza

L’armée israélienne a tué 20 Palestiniens partout dans la bande de Gaza ce matin avant le début de la trêve  humanitaire

L’armée israélienne viole cette trêve et continue à bombarder, notamment au nord de la bande de Gaza

L’hôpital de Beit Hanoun au nord de la bande de Gaza a été bombardé.

Les secouristes ont sorti plus de 100 cadavres sous les décombres

C’est terrible !

Les Palestiniens de Gaza sont en train de constater l’ampleur de la destruction massive

C’est horrible !

-  Toujours deux heures d’électricité par jour  pour chaque foyer

Le bilan s’alourdit au dix-neuvième jour de l’offensive militaire israélienne contre la bande de Gaza et sa population civile :

-         1020  morts palestiniens jusqu’à cette heure-ci,  dont 200 enfants, 110 femmes et 83 personnes âgées suite à des bombardements israéliens en dix-neuf jours.

-5250  blessés lors de ces bombardements aveugles de l’armée de l’occupation israélienne, dont 690 femmes et 1100 enfants

-Plus de 4750 raids israéliens en dix neuf  jours  partout dans la bande de Gaza

Quelle horreur !

-1340 maisons ont été détruites suite à ces bombardements aveugles

-99 mosquées ont été détruites

C’est terrible !

Gaza sera toujours debout !

Gaza résiste, Gaza existe et Gaza persiste !

Palestine vivra, Palestine vaincra !

Amitiés de Gaza sous les bombes

Ziad

Manifestation de samedi 19-07 à Carcassonne: près de 300 personnes

DSCN3549 IMG_0308 IMG_0284 IMG_0299 DSCN3512 DSCN3552 DSCN3522 IMG_0283 IMG_7616[3] DSCN3527Près de 300 personnes, des jeunes,et des moins jeunes, des enfants, des associations, des partis politiques, en soutien au peuple palestinien, aux palestiniens de Gaza bombardés, envahis, massacrés,  en hommage aux enfants assassinés, en appel à la résistance pour dénoncer notre gouvernement,complice, par son soutien à Netanyahu, du génocide qui est train d’être perpétré
  Les représentants des organisations ont exposé  les exigences de cette manifestation : cessez le feu sans conditions, arrêt de l’agression israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem, levée du blocus de Gaza, qu’Israël soit enfin sanctionné pour les crimes qu’il commet ,qu’il soit contraint enfin de se plier au droit international, et à toutes les résolutions de l’ONU prises depuis plus de 60 ans à son encontre, et qu’il n’a jamais respectées.
Ils ont rappelé que le but réel des israéliens dans cette offensive est d’empêcher la création d’un état palestinien viable et de torpiller le gouvernement d’entente nationale qui vient enfin de se créer entre le Hamas et le Fatah.

Ils ont dénoncé les tentatives du Gouvernement et des médias à son service de discréditer les manifestations, en montant en épingle quelques incidents, en laissant les provocateurs intervenir librement, et en interdisant certaines manifestations.
Le défilé à travers la ville  s’est déroulé correctement malgré deux accrochages vite maîtrisés et s’est terminé par l’envoi de ballons porteurs de messages pour les enfants de Gaza et par une collecte de fonds et de fournitures médicales (pansement, bandes,…) pour les palestiniens.
Pour Narbonne : Les participants au rassemblement du samedi 12 juillet envisagent de poursuivre l’action commencée le samedi 12juillet, affaire à suivre.

Affrontements Rue de la Roquette:un piège qui a permis de ne pas parler de Gaza

Par Michèle Sibony
Union Juive Française pour la Paix

LE PLUS. Dimanche à Paris, en marge d’une manifestation de soutien au peuple palestinien, des heurts ont éclaté entre militants pro-israéliens et pro-palestiniens. Que s’est-il vraiment passé ? Pour Michèle Sibony, membre de l’Union juive française pour la paix et de l’agence média Palestine, il n’a pas été rendu compte fidèlement de la réalité.
Édité par Hélène Decommer

8131405419298

 

 

Commençons par ce qu’il faut dire, et ce qui devrait intéresser tout citoyen comptant sur ses médias pour être correctement informé : la « guerre » de Gaza comme elle est appelée n’est pas une guerre, c’est en réalité l’opération d’éradication du Hamas lancée par le gouvernement israélien à partir de l’enlèvement des trois colons qui a servi de prétexte, mais surtout annoncée dès la constitution d’un gouvernement d’union nationale soutenu par les États-Unis et l’Union européenne.

 Depuis une semaine l’opération militaire « bordure de protection » a déjà fait plus de 200 cents morts, des civils hommes femmes et enfants pour l’essentiel, piégés sur un territoire minuscule, avec la plus haute densité de population du monde. Des centaines de blessés, des écoles des mosquées, des hôpitaux attaqués, tout cela lors de frappes dites chirurgicales. « L’Humanité » a informé du risque d’utilisation par l’armée israélienne d’une arme particulièrement redoutable : le dîme.

 Une connivence médiatico-politique

 Tout cela au moment du sinistre anniversaire de sept ans de siège et d’un blocus illégal aux yeux de toute la communauté internationale privant toute cette population de l’essentiel.

 Au sens strict et précis de toutes les normes du droit international, il s’agit-là de crimes de guerre tels que définis par l’article 8 du statut  la CPI.

 Pardon de ce qui semblerait être une digression, mais qui dit cela en France ? Quel média rappelle ne serait-ce qu’une fois le contexte d’occupation et de colonisation qui enferme le peuple palestinien tout entier ? Qui rappelle que la résistance d’un peuple occupé est un droit ?

 Nous avons assisté depuis le début de cette offensive à une présentation totalement univoque, en adéquation parfaite avec la position de notre propre gouvernement, elle même calquée sur la version israélienne  des événements : Israël est attaqué par des roquettes et a le droit de se protéger par tous les moyens. Disons, pour rester pudiques, que les chiffres des victimes dans les deux camps parlent d’eux même du rapport de forces en jeu.

 Il nous faut, pour pouvoir être clairs, commencer par dénoncer cette connivence médiatico-politique avec Israël, l’ambassade d’Israël en France et les soi-disant représentants de la communauté juive, le CRIF.

 Les manifestants pro-palestiniens sont tombés dans un piège

 La manifestation à Paris du 13 juillet était la première grande manifestation nationale de soutien à la Palestine. Quelques jours avant la manifestation dont le parcours était connu, Barbès-Bastille, les sites de plusieurs groupes juifs d’extrême droite appelaient à un rassemblement de soutien à Israël devant la synagogue de la rue de la Roquette, qui devait servir de bastion et de clé de voûte à l’opération de par sa proximité de la fin du parcours ( on peut trouver ces appels sur le net)

 Le président du consistoire central, Joël Mergui, a affirmé lui à l’AFP que « plusieurs dizaines de manifestants » s’étaient « délibérément » rendus devant la synagogue de la Roquette, non loin de la Bastille, « pour agresser verbalement et physiquement des juifs » réunis dimanche après-midi « pour prier pour la situation en Israël et pour la paix » (sic).

 
Les provocateurs – tous les témoins et les vidéos le montrent – ont été protégés et aidés par la police, ils ont entraîné à coups d’insultes et de fumigènes un petit groupe de manifestants excédés vers la synagogue.

 
Attirés devant la synagogue, les jeunes manifestants sont tombés dans le piège qui a permis :

 1- De ne pas parler de Gaza, et de ce qui s’y joue

2- De ne pas parler de la solidarité française avec la Palestine,

3- De transformer la grave question des crimes commis en ce moment à Gaza, en une opération antisémite méritant sanction, et

4- La sanction est sortie du tiroir où elle était prête : volonté d’interdiction des manifestations de soutien à la Palestine.

 
Il y a d’autres questions à se poser

 Le manque de clarté de la plupart des médias français, tombés dans le même piège, sans doute parce qu’ils n’avaient même pas pris la peine de « couvrir » la manifestation, et qui ont décidé comme on le leur avait soufflé qu’en l’occurrence le seul événement c’était des « heurts antisémites », a largement contribué à la réussite de cette opération.

 
L’un d’eux s’est-il interrogé sur le sens d’un rassemblement destiné à soutenir Israël devant et dans une synagogue ? L’un d’eux a-t-il mentionné que la  grande synagogue de la Victoire recevait il y a un mois un général de l’armée israélienne, qu’elle présentait à ses ouailles pour parler du service militaire en Israël ?

 Il y a ceux qui parlent, repris par le ministre Valls, d’importation du conflit. En réalité, il nous semble qu’on peut se poser la question d’une stratégie concertée, entre le CRIF et l’ambassade d’Israël, qui se résume en quelques phrases simples, mais redoutables : sachant qu’il n’est à l’évidence pas possible de gagner la bataille de la popularité, il s’agit de faire à tout prix diversion et forcer le silence.

 L’antisémitisme est alors tragiquement utilisé quand il existe, comme dans le cas de l’affaire Merah à Toulouse, pour imposer le renforcement des liens avec Israël, et quand il n’existe pas il faut le fabriquer parce qu’il est la meilleure arme, la seule dont on dispose et qui marche à tous les coups pour faire taire sur les crimes en cours à Gaza.

 Qui trouble l’ordre public ? De quel ordre s’agit-il ? Ce sont là les questions que chacun devrait se poser.

d’après : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1224159-affrontements-rue-de-la-roquette……

HALTE AU MASSACRE À GAZA,JUSTICE EN PALESTINE SAMEDI 12 JUILLET À NARBONNE

DSCN349512_07_2014 - N°412_07_2014 - N°712_07_2014 - N°312_07_2014 - N°17DSCN3499DSCN3506 DSCN3500 12_07_2014 - N°15 12_07_2014 - N°13

Samedi, le Collectif narbonnais pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens s’est rassemblé Place de l’Hôtel de Ville pour dénoncer l’agression israélienne contre le peuple palestinien et exiger du gouvernement, et des élus narbonnais de prendre les mesures à la hauteur de la situation terrifiante à Gaza.

La motion suivante a été lue, et ensuite portée en délégation à la sous-préfecture, et ensuite, sous la forme d’une lettre ouverte, mise dans la boîte aux lettres de la permanence parlementaire des élus Madame Fabre, députée, et Monsieur Courteau sénateur.

 

«  Le bombardement intensif de Gaza depuis 3 jours, avec plus de 600 bombardements, a causé la mort de plus de 104 Palestiniens, blessé près de 690 autres et détruit plus de 130 habitations.

Une nouvelle fois le pouvoir israélien déclenche un déluge de feu sur Gaza, au prétexte de tirs de roquettes, mais avec pour objectif avoué de mettre fin au gouvernement palestinien d’entente nationale, condition pourtant nécessaire  à tout progrès vers une paix juste.

Devant cette situation dramatique, les gouvernements occidentaux se cantonnent une nouvelle fois à « dénoncer l’engrenage de la violence », sans désigner le responsable de cette nouvelle tragédie, et appelant seulement le gouvernement israélien à « la retenue ». François Hollande vient même d’exprimer sa solidarité à Netanyanu !

L’Union européenne disposerait d’un moyen simple : la suspension de l’accord d’association avec Israël qui accorde des avantages économiques à ce pays. Cet accord est conditionné par le respect des droits humains, ce qui n’est pas le cas avec la colonisation et l’existence du mur qui sont illégaux selon le droit international.

Nous dénonçons cette passivité coupable de nos gouvernants, et vous demandons d’agir pour obtenir des actions concrètes  de la France auprès du pouvoir israélien et du Conseil de sécurité :

-pour l’arrêt immédiat des bombardements sur Gaza

 

-pour l’arrêt de l’agression israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem

 

-pour la levée du blocus, illégal et criminel, de Gaza

 

-pour des sanctions immédiates contre Israël jusqu’au respect du droit international

 

-pour le soutien au gouvernement d’entente nationale

 

Nous sommes prêts à vous rencontrer pour vous exprimer de vive voix nos demandes et nos attentes, ainsi que notre condamnation des prises de position du gouvernement que vous soutenez.

 

Signataires : Collectif narbonnais,  Mouvement de la Paix, Cimade,  Confédération Paysanne, FSU, Solidaires, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, NPA, Attac, UJFP, MRAP, Femmes solidaires, Femmes du Sud Femmes du Nord ensemble pour l’égalité.

 

 

 

 

MEETING, MANIF, MUGUET : TROIS RENDEZ-VOUS ANTI-AUSTÉRITÉ…

Comment ne pas comprendre voire partager la colère de ces femmes et de ces hommes sincèrement de gauche devant le pitoyable spectacle d’un Président et d’un gouvernement passant sous les fourches caudines du Medef, dérivant dans une conversion au libéralisme et  devenant les chantres de l’austérité pour le monde du travail et de la complaisance pour celui de la finance?

   Colère encore plus forte lorsqu’elle s’accompagne de la conscience qu’une autre politique est possible!

    Car pourquoi étendre toujours plus les exonérations sociales et fiscales des entreprises sans contrepartie ni résultat alors que l’économie est grevée avant tout par le coût du capital ? Selon l’INSEE même, les dividendes versées et les intérêts  financiers pompées par les banques s’élèvent pour ces entreprises à près de 300 milliards soit deux fois plus que leurs cotisations sociales!

    Pourquoi programmer pour les quatre ans à venir une réduction de 50 milliards de dépenses concernant les services publics, les collectivités locales, la protection sociale alors que ces 50 milliards représentent le montant des dividendes encaissés par les actionnaires  pour la seule année de 2013?

    Comment pourrait-on accepter le blocage des salaires, le gel des pensions de retraite et des prestations sociales alors que les patrons des grandes entreprises s’octroient des augmentations de 8 à 38 % de leurs rémunérations?

   Une autre politique doit être engagée, tournant le dos aux choix d’austérité…

   Cette exigence étaient portée par les manifestations du 12 avril (100 000 personnes à Paris, plus de 200 à Narbonne).

    Elle se traduit par des revendications précises.

   Au niveau national. Stopper les licenciements boursiers .S’attaquer  à l’évasion fiscale. Imposer une nouvelle répartition des richesses. S’engager dans la transition écologique. Développer les services publics nationaux et locaux…..

   Comme au niveau européen. Se dégager de la concurrence généralisée sur la quelle s’est construite cette union européenne ultra libérale. Mettre en échec le projet de marché unique transatlantique. Refonder une Europe démocratique, sociale, pacifique…

   Cette volonté de construire une alternative à gauche sera au cœur du meeting organisé  à Narbonne le mardi 29 avril à 20h au Palais du travail avec Jean Luc Mélenchon (PG), Marie Pierre Vieu (PCF) et David Hermet ( Ensemble!), candidats du Front de gauche à lélection européenne.

    En prolongement de cette réunion publique, nous serons présents le 1er mai au rassemblement syndical, appelant à lier la nécessaire riposte sociale avec le vote « Front de gauche » à l’élection européenne et proposant notre traditionnel muguet de lutte. Nous espérons que cette vente militante se déroulera dans des conditions sereines, différentes de l’année présence : nous n’oublions pas que certains d’entre nous ont été verbalisés par la police municipale, convoqués au commissariat…. pour enfin être relaxés!

 

 

TOUS AU CAPITOLE

http://www.dailymotion.com/video/xprs66

contacts :  jptournissa@wanadoo.fr

pcfnarbonne@gmail.com

Tel  06 37 31 58 47

MARCHER

Alors que je suis en train de me creuser la tête à la recherche d’une idée pour commencer ma chronique d’aujourd’hui, mes yeux tombent sur le DVD offert avec le hors-série de l’Humanité sur les 50 ans de l’indépendance de l’Algérie. Je n’ai pas encore eu le temps 
de le regarder, mais son titre, Peuple 
en marche, crée un court-circuit salutaire dans mes neurones ensommeillés.

Car je viens tout juste de finir Charonne-Bou Kadir, un roman graphique à paraître aux Éditions Tirésias qui traite des deux dernières années de la guerre d’Algérie. 
Et comme toujours, j’ai du mal 
à sortir du sujet qui m’a occupée, voire obsédée pendant cinq mois. Or le titre du documentaire collectif réalisé par René Vautier et ses étudiants du Centre audiovisuel d’Alger se fait l’écho 
des dernières pages de mon récit. 
J’y décris précisément une marche, un cortège en marche, qui, le 8 février dernier, a rendu hommage aux morts de Charonne, en allant de la station éponyme au cimetière du Père-Lachaise. Un peuple en marche qui se souvient.

Manifester sert-il à quelque chose ? C’est une question que je me pose régulièrement en revenant d’une manif. Parfois, je me dis que non, que je me suis juste donné bonne conscience à peu de frais. D’autres fois, au contraire, 
je me dis que prendre la rue, 
c’est déjà ça ; et donner de la voix, 
ce n’est pas rien, quand tout nous incite à grommeler dans notre coin. Surtout, au coude-à-coude avec des inconnus souvent tout ébahis d’être ensemble 
si nombreux, savoir qu’on n’est pas seul à penser ce qu’on pense, ça compte.

Nous avons marché contre la guerre, 
le racisme, telle ou telle réforme crétine ; parfois une poignée, parfois une marée. Sans résultat, me direz-vous ? Mais si, on nous a vus, on nous a entendus, 
on nous a comptés. Alors, continuons de nous manifester.

Jeanne Puchol ( auteur de bande dessinée)

(*) À paraître en mai : Charonne-Bou Kadir, 
Éditions Tirésias ; Moi, Jeanne d’Arc, 
Des ronds dans l’O éditions.

PRISE DE LA BASTILLE

 

IMPRESSIONS RETOUR DE PARIS 18 MARS 2012

Quelques impressions, à chaud, à l’issue de la discussion qu’avec un petit groupe nous avons eues dans le train du retour.

Nous sommes unanimes à voir dans cette journée un événement important dans la campagne : un nouveau palier est franchi.

Non seulement par l’affluence des milliers et milliers de gens comme nous, (on espérait 30 000, et nous étions au moins 120 000 selon les organisateurs,  il suffit de voir les photos pour s’en convaincre), mais aussi par l’empathie qui s’est créée entre nous tous, manifestants ou passants, au hasard des rencontres.

De la Nation à la Bastille  nous avons défilé, dans le partage du même enthousiasme, de la même détermination, exprimant le même besoin de changement, le même besoin d’un autre monde, d’autres droits , d’une autre République, d’une autre gauche, d’une autre vie.

Solidarité et connivence dans la défense des mêmes valeurs, échanges avec les nombreux curieux, participant de leur fenêtre par des appels, des drapeaux ou des banderoles déployés, discussions avec les gens du quartier, intéressés, et exprimant leur solidarité. Nous avons tous largement ressenti cette adhésion de plus en plus forte à notre projet du Front de gauche.

Seuls certains d’entre nous, qui étaient arrivés à se faufiler parmi la foule, ont pu apercevoir Jean-Luc Mélenchon arrivant très ému sur le podium et entendre  son discours ; les autres n’ont pu le faire qu’après coup, une fois revenus chez eux, grâce à la magie d’Internet. Mais toutes et tous nous revenons remontés à bloc et décidés à déployer encore plus d’énergie, plus d’inventivité, plus de ténacité pour poursuivre, non seulement la campagne, présidentielles puis législatives, mais l’après campagne.

Nous en sommes de plus en plus conscients : ce Front de gauche, c’est LE projet à la hauteur des espérances de chacun, c’est un tournant dans l’histoire, qui concerne non seulement notre pays, notre peuple, mais encore d’autres pays, d’autres peuples : c’est une autre façon de faire et de vivre la politique,  qui est en marche.

Et nous allons poursuivre avec les meetings de Toulouse et Marseille.

Que ceux qui n’ont pu venir à Paris se préparent : nous allons prendre le Capitole, le 5 avril, tous ensemble.

1234

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues