Archives pour la catégorie logement

NARBONNE À GAUCHE : COMBATTRE LA DÉRIVE LIBÉRALE

midilibre12-03

NARBONNE À GAUCHE : LES 4 PILIERS DU PROGRAMME

midilibre01-03web

BULLETIN CANTONAL


Ces élections permettront de choisir des programmes départementaux répondant aux aspirations des citoyens et seront aussi l’occasion de faire entendre notre colère. Il y a urgence !

 

Urgence sociale !


Cette urgence est d’abord sociale. Les mobilisations dans les luttes pour nos retraites, l’emploi, le pouvoir d’achat, le logement… l’ont démontré.

Nos dirigeants (et d’autres) peuvent-ils s’étonner d’être impuissants après s’être liés les mains en imposant un traité européen qui soumet le pouvoir politique aux multinationales ?

Répartir autrement les richesses… Développer de vraies solidarités constitutionnelles…

 

Urgence démocratique !

Ce dont on a besoin, ce sont des droits nouveaux.

Les salariés… s’ils avaient le droit de dire leur mot dans les entreprises du CAC 40, mais dans les autres aussi, accepteraient ils que tous les profits partent en dividendes pour les seuls actionnaires et PDG alors que les salaires sont au régime sec ?

Les usagers des services publics…

Les citoyens dans leurs territoires… Nous accordons une place centrale à la question de la co-élaboration. Pour nous, le fil conducteur, c’est la démocratisation de la vie publique, qui dépasse de loin la simple concertation, pour aller vers la création de ces droits nouveaux.

Dans le département, les élus communistes sont à l’initiative et participent aux nombreux comités d’usagers des services publics pour les défendre et les moderniser (ex : collectifs de la poste, de la défense des hôpitaux, de lignes SNCF…).

Nous créerons un Conseil de Canton qui associera les habitants, les associations à tous les enjeux majeurs débattus au Conseil général…

Droit de référendum permettant de saisir le Conseil général sur ces compétences (à partir de 10% de la population âgée de plus de 16 ans).

Nous proposons que le Conseil général oeuvre pour une véritable égalité hommes/femmes, s’attaquant aux disparités de salaires, à la précarité(notamment par une clause sociale lors des appels d’offres).

Pour en finir avec l’exclusion démocratique, nous proposons d’accorder le droit de vote à tous les étrangers résidant régulièrement en France depuis 3 ans pour toutes les élections locales

 

 

 

Urgence écologique !

 

Le capitalisme, productiviste obnubilé par la rentabilité financière, détruit la planète… Un exemple concret cet été , La Clape a encore été victime d’un incendie : Acte malveillant ? Accident ?

Pour éviter de telles proportions à un feu :

Réinvestir l’espace agricole, cultures variées, ovins, en finir avec la colonisation incontrôlée des pins… Ouvrir des espaces…

Notre nature a besoin de l’activité humaine pour ne pas être fragilisée et être accessible à tous en sécurité …

Pour 80% des Audois, « la préservation des ressources en eau est une priorité « . L’eau doit être un « bien commun » et non une « marchandise » offerte à des grands groupes industriels.

Nous revendiquons partout une maîtrise publique de l’eau !

Le Conseil Général doit encourager et aider (à travers études, simulations, mise à disposition de conseillers techniques et financiers), à une reconquête publique de la maîtrise et de la gestion de l’eau…

« Nous voulons promouvoir un autre rapport entre l’Homme et la nature ! »                                                                                                La démocratie au coeur de notre démarche…

(suite…)

À QUAND LES ÉTATS GÉNÉRAUX DU LOGEMENT SOCIAL ?

Dans le cadre de la démarche impulsée par le Front de Gauche visant à une élaboration partagée de propositions alternatives bien ancrées à gauche, les sections locales du PCF et du PG ont organisé une réunion de travail sur la place du logement social dans l’agglomération narbonnaise.
Elus, syndicalistes, locataires, militants associatifs et politiques ont pu échanger à partir de données chiffrées, de témoignages, d’expériences…
De ce débat, des constats ont été faits, des propositions se sont précisées.
1) Le rôle du logement social géré par les structures HLM est irremplaçable pour donner réalité au « droit au logement » ! A contrario de l’idéologie libérale et des choix politiques de la droite, le logement social ne peut être considéré comme une marchandise soumise aux lois du marché… Le slogan « tous propriétaires » s’est révélé un grand bluff !
2) Face à l’évolution démographique de l’agglo et de l’aggravation des difficultés de vivre liées à la crise, l’offre publique du logement social s’avère insuffisante. Ainsi, de 2005 à 2009, en ce qui concerne l’Office Public de l’Habitat de la narbonnaise, la demande de logement a augmenté de plus de 60%. En 2009, seulement 17% de ces demandes ont été satisfaites par l’Office ! Et, sur la même période, les retards dans la réalisation des projets annoncés ont été énormes : 289 nouveaux logements annoncés, 41 livrés !
3) De même qu’il est nécessaire de construire de nouveaux logements, la réhabilitation d’immeubles anciens s’impose. Les exemples ne manquent pas. Du « 25 quai de Lorraine » au Pastouret, en passant par Berre-Cesse, il y a nécessité, voire urgence, de mettre ces appartements dans des normes de modernité… Ces rénovations ne peuvent se mener qu’en étroite liaison avec les concernés. Or, à Narbonne, la parole des locataires n’a jamais été prise en compte ! Il faut créer des lieux de concertation régulière avec les locataires afin que leurs doléances soient entendues et qu’ils puissent s’impliquer véritablement dans le devenir de leurs « cités ».
4) Tout cela pose la question du financement. A Narbonne, elle est abordée de façon politicienne, servant de prétexte à une polémique entre nouvelle et ancienne municipalité… Mais, rien n’est dit sur la responsabilité de l’état ! Or, pour 2011, le gouvernement vient de présenter son budget « ville et logement » en recul de 2,6%. En outre, il a décidé de ponctionner les caisses des organismes HLM de 1 Milliard d’euros sur 3 ans. Et, à travers une « convention d’utilité sociale », il fixe à ces organismes des objectifs de hausse de loyers, de vente d’appartements, etc… Ce n’est pas avec de telles orientations que se résoudra la crise du logement.
5) Face à une telle situation, une proposition a fait l’unanimité : lancer l’idée d’organiser, au niveau de l’agglo, des états généraux du logement social, avec les organismes, les collectivités, syndicats, associations, locataires afin d’établir un état des lieux précis dans ce domaines, de dégager des priorités convergentes, d’interpeller l’Etat sur ses responsabilités.

J. P. MAISTERRA Pour Le P.C.F. de Narbonne

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues