Archives pour la catégorie écologie

LE BULLETIN D’INFORMATION DES COMMUNISTES DE L’AUDE AVRIL-MAI 2014

LE POINT AVEC LES CELLULES                             Bulletin d’information des Communistes de l’Aude avril- mai 2014

Edito

Cette campagne des municipales, partout en France, acte le retour de la droite et de son extrême. Plus localement, Carcassonne et Narbonne n’échappent pas à cette poussée et basculent à droite. Un fort taux d’abstention, nous montre aussi la défiance des citoyennes et citoyens à l’égard des responsables politiques locaux. Notre président, lui, continue de faire la sourde oreille puisqu’il nomme à la tête de son nouveau gouvernement Manuel Valls. Il n’écoute pas le désaveu des français et même pire il nous signifie qu’il va continuer. Il se rend à Bruxelles avec son pacte d’ « irresponsabilité » et ses réductions budgétaires, alors que les privés d’emploi ne cessent d’augmenter, et avec eux la misère et la colère.

Mais cette séquence électorale nous aura permis de nombreux échanges avec toutes les forces progressistes de notre département. Sans l’appui des médias, tous les débats que nous avons menés ont nourri la population d’autres po- -litiques alternatives. En matière d’économie, d’écologie, de territoire nous avons construit pas à pas nos programmes. Nous tenons d’ailleurs, à remercier tous les amis-es cama- rades qui se sont investi lors de cette campagne des municipales.

Les prochains jours peuvent ouvrir une nouvelle séquence politique avec un grand débat sur les alternatives, les solu- tions, les grands chantiers à engager pour un changement à gauche. Avec les élections européennes, nous comptons bien affirmer notre volonté d’une Europe des peuples, solidaires. La marche du 12 avril s’inscrit dans cette perspecti- -ve et doit faire entendre d’autres voix que celles de la haine de l’autre, du racisme, de la xénophobie. Nous continuons de réclamer avec force une répartition plus juste des richesses.

Alors restons mobilisés, notre combat pour d’autres choix de société reste d’actualité !

Marie-Ange Larruy, Mylène Vesentini Co-responsables départementale

Agenda

12 avril Paris  Marche contre l’austérité

12 avril Narbonne 11 H     Marche contre l’austérité

1er mai

Manifestation- Carcassonne- Narbonne
Fête de la CGT« Floréale » Conques

Européennes: 25 mai 2014

Montage de la fêteJeudi 29 mai, à partir du jeudi 5 juin jusqu’à la fête

13 14 15 juin  Fête du PCF Coursan

MUNICIPALES

Les premiers éléments de ces municipales font clairement apparaître que la gauche dans son ensemble est en net recul. Les victoires du PS dans quelques villes, la reconquête de Montreuil, Saint- Denis, Aubervilliers et la victoire surprise d’ EELV allié au PG à Grenoble ne doivent pas nous faire oublier les nombreuses défaites. Les électeurs n’ont pas fait de détail entre gauche gouvernementale et gauche d’opposition…! Saluons tout de même la réélection de nombreux élu-es, de nombreux maires communistes dès le 1er tour, de nombreuses et nombreux conseillers municipaux communistes et apparenté-es issu-es de listes d’union de la gauche ou de liste Front de gauche.

En Languedoc-Roussillon, dans les PO, les communistes conservent Cabestany et Prades mais perdent Elne. Dans l’Hérault, le maire sortant PG FDG René Revol est réélu à Grabels, François Liberti et son équipe ne parviennent pas à reconquérir Sète. Le PCF-FDG conserve Vendres et d’autres communes. Dans le Gard, le PCF et les maires apparentés conservent la quasi- totalité des communes dont la Grand-Combe et Aramon. A Nîmes, la candidate PCF-FDG passe de 12 à 14%, suite à des flottements du PS qui n’a pas permis le dépôt de la liste de fusion dans les délais. A noter, à Nîmes comme dans de nombreuses grandes villes l’abstention est très élevée (plus de 41%) et les quartiers populaires, où nous réalisons d’habitude nos meilleurs scores, enregistrent des votes très à droite.

Dans l’Aude, les communistes conservent Camplong mais perdent Coursan au profit d’un maire PRG. A Conques, c’est la liste d’union de la gauche qui s’impose sans autre concurrence. A Fabrezan, notre camarade Maurice Séguier et son équipe sont battus. A Caves, Couffoulens, Trausse, les maires sortants PCF avaient indiqué leur souhait de ne pas se représenter.

Carcassonne et Narbonne : aucun élu. Pas de fusion entre les deux tours avec les listes PS. A Narbonne, Jacques Bascou n’a fait aucune démarche auprès de la liste FDG. JeanPierre Maisterra et la liste n’ont pas donné de consigne de vote tant la différence entre les deux projets de gestion de Mouly et Bascou était mince. (…)

La liste Carcassonne la Citoyenne FDG-EELV- ACC11 n’a pas souhaité de fusion de liste et a appelé à la mobilisation pour le vote du 2nd tour. Amandine Carrazoni a clairement appelé à voter J. Claude Perez.

LES ÉLUS  (premiers éléments,  merci de nous faire parvenir les élu-es PCF et Front de Gauche de vos secteurs, nous les ferons connaître dans le prochain bulletin

Lézignan  : Rémi Pénavaire (PCF), cons. municipal Béatrice Arnaud (PCF) Marc Terpin (PG) adj. maireCastel : J-Claude Castillo (PCF), adj. maire

Limoux  : M-Ange Larruy (PCF), adj. maire Sanchez Angel (PCF) adj. maire , Colette Lagoutte (PCF),Isabelle Lapeyre (ap PCF)

Coursan  : opposition Solange Izard (PCF), Marc Bé- teille (pcf), Francis Garaud (PCF), Christine Bousquet (ap PCF)
Camplong :  Serge Lépine (Maire)

Trèbes : Jeannine Garino (PCF) adj. maire, Cathy Cantié (PCF) cons. déléguée Albas Thrithard Guy (PCF) cons. municipal

Conques : Vanessa Ny (PCF), adj. maire

Fabrezan : opposition Maurice Séguier (ap PCF)

Feuilla : Denis Gamet (PCF) cons. municipal

Ferrals : Mendoza Yves ,Lopez Suzanne cons. Municipaux

Argeliers : Patrick Rynders,Lucienne Cayrac, adj. Maire, Nardin Guido, Jean Pierre Mill (PCF) Kabil Jacqueline et Maria Barral (FDG)

Barbaira :Marion Forato (PCF), Bérangère Duclos (ap PCF), Jean-Sébastien Sandoval (ap PCF)

Capendu : MoniqueGressier(PCF)

Lespinassière :Bernadette Sire (FDG)

Nebias :Alain Bonnery (PCF) 1er adj. maire

Ornaison : Sébastien Gasparini (PCF) adj. maire ,Jeanine Largy (PCF)

Port la Nouvelle : Geneviève Bastoul (PCF) cons. municipale
Roquefeuille :Jean-Louis Bousquet, (PCF) adj. maire

StMartin-Lys :FrancineAicart,(FDG)maire Trausse RusselHart(PG)

Villeneuve Minervois Robert Charneaux (PCF) un élu (FDG)

Villalier :Véronique Marcaillou (PCF)

 

 

Les européennes

Le 25 mai nous seront appelés à voter pour élire le nouveau Parlement européen avec ses 74 eurodéputés.

Comme vous le savez notre pays est découpé en huit circonscriptions interrégionales. Notre département fait partie
de la région Sud-Ouest, et nous aurons à choisir nos candidats. Avec Jean-Luc Mélenchon comme tête de liste en 2009 nous avions réalisé un score de 8,79%. Nous voulons une autre construction européenne qui soit conforme aux idéaux sociaux, économiques, démocratiques et éthiques de la gauche. Dans cette optique, il est juste de mettre en avant désormais l’objectif de refondation de l’Europe qui souligne l’exigence de transformations très radicales. C’est pourquoi nous portons la candidature d’Alexis Tsipras, comme Candidat au nom du parti de la Gauche européenne à la présidence de la Commission européenne. Nous espérons rapidement dépasser les divergences des composantes du Front de gauche pour commencer enfin notre campagne au plus près des citoyens.

Le grand marché transatlantique

La Commission européenne a obtenu mandat de la part de tous les États membres pour négocier avec les États-Unis le Transatlantic free trade area (TAFTA). Cet accord cherche à instaurer un vaste marché de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis, allant au-delà des accords de l’OMC.

Ce projet de Grand marché transatlantique vise le démantèlement des droits de douane restants, entre autres dans le secteur agricole, et plus grave encore, la suppression des « barrières non tarifaires » qui amplifierait la concurrence débridée et empêcherait la relocalisation des activités.
Il conduirait à un nivellement par le bas des règles sociales, économiques, sanitaires, culturelles et environnementales, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis.
Cet accord serait un moyen pour les multinationales d’éliminer toutes les décisions publiques qui constituent des entraves à l’expansion de leurs parts de marché. Nous pensons tous que ce projet consacre la domination des multinationales européennes comme américaines. Pour certains, il affirme également la domination des Etats-Unis. À coup sûr, il asservirait les peuples des deux côtés de l’Atlantique.

Partout en Europe, en France des publications, des collectifs se mettent en place pour alerter les populations des dangers graves de cet accord. Dans notre département, Raoul Marc JENNAR est venu nous expliquer la catastrophe qui nous menace si celui-ci était signé. Des collectifs locaux se mettent en place, avec des réunions publiques, diffusion de l’information, et distributions de tracts…Nous comptons bien mener une campagne d’information pour obliger notre gouvernement à reculer et à laisser tomber cet accord mortifère pour tous les peuples.

Marchons le 12 avril
contre l’austérité, pour l’égalité et le partage des richesses

Nous vous livrons ici, un extrait de l’appel pour la marche :
« Appuyé par des syndicats, des associations, par le Front de gauche, de nombreuses personna- lités ont pris l’initiative d’une marche nationale, à Paris, le mardi 12 avril, pour exprimer leur refus des politiques injustes et inefficaces menés par notre gouvernement. L’alternative aujourd’hui, ce n’est ni Valls Premier ministre, ni le retour de la droite au pouvoir. La nouveauté, ce serait de don- ner enfin la priorité aux femmes et aux hommes sur la finance. Il est urgent d’aller dans la rue, d’exiger un réel changement de cap, et la construction d’une alternative sociale, démocratique, écologique et féministe, fondée sur la solidarité. Notre peuple mérite mieux qu’un choix entre des reculs sociaux. »
Le parti communiste audois avec le Front de gauche mettra tout en œuvre pour réussir cette initiative. Des départs seront normalement prévus pour Paris soit en covoiturage, soit en bus de Toulouse ou Montpellier. Nous envisageons aussi d’être présents avec d’autres forces progres- sistes, sur les marchés des villes de notre département. Avec les animateurs de vos sections, nous vous tiendrons informés de toutes les possibilités pour que chacune et chacun d’entres vous puisse prendre part à cet évènement!

FÊTE DE COURSAN 2014

Cette année notre fête départementale aura lieu les 13,14 et 15 juin. La participation d’un maxi- mum de communistes à la préparation et à la tenue de celle-ci reste notre atout pour sa réussite. Je vous livre donc le programme de celle-ci afin que chacune et chacun d’entre nous puisse parti- ciper à cet évènement majeur pour notre organisation. Comme chaque année, un espace enfants avec maquillage, jeux, ballade en poneys, nous permettra d’accueillir les familles. Les associa- tions avec qui nous entretenons des liens privilégiés seront aussi présentes sur notre fête. William Carlesso – responsable de la fête

CÔTÉ DÉBATS

Samedi 14 juin : 

-Hommage à Mandela  avec Jaqueline Derens, militante contre l’apartheid, fondatrice de la Rencontre nationale avec le peuple d’Afrique du Sud (RENAPAS), auteur notamment d’un livre sur Dulcie Septem-
ber, elle a rencontré plusieurs fois Nelson Mandela .

-Expo-photo sur l’investissement des communistes audois dans la bataille pour l’abolition de l’apartheid et la libération de Mandéla.

-Lancement officiel de la campagne audoise pour la libération de Marwan Barghouti, prisonnier politique pacifiste palestinien condamné à la prison à vie qui croupit dans les geôles israéliennes.

Dimanche 15 juin

11heures : Débat avec les élu(e)s communistes et républicains sur le thème :
« Après ces municipales, comment combattre localement les politiques d’austérités? »

15 heures : Débat avec Francis Wurtz ancien député européen, Maïté Mola co-présidente du Parti de la Gauche Européenne : « Quel avenir pour une Europe sociale, des peuples…? »

CÔTÉ FESTIF

Vendredi 13 juin : Les Oldies , groupe local, ouvrent la fête avec le Rock Anglais des Sixties

Samedi 14 juin : 22h00-23h30 DANITO 00h00-01h30 LES GOULAMAS’K

Dimanche 15 juin :  14h30 /15h30 Spectacle de théâtre musical « Louise Michel » par Marie Ruggerri d’après les Mémoires et la correspondance de Louise Michel.

                                         18h00 : Villanova  : humoriste, son spectacle est un instrument de résistance à la pensée unique et d’émancipation intellectuelle : il est un « refus d’adhérer » et constitue un instrument indispensable au service d’une entreprise visant à dessiller les yeux des aveugles volontaires, comme l’explique Daniel Villanova : « Je plaide pour un rire qui prenne le parti des petites gens face à l’oppression et à la violence d’un système social chaque jour plus totalitaire, antihumain, mortifère…

… retrouvez toutes l’actualité du PCF sur notre blog du PCF Aude

4

Dernier meeting de « NARBONNE À GAUCHE » : Martin : « J’ai fait un rêve… »

 

 

aMartin : "j'ai fait un rêve"

NARBONNE À GAUCHE : LE PROJET PHARE DE SON PROGRAMME

indep12-03

NARBONNE À GAUCHE : REDONNER SA PLACE À LA GESTION PUBLIQUE

midilibre11-03

NARBONNE À GAUCHE : LES 4 PILIERS DU PROGRAMME

midilibre01-03web

DÉPLACEMENTS « circulation, transports…) à NARBONNE : conférence de presse de Jean-Pierre Maisterra le 23 février 2014

                               

Nous avons choisi de vous présenter notre réflexion et nos propositions sur les déplacements au niveau de la ville de l’agglomération car en traitant ce problème, nous nous sommes aperçus que ce dossier nous amenait de fait à  imaginer la ville en devenir, la ville en projet avec ses pesanteurs présentes et ses défis d‘avenir….

 

Ces pesanteurs sont liées à des erreurs:

           - des erreurs durbanisme avec une extension de la ville sans vision d’ensemble: des lotissements se sont accolés à d’autres lotissements sans service public, sans commerce de proximité notamment mais pas seulement dans le secteur sud multipliant la nécessité des déplacements en voiture pour accompagner les enfants à l’école en centre ville, pour faire la plus petite course, etc, etc…

   Pour réduire les déplacements, il est nécessaire de repenser ces secteurs en quartiers avec des services de proximité.

           - des erreurs de gestion: toute tentative de régler les problèmes de circulation en ville sans tenir compte des déplacements – en particulier habitat/travail- au niveau de l’agglo ne peut qu’échouer. C’est ce qui s’est passé en 2007 et 2009 . Les deux plans de circulation coûteux ( on parlait de 1,5 à 2 millions pour le dernier) n’ont rien résolu!

            -le défi: réduire progressivement la place de la voiture dans les déplacements surtout en ville et encore plus en coeur de ville, asphyxié par les difficultés de stationnement pour les habitants, pour ceux qui y viennent travailler, pour les clients des commerces…

 Trois axes de propositions

 

   1) sappuyer sur lexistant mais le transformer

 

       – Actuellement , un point noir de la circulation est le boulevard Maraussan – La Mayolle, saturé à certains moments de la journée par le flux des véhicules l’utilisant comme rocade.

        Dans ce secteur, l’évitement de la ville peut être encouragé en imposant la gratuité de lautoroute entre les sorties Sud et Est, la transformant ainsi en déviation en prolongement de la future rocade Est.

 

(Nous disons bien gratuité imposée au nom de l’intérêt général et non une nième forme d’abonnement coûteuse pour la collectivité: ce qui existe pour Montpellier peut bien être obtenu pour Narbonne)

 

       – Deuxième situation : lutilisation du ferroviaire dans ces déplacements habitat/travail ou habitat/établissement scolaire

 

Il y a l’exemple du Ginestacois:

C’est un bassin de 20 000 habitants.

Chaque jour, 1 000 élèves font le trajet sur Narbonne.

Chaque jour, 4 500 salariés viennent travailler à Narbonne.

Chaque jour, l’INSEE estime à 12 000 les véhicules qui empruntent cette route

Vous voyez l’enjeu: faire que le ferroviaire capte une partie de ce flux..

 

Pour cela, il faut remettre en état la ligne Bize-Narbonne: il faut interpeller l’Etat et la Région. C’est de leur responsabilité. Mais si la collectivité ne les interpelle pas, personne ne le fera!

Mais il faut aussi mettre en place au niveau de la gare ce qu’on appelle une multimodalité c’est-à-dire cette liaison entre le train, le bus de ville, le bus de l’agglo…(Patrick)

 

Pour résoudre efficacement ce problème des déplacements en se plaçant dans une perspective de transition écologique, il faut être ambitieux et mettre les autorités publiques devant leurs responsabilités

 

      2) répertorier les points noirs de circulation et les solutionner par de nouveaux aménagements.

 

Et pas besoin d’avoir recours systématiquement à des cabinets d’étude mais seulement s’appuyer sur l’intelligence et la réflexion des Narbonnais…

 

         – Premier point noir. Sortie sud, le pont qui enjambe le voie ferrée: la chaussée se rétrécit passant de 4 voies à 2 voies d’où évidemment un ralentissement quotidien quand le flux des voitures devient important.

          Cet étranglement pose un problème de sécurité pour les véhicules de secours se rendant à l’hôpital

Faire passer le pont à 3 voies et dans le même temps assurer et sécuriser les déplacements piétons avec des passerelles (Patrick)

 

          – Deuxième point noir. Avenue Carnot avec les difficultés de pénétrer dans lespace gare certains jours et à  certaines heures. En s’inspirant de ce qui s’est fait à Béziers (voie d’accès directe) et avec une coopération avec RFF propriétaire de l‘espace à aménager, on peut solutionner efficacement (Patrick)

 

   Toute ces propositions sont issues de nos rencontres citoyennes: il y a dans cette ville de la réflexion et des propositions sans passer par de coûteux cabinets d’étude comme c’est le cas depuis quelques années!

 

  3) préparer dès aujourdhui le Narbonne de demain

 

        en proposant des alternatives à la voiture pour se rendre en ville avec des parkings aux entrées de la ville avec des navettes gratuites, régulières et fréquentes pour rejoindre le cœur de ville( Avignon..)

 

       en instituant la gratuité des transports en commun afin de favoriser son usage . Nous avons répertorié 23 villes (Aubagne, Castres, Figeac…) ayant opté pour la gratuité des transports publics. Toutes font le même constat: une hausse progressive mais importante de la fréquentation de ce mode de déplacement.

 

       en mettant en place un réseau cohérent de pistes cyclables: cela n’a pas été une priorité ces six dernières années!

 

Toutes ces dispositions doivent s’inscrire dans le temps car elles se déclinent avec un changement d’habitude dans l’utilisation des modes de déplacement…

 Financement de certaines de ces mesures: voir les propositions de la Cgt (Patrick)

Élargissement et modulation du versement transport des entreprises en fonction du chiffre d’affaires et non de la masse salariale

Recours aux fonds européens

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NON AU MAÏS OGM : un communiqué de Patrick Le Hyaric, député au Parlement européen et vice-président du groupe GUE-GVN

Malgré l’opposition de 19 pays européens la Commission européenne procède à un coup de force en autorisant un nouveau maïs transgénique, dit TC1507, de la firme américaine Pioneer.

Il s’agit là, une nouvelle fois, d’un violent coup de canif contre les souverainetés populaires et leurs représentants élus.

En effet, cette décision va à l‘encontre de la décision de la majorité des ministres des affaires européennes mais aussi du Parlement européen qui a voté contre la mise sur le marché de ce nouveau maïs il y a quelques semaines.

La Commission européenne veut ainsi se donner un levier supplémentaire pour autoriser de nouvelles plantes transgéniques au sein de l’Union européenne.

Dans la situation actuelle, si la Commission autorise le maïs TC1507, la France devra produire toute une suite d’expertises scientifiques pour justifier une interdiction sur son territoire sous peine de sanction. La Commission fait savoir qu’il suffirait de se ranger derrière sa proposition de révision du système d’autorisation des OGM en Europe pour éviter ces tracas. Avec cette proposition les interdictions nationales seraient certes facilitées, mais les autorisations aussi !

Dans l’Union européenne où les marchandises circulent sans restriction, autoriser localement certains OGM, même dans un des recoins de l’UE, aura automatiquement un impact sur l’ensemble de l’Union européenne. La France pourrait très bien interdire la culture des OGM tout en important, via le marché unique, des produits génétiquement modifiés ou avec des composants génétiquement modifiés.

La décision de la Commission seule est une brèche réglementaire en faveur des OGM contre la mise sur le marché de ce nouveau maïs OGM et nous le combattons. Elle est d’autant plus dangereuse qu’elle affaiblit nos positions sur les OGM et les normes phytosanitaires alors que la Commission négocie en ce moment même l’accord de commerce transatlantique avec les Etats-Unis.

Ceci ouvre donc la porte à l’arrivée massive de produits agricoles nord-américains génétiquement modifiés si nous ne présentons pas un front commun sur cette question.

J’en appelle donc à la mobilisation contre toute révision du cadre européen actuel qui ne fasse pas du principe de sécurité la pierre angulaire de son approche.

 maïs-1000x450

 

POUR UN SERVICE NATIONAL DE L’EAU : L’EAU N’EST PAS UNE MARCHANDISE!

POUR UN SERVICE NATIONAL DE L'EAU : L'EAU N'EST PAS UNE MARCHANDISE! dans antilibéralisme 2013-04-24-10.16.161-225x300

2013-04-24-10.14.01-300x225 dans démocratie

A l'Agence Veolia, des citoyens déterminés

NON À L’AUGMENTATION DU PRIX DE L’EAU   

Notre ami Laurent Desmidt, secrétaire de la section du PCF du littoral Corbières Maritimes s’est récemment indigné dans la presse du comportement de la communauté d’agglomération du Grand Narbonne qui envisage pour les tout prochains mois de faire passer le prix du mètre cube d’eau du simple au double pour nombre de communes. Elle en sera ainsi au niveau des sociétés privées qui font du profit ».

Est-ce normal, acceptable ? Où est donc l’intérêt des usagers de ces communes ? Il est plus que temps que cela change », et  Laurent Desmidt d’avancer les  deux propositions que le PCF et le Front de gauche demandent aux parlementaires audois de défendre :

« Que soit mis en place une loi précisant, dans les plus courts délais, un service national de l’eau avec des régies départementales et régionales, qui auront pour mission de gérer les services de l’eau et de l’assainissement aux meilleures conditions pour l’usager contribuable.

Que l’application de la TVA sur l’eau soit supprimée, celle-ci n’étant pas justifiée. Le traitement de l’eau est l’application d’un principe de précaution pour préserver la santé publique. Ce n’est pas en soi une valeur ajoutée ».

Car « l’eau n’est pas un produit comme un autre, mais un bien que la nature nous fournit sans avoir à le produire. L’eau est indispensable à la vie. Ce qui justifie qu’il ne peut être question de consommateur d’eau mais d’usager d’un service public incontournable ».

Conséquence ? « Les sociétés privées considèrent et traitent les usagers en vils consommateurs. Ainsi en cas de conflit entre la société gestionnaire et un usager, celle-ci se permet de ne plus servir l’indispensable eau plusieurs mois durant privant l’usager de l’hygiène de la maison, de l’hygiène de la personne, de la santé et la sécurité ».La décision de certaines collectivités locales de faire traiter le service de l’eau et de l’assainissement sous forme de délégation de service public par des sociétés privées aboutit à une privatisation de fait. Ce qui transforme concrètement l’usager du service public en consommateur de produit manufacturé ».

Pour Laurent Desmidt, « la recherche du profit, motivation essentielle de la société privée, amène à réduire au minimum l’entretien des réseaux et des compteurs. Il s’en suit des défaillances qui se font au détriment des usagers par les manquements dans l’usage et l’importance des coûts ». Il l’assure : « le nombre d’usagers victimes de ces défaillances est important. Les sociétés gestionnaires les incriminent, à tort ou à raison, et leur font supporter l’intégralité des conséquences d’une gestion toute tournée non pas vers la satisfaction du service rendu au moindre coût pour l’usager, mais le meilleur profit dans le moindre temps »

C’est malheureusement le cas pour de nombreux usagers du narbonnais ,  et c’est la raison pour laquelle militants et citoyens ont occupé récemment les locaux de Véolia à Narbonne: non, ce n’est pas aux usagers de payer pour les sociétés privées!

JEAN ORTIZ NOUS PARLE DES RÉVOLUTIONS EN AMÉRIQUE DU SUD

Samedi 15 décembre, les Amis de l’Humanité 11 ont invité à Narbonne  Jean Ortiz pour une Conférence –débat sur l’Amérique latine, et les changements que de nombreux pays, dont le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur …connaissent en ce moment.

Nous avons pu l’interviewer à l’issue de la soirée.

Q- Tu dis qu’il y a une désinformation organisée sur ce qui se passe en Amérique latine, une diabolisation de Chavez et qu’il est important de mieux comprendre les changements qui se produisent là-bas : pourquoi cette  désinformation, et même, cette manipulation d’information ?

 Jean Ortiz – L’Europe est en train de vivre ce qu’a vécu l’Amérique latine dans les années 1990, à la suite du « Consensus de Washington », thérapie de choc qui lui a été  imposée par le Fonds monétaire international (FMI) la Banque mondiale, etc …  sous l’égide des USA.

Au nom de la lutte contre les déficits publics, ils ont poussé à la destruction des services publics , à la diminution drastique des investissements publics et des budgets sociaux, à la libre circulation des capitaux, à l’ouverture des frontières, aux privatisations… bref, à tout ce que les gouvernements européens veulent maintenant imposer aux Etats européens par le biais du nouveau Traité européen Merkosyllande.

Or, on sait maintenant que ces politiques ultra-libérales « d’ajustement structurel » ont conduit l’Amérique latine à la ruine : en 2001, il y a eu en Argentine la faillite des banques, la ruine des petits épargnants … Le fameux « corralito » … des millions d’Argentins perdirent leurs économies, leurs biens, leurs emplois ; cela a eu des impacts criminels sur la population – – tous les jours, des enfants mouraient de faim- Les populations se sont soulevées (Argentine, Équateur, Bolivie…), ont chassé des présidents ;  les dégâts sociaux, humains, ont été considérables.

Cette faillite des politiques imposées à l’Amérique latine  par le néo-libéralisme a conduit à son rejet massif, radical. La légitimité du modèle néo-libéral a été contestée violemment. Au Venezuela, en Equateur, en Bolivie, de véritables insurrections populaires ont eu lieu contre les pouvoirs en place.  En 1989, à Caracas, le président social-démocrate Carlos Andres Perez a fait tirer sur le peuple qui protestait contre la hausse des tarifs publics, des transports (3000 morts) ; en Équateur,  la « CONAIE » (Confédération des nations indigènes de l’Équateur) a organisé des soulèvements  qui ont forcé plusieurs présidents à fuir ;  en Bolivie, il y a eu de nombreux morts pendant ce que l’on a appelé la « guerre du gaz, la guerre de l’eau » (la lutte contre les efforts de privatisations de ces ressources naturelles ) : l’expérience de ces pays nous montre la faillite d’un système, celui qu’on veut nous imposer maintenant, et ensuite, qu’il est vraiment possible de faire autrement, s’il y a VOLONTÉ POLITIQUE.

Q- Comment est-on passé des insurrections populaires aux gouvernements actuels qui se réclament du socialisme ?

La victoire électorale de Chavez au Venezuela en 1998 a eu des effets de contagion, a ouvert une nouvelle étape.

A partir de ce moment, on voit un retournement de conjoncture : le « Consensus de Caracas », et non plus le « Consensus de Washington », grand retournement de conjoncture, marque un changement considérable : un véritable « changement d’époque ».

Ensuite, avec la victoire de Évo Morales, en Bolivie, de Rafael Correa en Équateur, toute une série d’élections est gagnée par la gauche.

Q- Qu’ont de « gauche » et de « socialiste », les politiques conduites par ces gouvernements ?

J.O.- Dans leur diversité, elles ont un point commun : elles rétablissent la primauté du politique. Le rôle de l’État est revendiqué, élargi, renforcé, investi massivement  dans les services publics, les budgets sociaux, la santé, l’augmentation des salaires. Du coup,  l’Amérique latine vit aujourd’hui avec un taux de croissance inédit et résiste mieux à la crise que tous les autres continents : parce qu’on a remis le politique aux commandes, dans l’état, dans tous les secteurs de la société, dans la maîtrise des ressources naturelles, notamment, parce qu’on a nationalisé ce qui avait été privatisé dans les années 1990 ;  parce qu’également, on a travaillé à une intégration continentale équilibrée, mutuellement avantageuse, « juste », sans aliénation de souveraineté nationale, tout le contraire des accords de « libre-échange » prônés par l’Union européenne ( notamment pour le Pérou et la Colombie, en ce moment) et qui ne sont rien d’autre que le moyen de piller les ressources des pays qu’on prétend développer !

C’est là que réside l’espoir  pour nous européens : on peut faire autrement que subir la crise et l’austérité, en sortant de ce que nous impose la  logique dictée par l’impérialisme américain, l’Europe du fric et le capitalisme financier international. Et c’est pour cela que les gouvernements actuels, américain ou européens imposent la désinformation en ce qui concerne l’Amérique latine, injurient, insultent ses gouvernants, qui refusent le capitalisme, et ont choisi le socialisme.

Q- Il y aurait alors un « modèle »,  pour un socialisme du 21° siècle, en Amérique latine ?

J.O.- Les gens qui impulsent ces changements sont très critiques par rapport aux expériences des pays ex « socialistes » d’Europe de l’Est qu’ils ont analysées et ne veulent se référer à aucun moment à un soi-disant-modèle. Notamment,  ils rejettent l’idée de gouvernement  par le Parti sans le peuple, l’étatisation excessive, la notion de socialisme d’état . Pour autant,  le passif du « socialisme réel » n’invalide pas la nécessité d’une alternative socialiste, qui est à inventer : c’est un « socialisme du 21° siècle », qu’il faut comprendre comme  à la fois horizon, chemin, à inventer,  à tracer, et chantier. Le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur… sont des laboratoires, leurs expériences sont des tâtonnements, mais le cap est bien fixé : un socialisme, oui, mais endogène, interculturel, issu des racines et des valeurs des communautés indiennes, des « libertadors », de la « théologie de la libération », et du marxisme.

Q- Cette référence à Marx est-elle compatible avec les autres valeurs auxquelles se réfèrent ces peuples, et leurs gouvernants ? Par exemple, on prie, en ce moment, pour la santé de Chavez, au Venezuela…

J.O.-La référence à Marx est une composante, parmi d’autres.

Chavez se déclare marxiste, ET chrétien.

Et ce socialisme qui est à inventer, doit se nourrir des valeurs des communautés, parce que, dans ces pays, la communauté est la base de  la société.  Cela n’a rien à voir avec le communautarisme au sens européen.

Par exemple, au Venezuela, depuis Chavez, dans les villages, il y a à la base les « conseils communaux «  qui prennent les décisions. C’est eux  qui reçoivent les budgets, qui les gèrent, qui choisissent les priorités, qui débattent, et leurs responsables sont révocables à tout moment. Ils vont devenir en 2012-2013 les communes socialistes… …

Pour l’interview  et pour les Amis de l’Huma 11 : : Jacqueline Rougier

COMPTE RENDU MEETING DU 17

COMPTE RENDU ATELIERS

Divers ateliers se sont tenus avant le meeting

Voici les premiers compte rendus

ATELIER « AGRICULTURE , ECOLOGIE »

Ce qu’on peut en retenir :

De vifs échanges entre passionné(e )s sur les modes de production !

1) Mais un constat unanime :

Que l’on soit viticulteur sur une exploitation « familiale » dans le Narbonnais , maraicher aux abords de Narbonne ou paysan « écolo »……

Que l’on ait une pratique agricole « classique » , « raisonnée » ou « alternative »….

une question primordiale est celle du revenu (intégrant les couvertures sociales ).

Aujourd’hui , il est difficile de vivre de son exploitation agricole !

Le marché joue sur les prix , sur la concurrence internationale (basée sur le dumping social) , sur la dérèglementation (projet de libéralisation des droits de plantation pour la vigne )…..pour éliminer les paysans , favoriser l’industrialisation de l’agriculture, concentrer les exploitations (alors que de jeunes paysans souhaitant s’installer ont du mal à trouver des terres )….

2) Autre unanimité : quelle ambition donner à notre agriculture ? Répondre aux besoins alimentaires des populations .Refuser qu’elle devienne source de spéculation et de profit au détriment de la santé des populations , du bien-être des paysans , du devenir de la nature…

3) Autre remarque (portée par une syndicaliste de la CGT) : les petits exploitants et les salariés agricoles ont des intérêts convergents …..

La discussion renvoie au programme partagé .Quelques extraits :

« …inverser le processus de concentration de l’agriculture….. »

« …soutenir l’installation de jeunes agriculteurs et la consolidation des petites exploitations ,y compris par le biais de réserves foncières , notamment à proximité des villes »

«…. juste rémunération du travail agricole : les pratiques de la grande distribution seront encadrées au moyen de prix minimums aux producteurs et de coefficients multiplicateurs maximums »

«…. soutien aux filières alternatives labellisées ,vivrières , courtes , de proximité , biologiques… »

«… agir pour l’adoption d’une politique agricole commune ,cohérente avec l’objectif de souveraineté alimentaire , centrant la production sur la réponse aux besoins du marché intérieur plutôt qu’aux échanges sur le marché international sur la base du moins-disant social et environnemental »

«…. mettre en œuvre un plan de transition écologique de l’agriculture… »

(lire les pages 50 , 51 ,52 du programme  « L’Humain d’abord » )

 

ATELIER REINDUSTRIALISATION-TRANSPORTS

Merci à Francis Garaud, Patric Castey, Christophe Garetta, Jacques Goncet et JPierre Mill

La discussion a confirmé le bien fondé d’un atelier liant ces deux problématiques. Une vingtaine de participants, cheminots, comurex…

Ce qu’il ressort de l’atelier : impossible de parler de développement industriel sans aborder d’abord les transports (SNCF, mer, canaux, routier).

Remise en cause de la suppression du wagon unique de fret qui est un coup porté aux futures implantations économiques. (chaque perte d’emploi sncf est une perte d’emploi industriel)

De même, on ne peut pas ignorer les déplacements des salariés et l’offre quasiment inexistante de transport ferroviaire…

Ainsi, à partir de la ligne de Bize,

-                    transport voyageurs dans le sens Bize-Narbonne, près de 300000 personnes dans le secteur,1000 lycées étud + 8000 salariés /jour viennent de ce secteur au volant de leur véhicule (peu de co-voiturage)… Attention à la volonté du Conseil Régional d’acheter la ligne ou de la faire gérer par un privé… OFP ?)

-                    besoin de consolider liaisons fret pour avenir comurex , zone du Truilhas qui apparaît comme étant la zone d’extension à privilégier pour mettre en place de nouvelles implantations d’entreprises (rail-canaux)

-                    Danger pour la comurex de rester isolée sur ce site, que devient le terrain de Total (micron-couleur) ?

La ZAEC de Salles

Débat contradictoire sur la pertinence d’une zone où

-                    il n’y aurait pas de débouché rail donc pas pertinente car que du routier…

-                    une rocade et une sortie d’autoroute, permettraient les liaisons locales et régionales pour transformation de produits agricoles (circuits courts)…

-                    y créer une zone mixte, logement et industriel

Unanimité pour refuser une zone touristique avec des capitaux étrangers ou pas…

Abandon zone St Germain et Zone Ste Louise par Bascou (qui mise tout sur le tourisme et commerce)

-                    sur la première, le logement social serait très faible et il y aurait surtout du commerce et de l’artisanat, la plate forme SNCF étant jetée aux oubliettes…

-                    au moment de la discussion, certains ne partageaient pas notre analyse de voir cette zone vouée aux promoteurs… Depuis, l’indépendant de mercredi reprend les propos de Bascou qui précisent que l’aire pour les voyageurs serait temporaire et que ces terrains sont acquis par des promoteurs (notre analyse dénonçant la volonté du maire de revoir le PLU pour changer la destination de cette zone se précise…).

Sur la difficulté de créer de nouvelles entreprises

Des atouts, le port, le rail, l’autoroute, les canaux, des terres en friche à reconquérir pour des productions agricoles variées dont certaines pourraient être transformées sur place…

Si pas d’investisseurs…

Coopératives d’exploitants agricoles et d’artisans, industriels ? Rôle des collectivités locales, de quels outils se doter ?

Importance d’un pôle financier et bancaire public pour financer ces investissements

La transformation pour l’éco-construction apparaîtrait plus judicieuse sur le secteur de Lézignan, déjà des entreprises et une formation CFA (demander formations complémentaires (du CAP au BTS) pour le lycée polyvalent…

Sur le transport des voyageurs

Pas d’entente entre région-départements-agglo, alors que même couleur politique , ni avec la SNCF, + concurrentiels que complémentaires ! Le SCOT n’a jamais envisagé de cohérence territoriale…

La CGT propose un syndicat départemental mixte des transports (des avantages)

24 mai à 17H états généraux du ferroviaire à Narbonne

Regret qu’il n’y ait pas d’association d’usagers de la SNCF sur Narbonne

Les TAC trains auto-couchettes disparaissent (-25% du trafic) car tarifs prohibitifs (idem pour wagons comurex prix X 4 en 5ans

A suivre…

12

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues