INTERPELLATION DE NOS ÉLUS : CONFÉRENCE DE PRESSE DU LUNDI 18 JANVIER

Condensé des interventions :

Dans l’Indépendant du 5 janvier, alors que les parlementaires audois étaient interrogés sur leur position concernant l’état d’urgence et la déchéance de nationalité, notre députée MH Fabre a déclaré vouloir consulter ses électeurs.

Tout en regrettant qu’elle ne l’ait pas fait sur des dossiers comme l’ANI, la loi Macron, etc… l’assem- blée générale des communistes narbonnais a tenu à lui faire connaître ses positions par une lettre ouverte que JPierre Maisterra vous fera passer.

Le débat sur la déchéance de nationalité est révélateur d’une dévire guerrière et sécuritaire. En rupture avec une grande partie de son électorat de gauche,… Hollande veut donner à voir qu’il a de l’autorité. Peu lui importe que cette mesure n’ait aucune utilité dans la lutte contre le terrorisme, ce qui compte c’est la posture politique.

On passe d’une France qui aime avec le mariage pour tous, à un pays qui ne s’aime plus avec la déchéance pour tous ! … D’aucune efficacité contre le terrorisme, la déchéance de nationalité est une nouvelle légitimation de l’extrême-droite puisque cette mesure est directement tirée du programme du FN.

C’est une remise en cause d’un principe qui prévaut en France depuis deux siècles; celui du droit du sol. Cette remise en cause est une très vieille « exigence » de l’extrême droite française et seul le régime de Vichy l’a instaurée (loi du 22 juillet 1940). En remettant en cause ce principe, le gouvernement rompt non seulement avec les valeurs de la gauche, mais avec celles de la Révolution française. Où est l’égalité ? Il y aurait des sous- nationaux appelés bi-nationaux ?

Cette mesure traduit aussi un profond mépris pour le reste du monde. En effet, au travers de cette disposition il s’agit en fait de se débarrasser des « monstres », nés en France, éduqués en France et très souvent qui se sont radicalisés dans notre pays en les renvoyant dans un pays où, souvent ils se sont contenté simplement de passer des vacances….

Autant dans un premier réflexe sécuritaire une très grande majorité de nos concitoyens ont soutenu cette mesure, autant, avec le recul, une certaine prise de hauteur par rapport aux évènements, de plus en plus font l’analyse qu’une telle mesure est à la fois inefficace et injuste…

Concernant l’état d’urgence, la réforme constitutionnelle présentée fait courir le risque d’un régime d’exception permanent et d’une aggravation des atteintes aux libertés constatées depuis quelques se- maines ciblant des personnes sans aucun lien à des risques d’attentats. Elle est une mauvaise réponse aux terroristes alors qu’il est parfaitement possible, en y consacrant les moyens humains nécessaires pour la police et la justice, d’assurer la sécurité dans le respect de notre Etat de droit. La Constitution Française est faite, aussi, pour protéger les citoyens. Hollande par calcul politicien est en train de la transformer, rendant possible toutes les dérives totalitaires.

L’application à Narbonne, au stade, provoque des queues sur les trottoirs, générant des situations accidentogènes et plus …
Le pouvoir aggrave la crise de la société  : les événements d’Ajaccio sont venus rappeler combien la société française était malade de ne pas se battre contre les vrais fauteurs de crise économique. Les faiseurs de haine, de racisme et de discriminations, se sentent encouragés aussi bien par la « droite décomplexée » que par un pouvoir socialiste qui en légitime les thèmes comme avec la « déchéance de nationalité ». L’agression inacceptable contre des pompiers appelait une réaction de solidarité légitime. Que celle-ci ait pu être ensuite détournée dans des appels à la haine raciste, alerte sur l’état réel de la société. Banaliser des mesures d’exception au détriment du pouvoir judiciaire, c’est affaiblir la société elle-même au nom de sa protection. On ne protège pas une société en étiolant la démocratie !

Madame Fabre et Mr Courteau se réfèrent à Ferroul, Jaurès, mais dans leurs positions, ils s’en éloignent… Jaurès disait qu’il ne saurait y avoir de laïcité sans justice sociale, droit au travail et à une vie décente… Si on regarde dans l’histoire, ce n’est pas de Blum mais de Daladier que s’inspirent Hollande et Valls, un Daladier qui a détricoté les avancées du Front Populaire pour répondre aux capitalistes de l’époque, comme le font nos dirigeants dits socialistes pour donner des gages au Médef avec la remise en cause des mesures du Conseil National de la Résistance tant sur le droit du travail que sur la sécurité sociale…

Goodyear ou la preuve que selon que vous serez blanc ou noir, riche ou pauvre, résigné ou combatif il y aura une justice de classe différente… …Le Procureur de la République, sans doute soutenu par sa hiérarchie, voire le 1er Ministre, décide de poursuivre l’action devant les tribunaux …24 mois de prison dont 9 mois fermes avec 5 années de mise à l’épreuve. Défendre les intérêts des salariés devient ainsi un délit aux yeux de ce pouvoir ! …C’est la première fois dans l’histoire de la République que, sous un gouvernement dit « de gauche », de telles peines sont infligées à des syndicalistes…

…Le gouvernement devra rendre des comptes aux salariés, à la population, aux électeurs le moment venu….
…Le gouvernement est responsable de la justice de son pays ! Une justice qui place le militant syndical au rang de délinquant est une justice de classe…

Le contexte actuel qu’utilise le gouvernement de « l’état d’urgence » ne justifie pas la mise en cause de l’activité de l’action syndicale, ni associative ou politique… Les communistes nar- bonnais feront signer la pétition nous sommes tous des Goodyear sur les marchés dès jeudi…

 


Répondre

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues