DEUX JOURS D’ÉCLAIRAGE : éditorial de Maurice Ulrich dans l’Humanité du 9 juillet

Unknown
C’est maintenant le Figaro qui semble dresser la feuille de route du gouvernement en la calquant sur celle d’un Medef qui en exige désormais toujours plus.
Manuel Valls peut toujours faire mine  de se prévaloir de l’adoption à l’Assemblée du budget rectificatif de la Sécurité sociale, malgré l’abstention de plus de trente députés socialistes et de la moitié des écologistes, mais où est sa victoire ?

Dans le fait d’avoir réussi à faire passer un texte réduisant les prestations sociales pour profiter au patronat ? D’organiser un transfert de la richesse publique vers le capital privé, en gelant les retraites et en s’en prenant à ce formidable acquis de civilisation que reste la Sécurité sociale au service de la santé de tous ? Le premier ministre s’est senti obligé de jurer dur comme fer aux députés socialistes qu’il menait « une politique de gauche », tout en les appelant à ne pas « accorder de portée excessive » au départ de la FSU, de la CGT et de FO de la conférence sociale, évoquant à propos de la pénibilité « un prétexte d’organisations syndicales ».

On avait l’impression de lire le Figaro du matin, dont l’éditorialiste écrivait que « la CGT et FO se placent définitivement dans le camp des forces antédiluviennes » et que « Manuel Valls et François Hollande devraient se dire bon débarras (…), peu importe à l’avenir l’avis de MM. Lepaon et Mailly ».

C’est maintenant le Figaro qui semble dresser la feuille de route du gouvernement en la calquant sur celle d’un Medef qui en exige désormais toujours plus. L’UMP est dans la panade, sans doute, mais elle ne saurait faire mieux que cette politique et une question majeure est désormais posée aux Français. Que faire avec une droite qui donne le spectacle que l’on sait et un gouvernement qui renie son histoire, ses bases sociales, sa vocation et ceux qui l’ont élu ? On a vu ce qui se passait aux élections municipales et à qui cette situation profitait, mais ce n’est pas une fatalité. Ce qui vient de se passer en deux jours avec la conférence sociale et le vote à l’Assemblée éclaire crûment l’urgence et
la nécessité d’une reconstruction à gauche.

- See more at: http://www.humanite.fr/deux-jours-declairage-546902#sthash.ZE2Pgi2x.dpuf

 


Répondre

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues