POLITIQUE ÉTRANGÈRE : UNE DIPLOMATIE À CONTRE-COURANT DE L’HISTOIRE

Les 29 et 30 décembre, le Président de la République se rend pour la deuxième fois en Arabie saoudite. Son ministre des Armées l’a précédé trois fois ces derniers mois…

 Cet engouement des autorités françaises pour la monarchie pétrolière la plus réactionnaire de cette région ne peut s’expliquer que par la perspective de juteux contrats d’armement et aussi par des convergences diplomatiques.

 Pourtant Ryad est le premier financier et fournisseur d’armes des groupes djihadistes du Moyen Orient et … du Sahel! En outre, dans une logique de surenchère guerrière, le roi Abdallah freine toute initiative favorisant la détente avec l’Iran…

 Que va faire la France dans cette galère diplomatique?

 Au lieu de contribuer à attiser les tensions, la France devrait œuvrer à l’émergence de solutions politiques, à favoriser le dialogue partout où il y a des conflits. Elle devrait ainsi appuyer avec détermination la tenue sans condition de la Conférence internationale pour la paix en Syrie -dit Genève 2- afin de mettre fin au calvaire du peuple syrien pris en tenaille entre l’armée du régime et les groupes djihadistes…

 C’est ainsi que notre pays retrouvera une crédibilité perdue aux yeux de nombreux démocrates et progressistes de cette partie du monde.

 Vouloir nouer à tout prix des relations privilégiées avec des Etats tels que l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie ou Israël dont les politiques reposent sur  la domination et le « chaos » prétendument contrôlé au détriment des intérêts des peuples et de la paix, c’est aller à contre-courant de l’Histoire!

 La section PCF-Narbonne

 


Répondre

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues