Archive pour novembre, 2013

ELECTIONS MUNICIPALES:A propos des déclarations de Jacques Bascou:

UN CITOYEN RÉAGIT AUX PROPOS DE JACQUES BASCOU DANS L’INDÉPENDANT:

GESTION ET POLITIQUE SONT INSÉPARABLES

 

« JE NE PEUX RESTER SANS REAGIR

Je ne sais si vous avez pris connaissance de l’interview de J. Bascou au journal L’Indépendant…

  Ses propos sont un chef d’oeuvre de conversion à… l’apolitisme. Et l’apolitisme, à Narbonne, on sait ce que cela vaut!

  Jugez par vous-même.

  L’Indépendant du mercredi 18 septembre:

                      « Question: Les écologistes, le Front de gauche?

                        Réponse de Bascou: Je ne crois plus aux accords d’appareils politiques, les électeurs sont au-dessus de ça, ils sont majeurs.         

Et puis, ce ne sont pas les partis politiques qui vont gérer la mairie.                        

 La seule et vraie question posée aux Narbonnais c’est, voulez-vous continuer avec Bascou ou pas? »

 Un tel dénigrement des partis politiques, je l’ai déjà lu dans le passé mais….sous la plume des Mouly, Madaule ou Pujau!  Et j’ai souvenir que la gauche unanime répondait par une référence: le rôle des partis dans la promotion de la citoyenneté ou dans la confrontation démocratique sur les enjeux de société. Que de chemin parcouru depuis! Pas dans le bon sens.

De tels propos  pourraient prêter à sourire venant d’une personne qui a fait toute sa carrière dans et grâce à un parti que je ne qualifierai pas d’ « appareil » par respect de ses militants

Mais malheureusement, ils s’inscrivent dans un discours idéologique aujourd’hui banalisé qui vise à discréditer partis et politiques -même celle qui ne se contente pas de gouvernance mais cherche à construire des alternatives à tous les niveaux  notamment à l’échelon communal.

Ils seront ressentis comme méprisants par ces hommes et ces femmes, adhérents d’un parti, quel qu’il soit, et qui, du moins pour ceux que je côtoie, n’attendent aucun profit personnel de leur engagement mais qui dépensent sans compter temps, énergie, réflexion pour faire avancer leurs points de vue, leurs convictions dans le débat démocratique, toujours avec le souci de l’intérêt général!

 Et parce qu’ils seraient membres d’un parti, ces hommes et ces femmes n’auraient rien à apporter à la gestion de notre ville!

 Faut-il encore rappeler que gestion et politique sont liées. « Narbonne ne se gère pas sous cloche » écrivait, avec juste raison, un ancien candidat socialiste. Oui, hier comme aujourd’hui, les choix gouvernementaux sur la décentralisation, les diminutions des dotations, le logement, les services publics… ne sont pas et ne seront pas sans conséquence sur la gestion de la ville!

 Quant à l’enjeu de l’élection municipale, penser qu’il se réduit pour Narbonne à « avec ou contre Bascou »: quelle prétention! Et quelle pauvreté dans cette présentation égocentrique du scrutin!

 Osons poser les questions foncièrement politiques dont cette élection est porteuses:

          La commune va-t-elle accepter ou résister aux choix d’austérité? Comment va-t-elle se positionner face à une décentralisation qui réduit ses prérogatives et éloigne les citoyens des instances de décision? Comment faire vivre une démocratie participative active qui serait le moteur d’une future gestion? Quelle priorité d’investissements va-t-on définir? Comment mettre un terme à un clientélisme insupportable? Etc

 Ce que je retiens de cette interview qui ne fait que confirmer une dérive, c’est la responsabilité du Front de gauche dans la constitution d’une liste qui, bien ancrée à gauche, mettra en débat la question essentielle de l’alternative en terme de gestion et de politique dans l’intérêt des Narbonnais. »

    Jean-Pierre Maisterra

 

 

                                                                                                                                                                                      « 

AGENDA :

  • Mercredi 18 décembre à partir de 18h à la Bourse du travail
  •      Réunion d’information et de de débat avec Marc Raoul Jennar sur
  • le « marché unique transatlantique »
  •             Qu’y a t-il dans ce texte sur lequel la Commission européenne négocie en secret avec le gouvernement des USA?
  •             D’où vient ce projet? Qui est à la manœuvre? Au service de qui?…
  •     Une réunion qui permettra d’apporter des réponses…
  • et contribuera à la mobilisation citoyenne!  

ÉLECTIONS MUNICIPALES

Document élaboré par le Front de gauche de Narbonne:

Philosophie de notre démarche:  » avec le Front de gauche et les autres organisations ou associations se reconnaissant  dans notre démarche, nous proposons pour l’élection municipale de Narbonne la constitution d’une liste citoyenne, véritablement ancrée à gauche, porteuse d’alternatives en terme de gestion et de politique, mettant en réflexion et en débat des propositions ouvertes répondant aux attentes démocratiques, aux enjeux écologiques, aux urgences sociales de notre Agglomération… »

Dix engagements, socle d’un futur programme:
1)Nous affirmons que la commune a de l’avenir comme institution de proximité, incontournable pour une véritable démocratie de proximité. C’est pourquoi, nous nous opposons à la réforme territoriale dont l’objectif est d’étioler ses prérogatives voire programmer sa disparition administrative pour la mise en place de structures inter ou supra communales qui éloignent toujours plus les citoyens des instances de décision. Ainsi, par exemple, le projet de loi Duflot propose de rendre obligatoire l’instauration d’un plan local d’urbanisme intercommunal dessaisissant les communes de leur pouvoir de maîtrise de leur urbanisation.

2)La commune doit disposer des ressources nécessaires à l’exercice de ses prérogatives: c’est pourquoi nous refusons les choix d’austérité qui réduisent les dotations et les aides indispensables au développement de l’action et de l’investissement communal. L’austérité se traduit par des retards d’ investissements utiles pour les populations, des reports de projets, des baisses de subventions pour le tissu associatif

3) Narbonne doit engager une reconquête de sa maîtrise publique pour une gestion plus efficace, plus sociale, plus humaine
Aujourd’hui, la gestion de « biens communs essentiels » – eau, traitement des déchets…- ou d’ « actions socialement utiles » -restauration scolaire,..-est confiée à des société capitaliste (Veolia, Nicolin, Sita Sud…).
L’externalisation ou la délégation au privé de missions publiques continue d’être décidée (nettoyage de la ville…: au regard de l’état des rues, le résultat est plutôt négatif!).
Des secteurs sociaux sont gérés comme des entreprises privées(les locataires de l’Office HLM sont considérés comme des clients-dixit le directeur de l’office-: ils doivent ainsi supporter par de fortes augmentations de loyers ou de charges le coût de la modernisation de leurs appartements ou de la réhabilitation de leurs résidences!)
Donnons aux services communaux les moyens de leurs missions publiques. Dégageons l’emploi communal des dogmes libéraux qui n’y voient qu’un coût à réduire ou de pratiques politiciennes qui le déconsidèrent en le déclinant avec clientélisme…
Nous mettrons un terme au clientélisme au niveau de l’embauche en liant emplois nouveaux et concours préparés par un centre de gestion indépendant ou en mettant en place une commission extra-municipale, chargée d’élaborer en toute transparence des critères objectifs ( qualifications, situation sociale, compétences..) pour ces nouveaux emplois et d’examiner les demandes d’embauche à partir de CV anonymes.

4) Narbonne a besoin d’une démocratie participative active qui place la consultation citoyenne au coeur de la prise de décision ou de l’élaboration du projet. Si une telle démarche avait été mise en œuvre ces dernières années, on aurait évité maintes erreurs de gestion toujours coûteuses comme le choix d’un revêtement salissant pour la rénovation des Barques ou des inepties de gestion telle la réalisation du front de mer de Narbonne-plage éloignant l’accès à la plage …Ou encore une mise en place de la semaine des 4 jours et demi pour des raisons partisanes, sans tenir compte de l’avis des conseils d’école, qui aboutit à une fatigue accentuée des enfants, des dysfonctionnements et des désorganisations au niveau des établissements .
Cette démocratie participative active est le fil rouge de notre gestion; elle prendra des formes diverses: « maisons citoyennes dans les quartiers, « Assises de la Ville » chaque deux ans, mise en place d’Observatoires citoyens notamment sur les inégalités…
Un exemple de démocratie participative à mettre en œuvre: le devenir de la caserne Montmorency.
Après le départ des gendarmes mobiles, la Ville a récupéré la plus grande partie de cet espace. Or à six mois de l’élection municipale, comme s’il y avait urgence, le conseil municipal vient de décider la vente des appartements de cette ancienne caserne: 2 bâtisses de 24 logements chacune à des bailleurs sociaux(1 à l’ALOGEA-ex société audoise- et 1 à Marcou Habitat) et le reste (56 appartements) est réservé au…privé. On refait ce qui s’est passé pour le Kursaal ou l’ancienne sous-préfecture de la place Verdun: des espaces publics acquis par la collectivité pour être revendus ensuite à des promoteurs privés!
Notre démarche est différente: ouvrir dans un premier temps cet espace aux Narbonnais afin qu’ils le découvrent et se l’approprient, répertorier les besoins et suggestions en terme de logements sociaux, de structures associatives manquantes, de décentralisation de services communaux, de lieux de rencontre pour les habitants du quartier…Et construire un projet d’ensemble dans la concertation en en conservant une maîtrise publique communale.

5) Narbonne doit s’insérer dans la transition écologique : notamment :
-établir un plan d’isolation des bâtiments publics ou sociaux
- élaborer un plan de déplacements au niveau de l’agglomération visant à réduire la place de la voiture ( surtout en centre-ville) et intégrant l’étude de la remise en état de la ligne ferroviaire Narbonne-Bize ( possible alternative à l’automobile dans cette partie ouest de l’agglo)
- en s’appuyant sur l’existant (jardins ouvriers), favoriser la création d’une véritable « ceinture verte » à dimension sociale et l’organisation de circuits courts en agriculture
- repenser les zones appelées à se développer en tirant les enseignements des erreurs urbanistiques commises dans le passé ( comme dans le secteur sud où, de Montplaisir à Réveillon, les promoteurs privés ont accolé lotissement à lotissement sans réaliser une cohérence de quartier) : créer des  » zones vertes mixtes » associant habitations, terrains agricoles destinés à du maraîchage ou à des jardins familiaux, avec de l’activité commerciale et artisanale non polluante et en imposant les services publics indispensables…
- revoir le système de transport en commun avec l’étude d’une gratuité-encouragement à l’utilisation de ce mode de déplacement.

6) Narbonne doit donner la priorité aux investissements répondant aux urgences sociales et écologiques. Quelques exemples:- réaliser une maison de retraite publique(c’est une urgence au regard de la cherté des établissements privés),
- porter à 30% le taux de logements sociaux pour répondre à la crise du logement (2 000 demandes insatisfaites à Narbonne selon l’Office HLM),
- doter les quartiers de « maisons citoyennes » permettant aux Narbonnais de s’investir dans la gestion de la ville,
- construire une Maison des associations, véritable structure d’accueil et d’aide au fonctionnement du tissu associatif…

7) L’agglomération doit être retravaillée en profondeur. Elle doit être en capacité de porter des projets consensuels, d’impulser de la coopération et de la synergie notamment dans le domaine économique( agriculture recherche , industrie) .
Elle doit privilégier les projets à mener en liaison ou en partenariat avec d’autres intercommunalités plutôt que de s’engager dans une concurrence avec elles.
Pour avoir une connaissance des réalités et de leur évolution, pour promouvoir, financer, aide à la concrétisation des projets…, elle doit se doter d’outils techniques et administratifs.
Elle doit se dégager de l’illusoire « tout-tourisme pour friqués ».
Son fonctionnement doit gagner en transparence et en démocratie en ne craignant pas le débat public voire la confrontation entre points de vue différents. Chacune de ses décisions doit s’appuyer au préalable sur un travail de coopération avec les communes concernées voire sur une démarche de consultation des populations…

8) Narbonne a besoin d’une municipalité qui s’engage dans les luttes porteuses d’intérêt général. Les employés de La Poste continuent de dénoncer la dégradation de leur service public. En refusant la disparition d’emplois publics et la détérioration de leurs conditions de travail, les hospitaliers résistent à une politique qui met à mal les établissements de santé publique. Depuis des années, les cheminots narbonnais font des propositions concrètes en faveur du développement de l’activité du site ferroviaire local notamment en montrant l’importance du fret ferroviaire en terme de sécurité et d’environnement en liaison avec l’extension du futur port de Port La Nouvelle ou des zones industrielles, artisanales et commerciales de l’Agglomération. Les enseignants et les parents se sont maintes fois mobilisés ces dernières années pour  s’opposer aux fermetures de classe.
Tous ont besoin d’une municipalité qui s’engage clairement et offensivement avec eux, faisant passer en premier la défense de l’intérêt des populations avant tout calcul partisan de promotion d’une politique gouvernementale, guidée par la seule réduction des dépenses publiques et sociales…
Narbonne ne peut rester indifférente à l’état du monde et son évolution. A travers diverses initiatives, Narbonne s’impliquera dans une solidarité active avec les peuples qui luttent, notamment ceux du pourtour de la Méditerranée. Elle oeuvrera, en réseau avec d’autres collectivités locales, pour une société plus juste, plus humaine, plus écologique ( refus de l’extraction du gaz de schiste…promotion d’une culture de la paix accompagnant l’adhésion de la Ville à la Fédération internationale des villes de paix…)

9) Narbonne a besoin d’élus qui soient à l’écoute des besoins, dans une réactivité aux sollicitations, dans une concertation véritable…En finir avec un type d’élu qui dit toujours oui mais sans suite, sans décision, sans effet (exemples locataires HLM, marché bio…)

10) Le « vivre ensemble  » que nous voulons construire reposera sur des valeurs progressistes et le respect des différences, perçues comme une richesse pour notre collectivité…Nous refuserons toute mise à l’écart, toute stigmatisation d’une catégorie de la population ou d’un quartier…Nous voulons construire du lien social en soutenant le tissu associatif, en créant des lieux de rencontres, en encourageant les initiatives de convivialité, en impulsant la concertation, en portant une attention particulière et permanente à la question du handicap…: personne ne doit rester à la marge du vivre ensemble. Une politique culturelle ambitieuse pour tous jouera un rôle essentiel dans notre conception du « vivre ensemble ».

URGENT: CHANGEMENT DE CAP!

De reculade en reculade comme l’année dernière pour les patrons auto-nommés « pigeons » ou aujourd’hui avec la suspension sine die de l’écotaxe..
D’abandon en abandon que ce soit sur le « combat contre la finance » ou l’engagement sur la retraite à 60 ans…
De dérive en dérive avec l’acceptation sans renégociation du traité européen ou le dynamitage du code du travail par l’ANI…
Les choix du gouvernement Hollande – Ayrault aboutissent à une impasse social-libérale avec son impuissance devant la crise et la dégradation de l’emploi, avec ses régressions sociales et l’aggravation des inégalités.

Un changement de cap est urgent!

Malheureusement ce pouvoir a une oreille sélective.
Prévenant à la moindre revendication du MEDEF qui réclame toujours plus d’exonérations fiscales et sociales, toujours plus de « cadeaux » sans condition, ni contrepartie et devient toujours plus exigeant quand on lui cède…
Mais sourd aux luttes des salariés qui dénoncent l’allongement de la durée des cotisations retraites, s’élèvent contre la hausse de la TVA, se mobilisent pour les libertés syndicales…

A décevoir, à écoeurer, à désespérer, il nourrit le discrédit de la politique et l’abstention électorale dont tire profit l’extrême-droite.

Plus que jamais un changement de politique est nécessaire rompant avec le libéralisme!

La relance économique est préférable à l’austérité, la refondation et la coopération européenne à la « concurrence libre et non faussée » des traités de l’Union, la maîtrise publique sur l’économie et le crédit à la soumission aux marchés et à la finance…
Ce sont les choix sur lesquels s’est construit le Front de gauche. Il continuera à les porter à toutes les élections!

ATTENTION : LES GRANDES MANOEUVRES COMMENCENT!

L’Indépendant du lundi 28 octobre mérite toute notre attention.
Que ce soit dans sa version narbonnaise ou carcassonnaise, ce journal a titré ce jour-là sur un vote audois en faveur du Front National à partir d’un sondage et l’a traité sur deux pages entières autour d’une grande photo du meeting de Le Pen à Carcassonne : qu’est-ce qui justifie une telle couverture médiatique?

Deux interrogations et un constat:
1) Le commanditaire du sondage est nommé : le PS audois. Il est précisé que ce sondage est confidentiel… En matière de confidentialité, il y a mieux! Quelles raisons (ou quels calculs ) ont fait que ce qui était confidentiel en juin ( moment du sondage) devient médiatique en octobre?

2) Deux chiffres émanent de ce sondage. Un, très discret, perdu dans les deux pages, concerne les intentions de vote FN des sondés aux prochaines municipales : 15 % ( en recul par rapport aux élections de 2012- présidentielle et législative- ce que ne remarque pas le journal!). Par contre, l’autre est mise en valeur dans l’annonce en première page, incorporé en caractère gras dans le titre : 35% . Il représente le pourcentage de sondés qui déclarent « possible de voter à l’avenir pour le FN ». Admirez le flou de la formule qui aurait mérité une certaine prudence! Mais pourquoi un traitement différent de ces deux chiffres?

3) Enfin et surtout, aucune analyse sur le rapport entre ce vote extrême et l’approfondissement de la crise, aucune étude sur son lien avec l’écoeurement grandissant consécutif à la dérive social-libérale de ce gouvernement rose-vert. Rien encore sur les intentions de vote pour les autres partis….rien de rien … sauf une mise en face à face du FN et … du PS, illustrée par les photos rapprochées des deux secrétaires départementaux de ces deux organisations! Et le tour est joué…

Résultats : une énième couverture médiatique du parti d’extrême droite : il n’y a pas une semaine sans qu’un de ces dirigeants squatte un média télévisé…
Et  » l’ épouvantail étant agité », réapparaît l’incontournable vote utile pour devinez qui …

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues