A PROPOS DE L’AIRE DE GRAND PASSAGE ET DE LA « DÉMOCRATIE » À LA MODE « BASCOU »

           La démarche du Maire de Narbonne, président de l’Agglomération, ne peut qu’interpeller : elle ne nous paraît pas être guidée par une réelle volonté de concertation et de transparence, nécessaire à la résolution d’un tel sujet sensible.

Elle est plus sur la recherche de la polémique que sur la construction du consensus…

            Déjà, l’année dernière, la façon dont Mr Bascou a procédé- que ce soit à Ste Rose, sur le Quatourze ou à Monplaisir, – s’est apparentée  de fait à  de l’agitation d’un chiffon rouge pour provoquer les réflexes les plus réactionnaires contre des populations assimilées mensongèrement à dégradations, incivilités, vols, etc…

            Cette manœuvre permet au maire de Narbonne de se réfugier derrière ces réactions pour refuser l’aire sur sa ville et la « refiler » à d’autres communes, si possible, d’une autre tendance politique ! Quand on sait que Narbonne est l’une des plus grandes communes de France, un carrefour autoroutier, on s’étonne que le maire et ses conseilleurs n’aient pas su y trouver la place à laquelle les contraint la loi.

         On est loin d’une volonté responsable de surmonter les obstacles et les réticences pour construire ( par l’écoute, le dialogue et l’argumentation) le consensus nécessaire à une décision acceptable pour tous, respectueuse de tous.

            Au lieu d’opter pour la transparence, les échanges d’expériences, la discussion pour élaborer une autre stratégie, il participe par ses manœuvres, au rejet d’une population par une autre, à l’exclusion de minorités, à la montée de la haine, du racisme, si fortement caractéristiques des partis de droite et d’extrême-droite, à la droitisation de la société, alors que par ailleurs celle-ci fait majoritairement d’autres choix  (mariage pour tous, droit de vote des étrangers pour les élections locales…)

            Si c’est simplement d’un manque de savoir faire vivre la démocratie dont souffre le président du Grand Narbonne, nous pouvons l’assurer de notre disponibilité pour faire vivre une autre façon de faire de la politique.

                   Et, par exemple sur ce sujet :

       A)   Une première étape réunissant les associations des gens du voyage, les élus, les administrations et les citoyens pour un premier échange :

      -sur les besoins en infrastructures d’une telle aire (accès routiers, réseaux électriques et d’eau, sanitaires, évacuation, etc…).

      -sur l’environnement et les besoins (services, commerces, surfaces protégées, terres agricoles, etc…) à prendre en compte pour ce type de réalisation,

      -sur les inquiétudes souvent légitimes de la population riveraine, à prendre en compte, sans juger leur priorité…

      B)    Une seconde phase, toujours publique, mettant en avant des solutions concrètes aux besoins et problèmes soulevés : échanges avec des élus, associations et riverains d’agglo ayant déjà une expérience d’une telle aire pour aider à répondre par des mesures adaptées aux inquiétudes exprimées… Recensement des lieux pouvant répondre à l’implantation de cette aire et évaluation, chiffrage des coûts, avant que le conseil d’agglo après d’autres échanges puisse en connaissance des dossiers et en toute transparence envers la population, prendre la décision finale.

           Gageons qu’une telle démarche, permettant à chacun de s’exprimer et d’échanger sur ses craintes, d’interroger sur les différentes propositions, d’avoir des réponses en y participant éviterait toute stigmatisation et manifestation de rejet envers une population aussi digne qu’une autre.

 Pour le Parti Communiste de la deuxième circonscription : Jean-Paul Tournissa  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Répondre

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues