Archive pour décembre, 2011

SALAH HAMOURI ENFIN LIBRE

Salah Hamouri dément les propos de Richard Prasquier, président du CRIF

publié le mardi 20 décembre 2011

 

Comité national de soutien à Salah Hamouri

 

Nous avons été bien inspirés, en écrivant dans le dernier communiqué publié saluant la libération de     Salah, que désormais nous le mettions « sous la protection de son Comité de soutien et aussi de l’opinion publique

En effet, voici qu’aujourd’hui mardi, deux jours après sa libération, certains médias israéliens – aussitôt repris sans la moindre vérification par Richard Prasquier, le président du CRIF – affirment dans un « tam-tam » assourdissant que Salah aurait déclaré à des journalistes de l’agence Reuters que « Le rabbin Yossef Ovadia mérite la mort. »

Naturellement Salah n’a jamais dit ni pensé cela. Il a fait d’ailleurs une mise au point immédiatement en ce sens. Mais non seulement lui, mais les journalistes de l’agence Reuters qui l’ont interviewé, démentent aussi, enregistrement à l’appui, les propos attribués à Salah.

N’empêche : voici que la haine se répand immédiatement contre Salah et contre sa famille. Un site publie un pamphlet odieux où il est indiqué : « Denise Hamouri peut être fière d’avoir mis au monde un assassin. » Il continue en écrivant : « Pour bien des Israéliens c’est Hamouri qui mérite de mourir. »

Et Richard Prasquier, une nouvelle fois, apporte de l’eau sale à ce moulin…

Nous en appelons donc aux autorités françaises car ces campagnes de haine sont dangereuses. Elles peuvent atteindre gravement à l’intégrité de Salah et de sa famille. Nous leur demandons formellement de prendre toutes les mesures qui s’imposent en pareilles circonstances.

Nous demandons aussi solennellement à Richard Prasquier de démentir immédiatement et en personne les propos qu’il a repris à son compte et de s’excuser, sous peine d’encourir les rigueurs de la loi qui sont particulièrement nettes et fermes en matière d’incitation…

Salah est libéré mais ce n’est pas du goût de tous.

Contre ces fauteurs de haine et de troubles, sinon plus, restons unis et vigilants.

 

 

SALAH HAMOURI ENFIN LIBRE dans international 41795349365

 

RAIL ASSEZ DU DOUBLE LANGAGE

La section narbonnaise du PCF communique :

Le 16 novembre, le Parlement européen était consulté sur une « refonte du premier paquet ferroviaire » c’est-à-dire sur l’ensemble des textes et directives concernant le rail.

 

Il s’est trouvé une majorité de députés pour pousser encore plus loin sa libéralisation ! Seul le groupe de la Gauche unitaire européenne dont font partie les députés communistes et du PG, a voté contre ! Les députés français de droite et du Parti socialiste ont voté pour ! Les députés Verts se sont abstenus…

Ainsi, le Parlement européen a accentué son choix dogmatique : il ne conçoit le développement du rail que par le renforcement de la concurrence et le démantèlement des entreprises historiques du chemin de fer, offrant aux opérateurs privés la possibilité de venir faire de l’argent sur le réseau ferré national au détriment de l’intérêt général…

Pour tenter d’expliquer leur vote, certains, gênés, parlent de compromis ! Mais de quel compromis s’agit-il quand on mandate la Commission européenne de préparer pour 2012 un texte législatif sur la libéralisation totale du trafic national de voyageurs et la séparation complète de la gestion des infrastructures avec celle de l’exploitation ? N’aurait-on tiré aucune leçon de la privatisation catastrophique de British Rail en Angleterre ? Comment peut-on en France s’opposer à l’ouverture à la concurrence des TER et, dans le même temps, au Parlement européen, voter avec la droite réactionnaire pour plus de privatisation, conduisant à terme à des privatisations ? On peut comprendre la colère des cheminots, notamment ceux de Narbonne qui se sont mobilisés pour dire non à ces orientations…

Ils peuvent compter sur le Front de gauche, cohérent dans son programme partagé comme dans les votes et propositions de ces élus pour combattre ces choix et construire avec les concernés des solutions publiques guidées par l’intérêt général !

VIDEO SURVEILLANCE : PAS DE CONSENSUS A GAUCHE !!

La section de Narbonne du PCF communique :

 

Elle pourra multiplier les conférences de presse , changer l’appellation en « vidéo protection » , y  accoler un « comité d’éthique » dont on peut s’interroger sur le statut et les prérogatives  juridiques….. La municipalité narbonnaise n’aura pas de consensus …du moins à gauche…   sur l’installation de la vidéo surveillance  dans l’espace public et l’armement de la police municipale !

Notre position n’est imprégnée d’aucun « angélisme » . Elle repose sur une analyse réaliste de ces décisions et dispositifs , et sur une autre conception du vivre-ensemble…

Rappelons quelques réalités sur la  vidéo surveillance que nous avions déjà exposées l’année dernière .

 

1) Elle coûte cher ! Avec ou sans subvention d’Etat , c’est de l’argent public dépensé ! 300 000 euros pour une vingtaine de caméras soit 15 0000 euros l’une ,.voilà un coûteux investissement ! D’autres projets auraient pu être financés !

2) Elle est inefficace . De nombreuses études l’attestent  , notamment en Grande Bretagne , là où sa mise en place a été en pointe ! Trois observations ont été faîtes. Elle n’empêche pas les cambriolages ou autres méfaits ( on a pu le constater cette semaine  à Narbonne même  ) . Les délinquants changent leur mode opératoire ou  leur  lieu de délit , entraînant une nouvelle demande de caméras . Histoire sans fin !

3) Elle s’inscrit dans une société de banalisation du tout-sécuritaire : « Tous regardés , tous filmés , tous surveillés , tous fichés … » voilà les normes d’une société qu’on voudrait nous faire accepter !

4) Elle est portée par des choix politiques .Ce sont bien les gouvernements Fillon qui se sont fixés l’objectif de tripler le nombre de caméras dans les espaces publics des villes , accompagnant des suppressions de postes  dans la police nationale .… En terme de prévention et de dissuasion , mieux vaut une présence humaine avec une police nationale de proximité qu’une implantation  de quelques « yeux électroniques » ! Nous précisons bien : police nationale .Car  nous ne faisons pas la faute politique de la confondre avec la  municipale : chacune a  sa fonction  spécifique . Décider d’armer les policiers municipaux , c’est prendre le risque de glissement et de confusion dans leurs missions  …

Enfin , une dernière information sur une autre démarche de réflexion et de choix :

à Toulouse , avant de prendre une décision  – celle d’augmenter ou pas le nombre de caméras  « héritées » de la précédente municipalité de droite  – le maire socialiste a organisé un colloque citoyen avec des interventions de spécialistes ayant des points de vue différents voire opposées sur  la vidéo surveillance….Il y avait là de quoi s’inspirer… .  Mais à Narbonne , la « démocratie participative »  n’est  réservée que  pour  les préoccupations  limitées  à la marge des décisions que l’on prend sans consultation  !

ARTICLE DE G.FILOCHE INSPECTEUR DU TRAVAIL

Mr G. Filoche, inspecteur du travail et membre de la direction du P.S. a publié l’article suivant le 12 Décembre

Ce n’est pas possible de ne pas respecter le retour de l’âge de la retraite à 60  ans

François Hollande a hélas, détaillé, sur RTL, le 12 décembre, ce qu’il envisageait à propos de la retraite à 60 ans en cas de victoire de la gauche en 2012. Elle ne concernerait que les personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et disposant déjà de « tous leurs trimestres » pour une retraite à taux plein. Et pour les autres ? « Ceux qui n’ont pas leur durée de cotisation ne le pourront pas », a précisé le candidat du PS remettant en cause ce qui était acquis dans le projet PS. « Il ne l’avait certes pas promis pendant les débats de la primaire socialiste. Mais il n’avait pas non plus contredit Martine Aubry et Ségolène Royal qui prônaient un retour généralisé aux 60 ans » écrit le Figaro qui se réjouit évidemment : « François Hollande entérine en creux le recul de l’âge légal à 62 ans. Il se contente de proposer une exception supplémentaire.

Il élargit, ni plus ni moins, le dispositif « carrières longues ». Instaurée par la réforme Raffarin Fillon de 2003 pour les salariés entrés dans la vie active au plus tard à 16 ans, la mesure a été étendue par Éric Woerth aux personnes ayant commencé leur carrière à 17 ans. Là, c’est à 18 ans. Cela devrait ne concerner que 80.000 à 100.000 hommes et femmes par an (entre 1 nouveau retraité sur 6 et 1 sur 8 environ). « Mais avec un âge légal à 62 ans, ceux qui ont commencé à 18 ans doivent encore travailler 44 ans : notre proposition est une proposition de justice, pas d’idéologie » balbutie Marisol Touraine, chargée de ces questions dans l’équipe de campagne de Hollande. La majorité des jeunes confrontés à 25 % de chômage ne trouvent un CDI qu’à 29 ans, cela signifie pour eux une retraite à 70 ans au moins.

« C’est juste impossible »

François Hollande a implicitement admis que la durée de cotisations avait encore vocation à augmenter, parlant sur RTL de « 41 années, voire 42 années de cotisation » (elle est actuellement fixée entre 40,75 ans, pour la génération 1951, et 41,5 ans pour la génération 1955 et les suivantes). Mais c’est impossible alors que les salariés font en moyenne, dans la vie réelle, 35 annuités. Ils sont licenciés, inaptes, malades, au chômage dans 2 cas sur 3 à partir de 55 ans : exiger d’eux 42 annuités, c’est 7 ans de décote ! C’est une véritable agression contre le niveau des retraites : c’est impossible pour la gauche de défendre cela contre 75 % de l’opinion et contre les 8 millions de manifestants de 2010.
 

ENSEIGNANTS EN LUTTE: SOUTIEN DU P.C.F.

Le réseau école de la section narbonnaise du  Parti communiste français communique :

Nous affirmons notre entière solidarité à l’égard des enseignants en lutte ce jeudi 15 décembre à l’appel de leur intersyndicale .

La question de l’Ecole est devenu un enjeu politique essentiel dans notre société . Toutes les réformes qu’elle a subies durant ces vingt dernières années la conduisent à être moins égalitaire , plus concurrentielle , plus sélective !

En 10 ans , elle a perdu plus de 150 000 postes statutaires !

La fin de la mixité sociale , la voie libre et rentable ouverte au privé , l’autonomie concurrentielle des établissements , voilà les grands chantiers destructeurs du service public d’éducation que ce gouvernement veut mener à bien avant les élections .

En septembre , le ministre Luc Chatel avait montré tout son mépris envers l’égalité républicaine de notre système scolaire . Ce mois-ci , il poursuit en prévoyant de donner plein pouvoir aux chefs d’établissements pour évaluer les  personnels  d’enseignement , d’éducation , d’orientation…

C’est pour défendre l’égalité entre les élèves que nous défendons le statut des enseignants . Leur embauche locale sur statut précaire serait nuisible à cette égalité . Leur soumission à une « caporalisation » locale serait un instrument  pour affaiblir l’égalité nationale des objectifs d’enseignement. Nous le refusons !

Le PCF a fait du défi de l’Ecole de l’Egalité une priorité nationale .C’est pourquoi nous soutenons cette journée d’action des enseignants .

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues