Archive pour janvier, 2011

NARBONNE APPEL POUR LES CANTONALES

DE LA RUE AUX URNES…
GAGNER A GAUCHE !
 

FAISONS ENTENDRE UNE AUTRE VOIX,
La voix de cette gauche de transformation sociale
qui s’engage sur trois urgences : sociale, écologique, démocratique…
  qui veut faire de la politique autrement…
qui combat, les idées de haine de division et d’exclusion de l’extrême droite…
qui s’oppose, à la politique destructrice du gouvernement Fillon- Sarkozy (retraites, sécu, école, hôpital, emploi, pouvoir d’achat…)
qui ne se contente pas d’alternances décevantes mais veut   construire, en liaison avec le mouvement social, de vraies alternatives au pouvoir des banques et du capital…
qui réagit aux délocalisations des entreprises (Micron couleurs, Mamor, Base Inter-Marché…)
qui veut des services publics démocratisés et modernisés garants de solidarité…
 
Par calcul politicien (alliance avec une partie de la droite locale), cette gauche, solide dans ses valeurs, déterminée dans ses options politiques, a été écartée du conseil municipal de notre Ville.
Elle doit pouvoir se faire entendre au sein de l’assemblée départementale !
Cela dépend de vous !
OUVRONS UNE AUTRE VOIE …

JEAN-PAUL TOURNISSA LAURENCE CARRETERRO Jean Paul Tournissa & Laurence Carreterrro

À QUAND LES ÉTATS GÉNÉRAUX DU LOGEMENT SOCIAL ?

Dans le cadre de la démarche impulsée par le Front de Gauche visant à une élaboration partagée de propositions alternatives bien ancrées à gauche, les sections locales du PCF et du PG ont organisé une réunion de travail sur la place du logement social dans l’agglomération narbonnaise.
Elus, syndicalistes, locataires, militants associatifs et politiques ont pu échanger à partir de données chiffrées, de témoignages, d’expériences…
De ce débat, des constats ont été faits, des propositions se sont précisées.
1) Le rôle du logement social géré par les structures HLM est irremplaçable pour donner réalité au « droit au logement » ! A contrario de l’idéologie libérale et des choix politiques de la droite, le logement social ne peut être considéré comme une marchandise soumise aux lois du marché… Le slogan « tous propriétaires » s’est révélé un grand bluff !
2) Face à l’évolution démographique de l’agglo et de l’aggravation des difficultés de vivre liées à la crise, l’offre publique du logement social s’avère insuffisante. Ainsi, de 2005 à 2009, en ce qui concerne l’Office Public de l’Habitat de la narbonnaise, la demande de logement a augmenté de plus de 60%. En 2009, seulement 17% de ces demandes ont été satisfaites par l’Office ! Et, sur la même période, les retards dans la réalisation des projets annoncés ont été énormes : 289 nouveaux logements annoncés, 41 livrés !
3) De même qu’il est nécessaire de construire de nouveaux logements, la réhabilitation d’immeubles anciens s’impose. Les exemples ne manquent pas. Du « 25 quai de Lorraine » au Pastouret, en passant par Berre-Cesse, il y a nécessité, voire urgence, de mettre ces appartements dans des normes de modernité… Ces rénovations ne peuvent se mener qu’en étroite liaison avec les concernés. Or, à Narbonne, la parole des locataires n’a jamais été prise en compte ! Il faut créer des lieux de concertation régulière avec les locataires afin que leurs doléances soient entendues et qu’ils puissent s’impliquer véritablement dans le devenir de leurs « cités ».
4) Tout cela pose la question du financement. A Narbonne, elle est abordée de façon politicienne, servant de prétexte à une polémique entre nouvelle et ancienne municipalité… Mais, rien n’est dit sur la responsabilité de l’état ! Or, pour 2011, le gouvernement vient de présenter son budget « ville et logement » en recul de 2,6%. En outre, il a décidé de ponctionner les caisses des organismes HLM de 1 Milliard d’euros sur 3 ans. Et, à travers une « convention d’utilité sociale », il fixe à ces organismes des objectifs de hausse de loyers, de vente d’appartements, etc… Ce n’est pas avec de telles orientations que se résoudra la crise du logement.
5) Face à une telle situation, une proposition a fait l’unanimité : lancer l’idée d’organiser, au niveau de l’agglo, des états généraux du logement social, avec les organismes, les collectivités, syndicats, associations, locataires afin d’établir un état des lieux précis dans ce domaines, de dégager des priorités convergentes, d’interpeller l’Etat sur ses responsabilités.

J. P. MAISTERRA Pour Le P.C.F. de Narbonne

REVUE DE PRESSE SUR LA CANDIDATURE DE J.P. TOURNISSA À NARBONNE EST

MIDI LIBRE Édition du dimanche 16 janvier 2011

PolitiqueLe Front de gauche, à l’Est évidemment…
RAPPEL Les élections cantonales auront lieu les 20 et 27 mars C’est sous l’étiquette   du Front de gauche (*) cette fois, que le communiste Jean-Paul Tournissa sera candidat aux prochaines cantonales, A l’Est évidemment, le 20 mars prochain. Avec   « l’ambition d’être encore là le 27 mars, au second tour ».

Le discours général ne change guère. « Nous devons nous révolter contre la politique du capitalisme de Sarkozy et de ses amis Py et Barsanti. Nous proposons autre chose, parce que l’indignation amène aux propositions. »
« On voit où cela nous a amenés. Dans le Narbonnais, un actif sur deux est en situation de précarité. Si c’est de la responsabilité de l’UMP, c’est aussi avec la complicité du parti socialiste. »

À tirer à boulets rouges – forcément – sur le PS, autant parler du « déficit de démocratie dans le Grand Narbonne ». Et que dire encore de   « la façon dont la conseillère générale sortante Murielle Gancia a été éjectée, alors que contre toute attente, et grâce à notre contribution sans doute, elle a battu Dubourdieu »…

« Dans la foulée, c’est Moynier qui a été battu aux municipales, un peu beaucoup grâce à nous aussi. Et, pour nous remercier, Bascou n’a pas voulu de communistes dans son équipe… Le PS ne nous a pas laissé de places ; Les électeurs démocratiquement, peuvent le faire. Et les millions de personnes qui sont descendues dans la rue ces mois derniers peuvent compter sur nous pour les défendre. »
G.C.

L’INDÉPENDANT 16 Janvier 2011

NARBONNE Le Front de gauche se lance sur Narbonne-Est

Jean-Paul Tournissa part à nouveau à l’assaut de Narbonne Est. En 2004, sur le même canton, l’homme avait recueilli un peu plus de 9 % des voix au premier tour. Cette fois, avec sa suppléante du parti de gauche, Laurence Carretero, le communiste espère bien se qualifier pour le second tour et pourquoi pas arriver en tête.

Hier, Jean-Paul Tournissa et Laurence Carretero ont présenté leur projet pour le canton. Ils se lancent dans la bataille sous l’étiquette du Front de gauche (union du PCF et du Parti de gauche) et sont soutenus notamment par le Fase et ACC 11. Leur objectif :   « Ancrer la gauche dans le mouvement social pour se donner ensemble de vraies solutions ».   « Les choses que l’on dénonçait déjà en 2004 se sont aggravées avec l’UMP et le Medef au pouvoir, c’est-à-dire les amis de Messieurs Py, Barsanti et Malquier. La précarité s’aggrave. Dans l’Aude, un actif sur deux est précaire… On se retrouve dans les mêmes proportions que la Seine-Saint-Denis ».

Les deux candidats pointent du doigt   « le désengagement de l’État, le détricotage des acquis du Conseil national de la résistance et cette Europe qui nie la démocratie ». Leur triptyque : le social, la démocratie et l’écologie. L’écologie, un thème qui tient une place particulièrement importante dans le projet des deux candidats. Le développement durable est d’ailleurs la spécialité de Laurence Carretero, 39 ans, maraîchère à Sigean.   « On ne le dit pas, mais le Parti de gauche est un parti écologiste », souligne-t-elle.   « L’écologie, le social et la démocratie sont forcément liés ».

Concernant le canton, Jean-Paul Tournissa fait montre de son étonnement quant au départ de Murielle Gancia-Raymond :   « En 2004, elle avait gagné pour le PS à la surprise de certains et aujourd’hui on l’éjecte pour la remplacer par un homme. Le comportement du PS m’interpelle… »

N. B.

LA DÉPÈCHE du 16 Janvier

J.-P. Tournissa, leader pour les cantonales
Le Front de Gauche présente Jean-Paul Tournissa aux Cantonales avec Laurence Carretero comme suppléante pour Narbonne Est.
Jean-Paul Tournissa et Laurence Carretero ont annoncé lors d’une conférence de presse leur intention de se présenter devant les électeurs lors des élections cantonales de Narbonne-Est en mars prochain. Ils représenteront le Front de Gauche.Jean-Paul Tournissa n’est pas un inconnu sur le Narbonnais. « J’étais déjà candidat il y a sept ans sur ce canton avec le thème : « Ancrer la gauche dans le mouvement social ». Sept ans après, la situation de la France s’est aggravée. Et le thème restera le même ». Alors Jean-Paul Tournissa ne voit qu’une façon de faire. « C’est de résister et de se révolter contre le capitalisme. On voit que le social est détricoté comme la retraite et les services publics aux dépens des plus faibles ». Et d’expliquer. « L’Aude est un département les plus touchés par la précarité. Le budget départemental est pratiquement consacré à l’aide. Il faut dire que l’État a transféré les personnels mais pas le budget ». Et d’attaquer déjà ses futurs adversaires comme la responsabilité de l’UMP mais aussi du PS. « Je donne un carton rouge à Barsanti et à Malquier pour la politique nationale. Or il y a trois urgences qui sont les urgences sociales, démocratiques et écologiques ». Les compagnons de Jean-Paul Tournissa se voient même dépasser le score du PS au premier tour (plus de 12,5 % des inscrits). « On a contribué à battre Dubourdieu en 2004 et de déclencher la défaite de Moynier. Aujourd’hui, on souhaite un conseil général issu de la gauche anti-capitaliste ».
Pour sa part, la suppléante Laurence Carretero (39 ans depuis hier) est toute neuve en politique. Et pratiquement toute neuve à Narbonne. Paysanne à Sigean, elle a été formatrice en Nouvelle Calédonie puis en Australie. « Je veux apporter des solutions pour changer la vie au niveau de l’échelle humaine. La dégradation de l’environnement amène la dégradation de la vie des gens ». Vaste programme.

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues