Archive pour juin, 2010

LE DÉMANTÈLEMENT DE LA POSTE, ÇA CONTINUE!

Le Courrier postal : ça continue …

Dans le « terrain  Coursan/ Ginestas » ( comprenez : le territoire desservi par le Centre de distribution de Coursan ) les nouvelles constructions ont entraîné – c’est officiel- 1900 points de distribution de plus, soit 195 kms de tournée de facteur supplémentaires.
Que fait alors la Direction de la Poste ? Elle supprime 3 emplois, et ajoute les publicités sans adresse à la charge des facteurs!
De plus, pour faire des économies, elle demande actuellement aux centres de tri de retenir 60 % du courrier un jour par semaine, de mettre d’office les facteurs correspondants en RTT, puis de répartir -avec retard, naturellement- ce courrier retenu sur différentes tournées de facteurs, ainsi rallongées.
Enfin, par refus de créer des postes de remplaçants, les fermetures inopinées de bureaux de poste se sont multipliées ( Fleury, Salles, Vinassan, et même Narbonne).
Voilà pourquoi la distribution de courrier est si irrégulière, voilà pourquoi certains jours la distribution n’est pas faite, que les préposés à la distribution changent tout le temps. A quand la suppression totale de la distribution ?
Ces dégradations du service sont décidées par la Direction de la Poste qui met en place petit à petit, insidieusement, la casse du service public.

Faut-il alors s’étonner que 29 facteurs du terrain de Coursan/ Ginestas soient en grève contre la casse du service public ? Après la conférence de presse et du soutien du 15/06/10 devant la Mairie de Coursan, un rassemblement est organisé jeudi 17/06/10 à partir de 16h30 devant la sous-préfecture pour protester contre les détériorations de la distribution du courrier et la destruction des services publics. Nous invitons les usagers de Vinassan et des communes alentours à s’y rendre et s’y faire entendre nombreux pour défendre leur service postal.
Nous proposons à tous de participer à des actions de vigilance, pour faire connaître les mauvais fonctionnements dûs à cette réorganisation de la distribution, ainsi que les fermetures inopinées des bureaux de poste, soit-disant « exceptionnelles », mais de plus en plus fréquentes, et pour demander à nos élus de transmettre nos réclamations auprès de l’ Administration postale : il faut lui faire comprendre que nous ne sommes pas dupes, et que nous refusons l’organisation concertée par le gouvernement et la Direction de la Poste de la suppression du service public postal.

LA RETRAITE EST AUSSI UNE AFFAIRE DE JEUNES

Avec l’appel lancé début mai par 19 organisations de jeunesse politiques, syndicales et d ’éducation populaire, les jeunes montrent bien que la question des retraites est aussi la leur. Quel est cet appel ?
« Nous refusons d’être les grands oubliés d’un débat qui nous concerne. Nous dénonçons la double peine que nous imposerait un nouvel allongement de la durée de cotisations ou un recul de l’âge légal de départ à la retraite : nous finançons les pensions d’aujourd’hui, nous refusons d’avoir à épargner en plus pour nos vieux jours dans des fonds de pension qui peuvent être ruinés du jour au lendemain ».
Car demander à la jeunesse de travailler plus longtemps pour toucher une retraite moins importante, conduisant cette génération à vivre moins bien que celle de ses parents est inacceptable. D’autant que la richesse produite dans notre pays augmente régulièrement : mais depuis 30 ans, la part de cette richesse qui revient aux salaires diminue, au profit des revenus des actionnaires et de la finance, c’est-à-dire, du capital.
Il en résulte pour le monde du travail une pauvreté accrue dont les jeunes sont les premières victimes. Selon une étude de l’INSEE en avril 2010 concernant les revenus du patrimoine, ce sont les jeunes de 18 à 24 ans qui ont le niveau de vie moyen le plus faible et c’est parmi les jeunes adultes que le taux de pauvreté est le plus élevé.
Car on l’oublie trop souvent, la retraite c’est d’abord une affaire d’emplois et de revenus. Etre salarié pauvre ou précaire, c’est à coup sûr subir une retraite de peau de chagrin.
C’est ce que les jeunes refusent. Ils exigent la validation des années d’étude, de formation, des périodes de stage et aussi des périodes d’inactivité forcée dans le calcul des annuités ouvrant droit à la retraite.
Les jeunes savent aussi que des solutions en matière de financement existent, en particulier, la mise à contribution des revenus financiers pour laquelle ils prennent résolument parti dans leur appel.
Aujourd’hui, les revenus financiers des banques et des entreprises, soit 260 milliards d’euros en 2008 sont exclus du financement.
Oui, l’inquiétude du lendemain chez les jeunes est forte et légitime, elle est en résonance directe avec celle de tous ceux : salariés, privés d’emploi, retraités, qui souffrent de plus en plus des méfaits d’un système capitaliste inhumain, qui n’ouvre sur aucun avenir.
Alors, oui,  « la retraite c’est l’affaire de tous »,
METTRE EN COMMUN LA RESISTANCE NECESSAIRE : NOUS, COMMUNISTES, NOUS PENSONS QUE TOUS ENSEMBLE C’EST POSSIBLE.
De la part de la section du PCF de Narbonne

QUEL AVENIR POUR NOS RETRAITES ?

Dans le cadre des débats de l’association « REBONDIR XI » la section de Narbonne du PCF propose pour le MERCREDI 23 JUIN À 18 HEURES SALLE ÉLIE SERMET PALAIS DU TRAVAIL
un premier débat: quel avenir pour nos retraites
Nous voulons un débat aux antipodes de celui des régionales, où les citoyens n’étaient là que pour applaudir leurs « champions » politiques. Nous voulons un véritable échange où chacun sera libre d’ interpeller les politiques sur leurs analyses, positions et propositions, dont nous savons qu’elles sont différentes, voire opposées entre certains partis.
Ce débat prend une importance d’autant plus grande qu’il se situe à la veille d’un grand rassemblement syndical et social, après l’annonce des propositions gouvernementales sur ce sujet.

Nous avions souhaité qu’il ait lieu dans un quartier populaire, malheureusement la municipalité narbonnaise actuelle poursuit la tradition apolitique en refusant l’accès des structures de quartier aux organisations politiques : comment vaincre l’abstentionnisme si la proximité entre citoyen et politique est empêchée déjà matériellement ?

Dans l’esprit de « Rebondir XI » nous appelons toutes les organisations politiques et syndicales à venir débattre, et répondre aux interrogations des gens.

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues