Archive pour août, 2007

4 questions du TRAVAILLEUR CATALAN sur la viticulture à Henry GARINO Conseiller Régional du Languedoc Roussillon

HG

1 – Certains comparent la crise de la viticulture à celle de 1907. Quelle est votre appréciation?
HG : De l’avis même de nombreux représentants de la profession, la viticulture traverse une de ses plus graves crises. Elle se caractérise par la mévente et une chute sans précédent du revenu des vignerons ; moins 40%. Ils perdent en moyenne 1000 euros à l’hectare. Beaucoup sont proches du dépôt de bilan et des centaines d’entres eux ne vivent que grâce au RMI. Cette situation est injuste et inacceptable pour les vignerons et les acteurs de la filière qui ont fait d’énormes efforts pour améliorer la qualité des vins du Languedoc-Roussillon. Il est injuste de ne pouvoir vivre de son labeur alors que la grande distribution engrange des marges sur le vin de 30 à 35%. Il est inacceptable de préconiser un arrachage massif alors que la consommation mondiale augmente. Les mots de la crise en 1907 étaient fraude, misère et désordre, ceux de 2007 sont détresse, RMI, abandon, année blanche, trésorerie exsangue, ….. Cette crise risque de provoquer des dégâts sociaux, humains et environnementaux qui peuvent plomber lourdement l’économie régionale.

2 – Concrètement quelles aides apporte le Conseil Régional aux viticulteurs en difficulté ?
HG : Les aides directes aux vignerons en difficulté se traitent au niveau des départements par le biais de cellules de crise dans lesquelles travaillent le Conseil Général, la Chambre d’Agriculture et les organisations syndicales et professionnelles. L’’aide directe c’est le RMI pour les plus en difficultés, et les autres interventions c’est la fameuse année blanche avec notamment le report des dettes et l’exonération du foncier non bâti.
La Région intervient au niveau du développement et de la restructuration de la viticulture avec d’importants moyens budgétaires consacrés à la promotion. Dans son budget économie rurale et littorale la Région a mis une enveloppe spécifique de 400 000 euros pour le programme d’accompagnement de la viticulture inscrit au CPER 2007/2013. Ce programme vient en complément des enveloppes consacrées aux OCAGER (Opérations Concertées d’Aménagement et de Gestion de l’Espace Rural) à vocation restructuration viticole. A cela s’ajoutent 600 000 euros d’investissements immatériels destinés au renforcement du management et au recrutement de commerciaux. La Région intervient également dans le programme PACTE pour l’installation en agriculture. Enfin, dans le cadre des négociations du CPER (Contrat de Projets Etat/Région) sur le volet viticole je suis intervenu pour que l’Etat revoie à la hausse ses engagements. Ils sont passés de 18 millions d’euros à 29 millions d’euros. Pour sa part la Région s’est engagée à hauteur de 34,80 millions d’euros et l’Europe (FEADER) 23,70 millions d’euros.

3 – Le Conseil Régional investit beaucoup pour la « promotion à l’international » de nos produits notamment avec la marque « Sud de France ». Quelles retombées peut-on attendre ?
HG : La promotion des vins constitue l’un des axes majeurs de la politique régionale de soutien à la viticulture. Le Languedoc-Roussillon 1ier vignoble du monde devait se doter d’un budget de promotion à la hauteur de ses conditions afin d’être très présent sur le marché mondial du vin. Pour l’année 2007 la Région a voté un budget promotion de 12.3 millions d’euros. Le fer de lance pour aller à la conquête de ce marché mondial c’est la marque unificatrice « Sud de France ». L’objectif est avec l’ouverture d’une quinzaine de Maisons de la Région dans le monde de faire connaître et découvrir la diversité et la qualité de nos vins.
Tout cet investissement de la Région devrait permettre d’accroître les ventes à l’export. Il y a des premiers signes de retombées avec le Vietnam, la Chine et d’autres pays. Il faudra bien entendu faire une évaluation de toute cette campagne de promotion.

4 – Les mesures à prendre pour sauver la viticulture ne dépassent-elles pas le cadre régional ?
HG : C’est évident la Région ne peut que soutenir et accompagner les acteurs de la filière avec des moyens budgétaires qui sont certes limités. C’est pourquoi depuis l’été 2006 nous réclamons la tenue des Etats Généraux de la viticulture afin qu’au niveau national soit rapidement pris des mesures pour sauvegarder et développer la viticulture française. Cette proposition des communistes fait son chemin. La pétition pour ces Etats Généraux a obtenu plus de 1900 signatures dont celles de 500 élus venant d’une centaine de communes de la région. Il faut exiger du nouveau gouvernement la convocation de ces Etats Généraux avant les prochaines vendanges.

NDLR : la pétition pour les Etats Généraux de la Viticulture peut être signée en ligne. Rendez-vous à la rubrique « Pétitions en ligne » .

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues