Archive pour juillet, 2007

EDF, attention à l’ARNAQUE du 1er juillet : Restez branchés « Service public »

Au 1er juillet, chaque usager pourra soit garder l’offre EDF au tarif administré (encadré par le gouvernement), soit choisir une offre de marché (dont le prix est fixé selon les mécanismes de l’offre et de la demande).. A cette fin une vaste opération de séduction est engagée qui vous présente une offre alléchante afin de vous inciter à quitter la fourniture par EDF au tarif service public régulé par l’Etat.

Entre 75,6 et 11 % : votre choix ?
Si vous quittez le tarif actuel du service public (Tarif régulé), les publicités vous disent que vous paierez votre électricité moins cher. Ce sera peut-être le cas la première année, mais ensuite ? Un exemple éloquent : l’ouverture du marché de l’électricité pour les clients professionnels opérée à partir d’avril 2001. Pour la période qui va de cette date à avril 2006, la hausse des prix a été de 75,6 % pour ceux qui avaient fait le choix de quitter le tarif administré. Pour ceux qui avaient fait le choix de rester au tarif « service public », les prix ont suivi l’inflation soit +11%. Or, il vous faut savoir que vous n’aurez plus aucune possibilité de retour au tarif régulé, si vous choisissez de changer, le changement est irréversible ! Ils ne s’y sont pas trompés : 85 % des industriels défenseurs de la loi du marché, sont restés au tarif régulé.

Et le développement durable ?
Parce que le prix libre de l’électricité augmente avec le prix des énergies fossiles, les risques de flambées brutales sont bien réels. Les réserves de gaz, charbon, pétrole, s’épuisent et la demande d’énergie explose. La propagande qui entoure cette opération fait miroiter aux usagers que le recours aux tarifs du marché favoriserait le développement durable à travers la promotion de sources de production non polluantes, parce que de cette façon là, vous pouvez choisir l’énergie la moins polluante. Sous entendu, moins polluante et donc légitimement plus chère. Mais si l’électricité en France a été jusqu’à présent la moins polluante et la moins chère d’Europe, c’est grâce au service public qui a assuré l’accès de tous à l’énergie, développé la ressource nucléaire et engagé une diversification à grande échelle. C’est en France que la production d’électricité est la plus économe de gaz à effet de serre. Enfin, avec le service public l’énergie n’est pas une marchandise comme une autre, c’est un droit et l’égalité d’accès est assurée à toutes et tous où que l’on soit sur le territoire.

Eviter le piège !
Si vous décidez de souscrire à une offre de marché, et de quitter le tarif administré, il ne vous est plus possible de revenir au tarif pour ce même logement. Les occupants suivants du logement ne pourront pas non plus prétendre au tarif administré par l’Etat. Pire, certains se sont fait piéger sans le savoir, en acceptant des offres de prix alléchantes proposées par simple démarchage téléphonique, les condamnant définitivement aux tarifs déréglementés sans possibilité de retour aux tarifs réglementés par l’état.

Si vous ne faites aucune démarche vous garderez le tarif administré proposé par l’opérateur historique EDF. C’est ce que nous vous conseillons.

Attention ! Ne répondez ni aux courriers même les plus anodins ni aux démarchages téléphoniques ni aux offres alléchantes quel que soit les opérateurs (les sociétés) qui vous contactent y compris EDF et GDF dont les directions vont chercher à vous piéger pour vous sortir du tarif réglementé auquel vous avez droit actuellement !

Voir aussi : Gare aux sirènes de la concurrence – UFC Que choisir ?

 

 

Europe Salvata !

L’Europe est sauvée !! Le mérite en revient de nouveau à la France comme si souvent déjà par le passé. Il y a 160 ans Victor Hugo rêvait des Etats-Unis d’Europe, l’idée fut reprise entre les deux guerres par Aristide Briand, Jean Monnet et Robert Schumann lancèrent la construction européenne après 1945 et aujourd’hui l’inimitable Nicolas Sarkozy a redonné vie à une Union Européenne a bout de souffle. Tel ou presque est l’image véhiculée par les médias français depuis la fin du conseil européen de la semaine dernière. L’homme providentiel, le sauveur inespéré, doué de tous les talents de la création, après avoir sauvé l’Afrique et le climat mondial au sommet du G8 à Heiligendamm vient de relever la construction européenne en piteux état. Donc selon les principaux organes de presse français, Nicolas Sarkozy a d’abord renvoyé dans leur pays les méchants jumeaux polonais qui osaient remettre en question le système de vote lors des conseils européens. Ensuite il a convaincu l’autre méchant, l’obstiné et perfide Tony Blair de la grandeur du projet européen et pour finir il a même réussi à arracher aux chefs d’états et de gouvernement de l’UE que dans le nouveau traité « simplifié » ne figure plus l’angoissante expression « concurrence libre et non faussée ». Toute cette œuvre gigantesque, poursuivent nos journaux et commentateurs télé, le président de la république française l’a réalisée tout seul sans l’aide de personne. Quel homme et quels mensonges !

Ce que taisent consciencieusement les médias sous contrôle du grand frère élyséen c’est qu’à force de compromis et de compromissions le nouveau traité dit simplifié n’améliore que très faiblement le fonctionnement des institutions européennes. Pire même l’essentiel de ses dispositions ne deviendront opérantes qu’au plus tôt à partir de 2014. D’ici là les 27 continueront à s’emmêler les pinceaux et à se ridiculiser sur la scène internationale faute de parler d’une même voix. Le traité n’améliore en rien la démocratisation des institutions européennes, le parlement européen, seule institution élue, continue de partager ses pouvoirs législatifs avec le conseil européen et la commission de Bruxelles, deux institutions assez peu démocratiques. Le plus grand mensonge cependant est l’affirmation de Sarkozy d’avoir débarrassé le traité de toute référence à la concurrence libre et non faussée, pierre d’achoppement qui avait contribué à faire rejeter le projet de traité constitutionnel par les français en 2005. Certes l’expression ne figure plus dans le traité simplifié mais ce dernier ne remet absolument pas en cause les traités européens antérieurs où cette concurrence libre et non faussée, véritable dogme des libéraux européens, apparaît plus d’une dizaine de fois. Voilà le nœud du problème, le populiste et démagogue Sarkozy présente son action lors du conseil de Berlin comme une avancée dans la construction d’une Europe sociale or ce traité ne protège en rien les travailleurs et les citoyens européens. Il n’interdit aucunement le dumping social, ni les délocalisations sauvages à l’intérieur de l’UE. Rien n’y est écrit sur une harmonisation des droits sociaux européens, rien non plus sur un salaire minimum européen, rien évidemment sur le maintient et la protection des services publics indispensables aux populations. Voilà la triste réalité du conseil européen de Berlin et du même coup de l’action de Nicolas Sarkozy. Il est du devoir des communistes français et européens d’être vigilants et de dénoncer à chaque fois que c’est nécessaire les mensonges et propos démagogiques de la droite libérale et de ses représentants tels Nicolas Sarkozy.

Défendre le service public de La poste !

La Commission européenne a franchi le dernier pas vers la libéralisation totale des services postaux en proposant d’ouvrir à la libre concurrence pour le 1er janvier 2009 et au plus tard le 1er janvier 2011 la distribution du « petit » courrier, par nos facteurs,dernier domaine qui n’était pas encore libéralisé.

Signez la pétition en ligne !

Ce n'est pas rien |
Mouvement Démocrate RENNES ... |
PARTI SOCIALISTE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE
| Flamberge - Montereau
| pnogues